Le royaume de Cerith
Bonjour à toi !

Nous sommes ravis que tu parcours nos terres, cependant nous devons te rappeler que l'accès au royaume est interdit aux mineurs.
Si tu veux t'inscrire, tu dois donc avoir 18 ans !

En te souhaitant une excellente journée !

_______________________________

If you want to warn us about a violated copyright or tell us you don't want to see your character/artwork on this forum, please visit this link.



 
AccueilCalendrierFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 2.2 - Fondation et structure de la cité libre de Foxfield

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Orchal de Cerith
Admin
avatar

Messages : 124
Date d'inscription : 18/04/2015

MessageSujet: 2.2 - Fondation et structure de la cité libre de Foxfield   Mer 1 Nov - 12:19

FONDATION

En l'an 156 de notre ère, Alexander Todias, préalablement dirigeant de la ville de Tamaros, dans les montagnes de Cerith, fuit sa région. Abîmé et épuisé par quasiment vingt longues années de guerre contre Cerith, ce ne sont pas les troupes du roi Darius qui l'obligent à s'exiler, mais les événements de la Chute : des tremblements de terre et des attaques d'énormes créatures sauvages, qui ciblent la colonie montagnarde. Après avoir déclaré sécession et s'être battu pour l'indépendance de son peuple, Alexander Todias vit cet exil comme une débâcle, un gâchis qui détruit tout ce qu'il tentait de protéger. A cette époque-là, il dispose d'assez peu d'options, et est suivi par de très nombreuses personnes : ses proches, d'autres familles qu'il avait anobli dans ce nouvel état que Tamaros désirait former, et des citoyens restés fidèles à ses idées. Pour toutes ces personnes, le fait de rentrer s'abriter à Risua ou en Bénaria est impossible : ils y auraient été traités comme de criminels de guerre. Les autres colonies ont leurs propres problèmes et ne peuvent répondre à leur appel. Il leur faut donc fonder leur nouveau foyer en repartant à zéro.
En fuyant les montagnes, tout ce petit monde prend par défaut la direction du sud. Après quelques semaines, il finissent par tomber sur une crique propice, absente des cartes, et décident de s'y installer. Cette nouvelle ville s'appellera Foxfield. Toujours dirigée par Alexander Todias, il tente d'y faire une cité idéale, faite de libre arbitre, d'initiative, et de liberté. Excédé par les décrets à répétition de Darius, il n'y définit pas de loi, les habitants appliquant par habitude les règles auxquelles qu'ils ont toujours eu l'occasion d'appliquer. La priorité est surtout, à l'époque, de survivre, et de créer un endroit paisible et sûr pour pouvoir vivre : la coopération et l'entente est très importante, et Foxfield s'avère très prometteuse.
Dans les mois et années qui suivent, les tamarosiens sont rejoins par une importante vague d'exilés d'Oaksig, des furries qui fuient les épidémies qui ont ébranlé leur région, et l'embourbement de leur cité. Mêmes s'ils sont d'origines différentes, ces gens ont vécu un passé commun : la guerre contre Darius, et la Chute. Leurs objectifs sont les mêmes, et ils se mêleront très rapidement, au point de ne former qu'un seul peuple, celui de Foxfield.

Au fur et à mesure des décennies, le projet utopique de Todias s'étiolera peu à peu. Foxfield ayant pour principe d'accepter tous les laissés-pour-compte de la société risuène, elle devient une terre de seconde chance, et accueille de plus en plus d'anciens voleurs ou personnes à la moralité douteuse qui tentent d'échapper la justice de Risua. Le manque de structures, convenable à l'époque où la ville était toute petite, devient rapidement un problème alors que la ville subit une expansion démographique importante. C'est, progressivement, la loi du plus fort qui prend place, et certains habitants font appliquer leurs propres règles à ceux qu'ils définissent comme inférieurs.
Ainsi, la principale justice qui se met en place, est la justice du peuple, qui voit les furries "punir" de façon aléatoire ceux qui sont montrés du doigt par d'autres.
Des "familles" puissantes vont progressivement se distinguer du reste de la population, et s'imposer en meneuses, comme des dirigeants plus ou moins officiels, comme le ferait une pègre. Les Todias, bien évidement, bien qu'ils aient vu leur pouvoir diminuer avec le temps, mais également les Jorgensen Coxton, qui contrôlent beaucoup de bateaux, et plus tard, les Saphis, axés autour du marché noir.


LE POUVOIR HISTORIQUE

Le rêve d'Alexander Todias, qui fonda la ville, était de faire un endroit de droits et de libertés. Un havre de paix. Ainsi, beaucoup des actions menées lors de la fondation de la ville se dirigèrent dans ce sens, comme le fait d'accepter tout le monde indistinctement, à l'instar des Jorgensen, une grande famille de Quarateum (ville à l'époque non alliée), qui avaient été rejetés par la royauté risuène.
Toutefois, le chaos qui régna vite dans la ville ne fit que laisser s’amplifier les petits conflits entres habitants, qui dégénérèrent petit à petit en bandes qui s'affrontaient les uns les autres, quelques années après.
Une vingtaine d'années après la fondation de la ville, le pouvoir exercé par les Todias fut remis en cause de nombreuses fois. C'est dans ces conditions que Alexander Todias décéda, alors très âgé, au combat. Toutefois, la mainmise sur la cité existe toujours, et n'a pas quitté sa famille. Étendue, cette dernière a produit de nombreux guerriers, dont la valeur au combat est restée légendaire, et à permis de s'imposer par la force.
Parallèlement à cela, les Todias ont su tisser des liens forts avec de nombreux puissants de Foxfield, par des liens politiques et économiques pérennes.
Finalement, avec le temps, les Todias ont fini par régner en gérant des bandes de roublards et de mercenaires, et de ce fait par une terreur qui était bien loin de l'idéal qu'ils pouvaient avoir lors de la fondation de la ville.

Le pouvoir absolu qu'ils auraient pu avoir s'est toutefois étiolé avec le temps. D'abord avec leur manque de connaissances maritimes, qui fit qu'ils n'eurent que bien peu d'influence sur les quais de la ville. Puis avec l'avènement d'une autre famille influente, les Saphis, qui plusieurs décennies après prirent le contrôle de beaucoup de transactions commerciales.
Toutefois, même s'ils ne règnent pas partout, les Todias restent incontournables, et disposent de beaucoup de mercenaires en ville, et sont grâce à cela à l’abri des envieux depuis bien longtemps maintenant.

Il y a deux ans, en l'an 227, un drame frappe toutefois les Todias. Le petit fils d'Alexander, Tadeus, et son arrière petit fils, Egill, âgés respectivement de 68 et 46 ans, meurent tous deux, empoisonnés par un assassin engagé par Averd Battlecloak, qui tentait de prendre le pouvoir. Les actions d'Averd ne restent pas inconnues bien longtemps, et Isenford, le dernier fils Todias, alors âgé de 24 ans, rassemble de nombreux mercenaires, et lance une expédition punitive, afin de massacrer toute la famille Battlecloak.
Malgré cet épisode tragique, la vengeance d'Isenford retira toute envie à des familles jalouses de s'en prendre aux Todias. Malgré son jeune âge, il dirige sa famille avec un gant de fer.




Isenford Todias
Isenford, héritié légitime des Todias

NOM • Isenford Todias
FONCTION • Guerrier et maitre autoproclamé de Foxfield
SEXE • Masculin
ÂGE • 26 ans
RACE • Loup
DÉTAILS • Fils unique d'Egill Todias, et héritier direct de l'héritage des Todias, Isenford est un furrie perturbé par la mort subite de son père et de son grand père, et par le pouvoir qui lui est tombé de façon abrupte sur les épaules. Peu subtil, il n'a généralement d'autre réponse que la violence. Cela ne l’empêche pas d'être un fin tacticien, et un épéiste hors pair, qui fait honneur à sa lignée.
Depuis deux ans, il n'a fait que tenter de renforcer les liens entre les trois grandes familles de Foxfield, afin d'asseoir toujours plus leur pouvoir sur leurs activités respectives.


Sylsittli
Sylsittli

NOM • Sylsittli
FONCTION • Mercenaire
SEXE • Masculin
ÂGE • 31 ans
RACE • Reptile
DÉTAILS • Guerrier violent et sanguinaire, Sylsittli est l'âme damnée d'Isenford, et celui qui veille en premier à sa sécurité, et par lequel il faut forcément passer pour parler à l'héritier des Todias. Ancien esclave devenu ami d'Isenford, il fut affranchi lors de sa jeunesse par Egill Todias, et fut formé aux armes par ce dernier. Aujourd'hui, Sylsittli est celui qui apporte les décisions d'Isenford auprès des autres familles ou des bandes de mercenaires qui travaillent pour les Todias.
Les rumeurs disent qu'il serait l'amant d'Isenford.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://cerith.forumactif.org
Orchal de Cerith
Admin
avatar

Messages : 124
Date d'inscription : 18/04/2015

MessageSujet: Re: 2.2 - Fondation et structure de la cité libre de Foxfield   Mer 1 Nov - 12:20

LE MARCHE NOIR

Afin de faire affaire au sein de Foxfield, où quand on a besoin d'esclaves, il faut généralement s'adresser aux Saphis. Cette famille, parmi les plus riches de la ville, est extrêmement influente, et impose sa loi lors des transactions.
Pour comprendre ses origines, il faut se pencher sur la question de l'esclavage en Foxfield. A l'époque de la fondation de la ville, les Todias désirent s'affranchir des lois de Cerith, et, la plupart des habitants étant recherchés dans la capitale, et condamnables à l'esclavage, il ne désirent pas mettre en place de loi dans leur nouvelle ville qui soient susceptible de condamner qui que ce soit à l’esclavage. Toutefois, l'esclavage lui-même ne disparaît pas : les esclaves arrivés à Foxfield avec leurs maîtres le restent. Au fil des années, c'est l'agressivité vis-à-vis des habitants de Risua qui devient prétexte à la mise en esclavage de furries libres : ceux appartenant à des équipages de bateaux abordés par les pirates, ou ceux attaqués par des bandits. Voire même parfois, mais plus rarement, d'autres habitants de Foxfield endettés, ou pour mettre fin à un conflit. En Foxfield il n'existe pas de document qui serve d'acte de propriété, ni de citoyenneté qui permette de prouver, par le recensement, que l'on n'est pas un esclave. De ce fait, c'est principalement la loi du plus puissant qui maintient la relation de maître/esclave, et les règles qui l'entourent sont très floues.

En l'an 180 (donc 24 ans après la fondation de Foxfield), le jeune Joda Saphis tente de faire fortune. Petit-fils d'un ancien marchand d'esclaves de Tamaros proche des Todias et qui avait perdu toute sa fortune pendant la Chute, il était l'un des premiers enfants nés sur le sol de la nouvelle cité. Désirant remonter le commerce familial, il utilise certaines connaissances que son père avait entretenu avec certains nobles dévoyés de Risua dans le but de réintégrer la société de la capitale, afin de corrompre quelques recenseurs et leur faire modifier les registres et certificats. Puis, il s'acoquina avec quelques bandes de truands afin de faire quelques raids sur des villages de Bénaria, éloignés de la capitale, afin de rafler quelques habitants. Il commença à les revendre, par voie maritime, et avec une marge très appétissante, à des marchands d'esclaves risuens peu regardants. Ces esclaves, préalablement destitués de leur citoyenneté par les recenseurs corrompus, ne pouvaient justifier de leur bonne foi, et espérer retrouver leur liberté.
Ce système, brillant mais complexe, ne prit son véritable essor que quelques années plus tard, avec la mort du roi Darius. En effet, la passation de pouvoir, les troubles politiques qui en découlèrent, et l'inexpérience du jeune roi Orchal firent se relâcher les contrôles et la vigilance de la capitale, et furent un terrain idéal pour mettre en place ce trafic d'esclaves. Joda Saphis mena lui-même les attaques contre les villages, avec sa compagne, une fripouille qui dirigeait une petite bande de hors-la-loi.

Entre les esclaves vendus à Foxfield et ceux vendus à Risua, les Saphis amassèrent une petite fortune, et, quinze ans plus tard (42 ans après la fondation de la ville), avaient développé une influence au sein de Foxfield qui leur assuraient une place au sein de ceux qui dictaient leur loi au sein de la ville, comme les Todias le faisaient. A la fin de leur vie, ils dirigeaient non seulement la quasi-totalité de la vente d'esclaves qui transitait par Foxfield, mais également beaucoup du marché parallèle d'autres ressources, dans lesquelles ils s'étaient diversifiés.
Ils eurent deux enfants, qui continuèrent les activités familiales dans la même veine, l’un gérant l’approvisionnement, autant en esclaves qu’en biens à receler, l’autre les finances. Par la menace ou la corruption, les Saphis poussèrent énormément de gens faisant du commerce à Foxfield à passer par eux, afin de toujours avoir plus de contrôle sur les transactions.

La découverte de Keh'faria a été vue comme une aubaine pour les Saphis, qui paye des bandes d'A'jil renégats afin de leur livrer des Jil'tun kidnappés, pour les revendre à Foxfield. Ces nouveaux esclaves, très peu coûteux à obtenir, s'y revendent à prix d'or. En revanche, il n'est pas pensable d'en trouver à Risua.




Octave Saphis
Octave Saphis

NOM • Octave Saphis
FONCTION • Négociant et financier
SEXE • Masculin
ÂGE • 43 ans
RACE • Tigre
DÉTAILS • Octave est le premier né des Saphis. C'est un esprit calculateur, logique, et rationnel, en plus d'avoir un don naturel avec les chiffres. Son attitude dominatrice et son physique imposant l'aide à mener selon ses termes toutes les négociations. Distingué et guindé, il ne sort généralement jamais de la ville et apprécie de rester dans le confort bourgeois de ses bureaux. Dans l'intimité, il reste avant tout un bon vivant, qui s'avère avoir plus de cœur qu'il ne le montre vraiment. C'est lui qui représente les affaires familiales auprès des autres grandes familles dirigeantes de Foxfield.
Il a une fille, Disanna, qui vient d'avoir 18 ans, et qui est tout pour lui. Il l'a eue avec une esclave avec qui il avait vécu une brève histoire d'amour, mais qui est décédée quelques années après.


Astridia Saphis
Meneuse Astridia Saphis

NOM • Astridia Saphis
FONCTION • Meneuse de bande
SEXE • Féminin
ÂGE • 41 ans
RACE • Tigresse
DÉTAILS • Astridia est la cadette d'octave. Physique et caractérielle, elle prit instinctivement les fonctions qui intéressaient moins son frère : les négociations avec les bandes de brigands qui travaillaient pour eux, voire même le fait de les mener en personne lors de raids. Froide et impitoyable, son physique lui donne pourtant un air que l'on pourrait trouver, à tort, plus affable que son frère. Excellent combattante, elle est très crainte dans toute la ville.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://cerith.forumactif.org
Orchal de Cerith
Admin
avatar

Messages : 124
Date d'inscription : 18/04/2015

MessageSujet: Re: 2.2 - Fondation et structure de la cité libre de Foxfield   Mer 1 Nov - 12:20

LES PIRATES

Bien que la grande majorité des bateaux pirates de Foxfield soient désorganisés et indépendants, ils répondent toutefois tous d'une forme d'autorité qui évite qu'ils ne commencent à s'entretuer. Afin de comprendre comment cette autorité s'est formée, il faut remonter lors de la chute. Deux familles de marins, l'une populaire à Quarateum, les Jorgensen, et l'autre plus humble originaire d'Oaksig, les Coxton, se sont à l'époque proposées bénévolement pour transporter les familles de sinistrés de leurs villes respectives en sûreté par la mer. Mais si les bateaux de Quarateum furent accueillis les bras ouverts à Risua, ceux d'Oaksig, provenant d'une citée ennemie et remplie de gens malades, furent repoussés vers la mer, par la force si nécessaire, sans possibilité de se ravitailler en ville. Par solidarité entre marins, et alors que leurs villes d'origine étaient censées être en conflit, la famille Jorgensen les aida, et prit à leur bord quelques personnes provenant d'Oaksig lors de chacun de leurs passages.

Malheureusement, cet élan de charité eut des conséquences sinistres. Les épidémies se propagèrent malgré toute les précautions prises, et bientôt Darius découvrit le pot-aux-roses. La famille Jorgensen fut bannie des ports de Risua, et la moindre barque accostant sur les côtes alentours fut fouillée de fond en comble. Dans ces conditions, la flotte fut obligée d'entamer une vie d'exil, rejoignant les Coxton, ne s'arrêtant sur les terres hostile que pour se ravitailler tant bien que mal. Se sentant trahis par Risua, et exhortés par les Coxton, ils n'eurent alors pas de pitié à attaquer et piller des bateaux provenant de la capitale lorsque les temps se faisaient trop durs.

Les Coxton, eux, n'avaient pas d'autre choix que de se serrer désormais les coudes avec les Jorgensen, afin de former un groupe plus important pour survivre. Ils étaient joint par leur solidarité de marins et leur haine de Risua qui avait tout rejeté d'eux.

Mais bientôt, ils apprirent que Todias avait fondé une ville sûre où ils pourraient mouiller leurs bateaux. Endurcis par l'exil, le groupe de marins n'eut pas de mal à s'imposer dans l'organisation naissante et chaotique de la ville. En effet, leur histoire de trahison, leur force de caractère, et le charisme de leurs leaders de l'époque leur permit de se faire une place en gagnant habillement le monopole du tout jeune port de Foxfield. Les Jorgensen avaient de nombreux bateaux, et ceux-ci ne furent pas de trop pour nourrir les nombreux réfugiés qui arrivaient sans cesse en ville, démunis.
Après quelques années, la situation de Foxfield s'était stabilisée, et les Jorgensen avaient de nombreuses alliances en ville. Les Coxton s'étaient étroitement liés avec eux : de nombreux mariages entre les membres des deux familles s'étaient produit, et celles-ci furent bientôt presque indissociables, au point qu'ils soient considérés comme une seule et même famille, les "Jorgensen Coxton", parfois désignés sous le sobriquet de "Joco" pour faire plus simple. Ce nom symbolise la force de cette famille et de la marine rebelle de Foxfield.

De nos jours, cette famille est devenue la terreur des mers. Son symbole (les deux mouettes sur le gouvernail, représentant les deux familles faisant cause commune en mer) devint même le pavillon noir, que les bateaux pirates arborent afin de se reconnaître entre eux. Ils sont les fournisseurs de beaucoup de ressources en ville, et des richesses acquises pendant des pillages en mer, ou dans les villages près des côtes. Ils sont également de très bons pêcheurs et nourrissent une bonne partie de la population de Foxfield où les récoltes sont difficiles à cause du terrain rocailleux.


Tout les marins ne sont pas des membres de cette famille, mais certains des capitaines de navire de Foxfield le sont, ou ont forcément déjà eu affaire avec eux. Ils sont très expérimentés, et savent tous parfaitement comment se diriger dans le dédale de récifs du golfe de Foxfield.
Du fait de l'énorme influence de cette famille, et du contrôle qu'elle exerce sur la baie de Foxfield, les capitaines qui n'en sont pas issus doivent leur verser un tribut, les butins sont taxés, et ceux qui ne connaissent pas la route à travers le dédale du Golfe doivent payer des guides Joco.

Il fallut plusieurs mois aux pirates de Foxfield pour obtenir le cap exact permettant de se rendre en Keh'faria. Ces équipages, toujours accoutumés à longer les côtes, durent s'habituer à voguer sans repères terrestres. Toutefois, après un certain temps, ils purent mettre en place une liaison régulière avec un campement et un mouillage qu'ils installèrent sur l’île de Zubaya, au nord de Keh'faria. De cet endroit, où les bateaux restent à l’abri des regards, il peuvent accéder à la côte keh'farienne pour commercer avec des A'jil, leur revendant quelques ressources de base, afin d'embarquer de nombreuses denrées exotiques, se revendant à prix d'or sur le marché noir de Foxfield, puis sur certains étals de Risua.




Jonathan Jorgensen Coxton
Seigneur pirate, Jonathan "Joco"

NOM • Jonathan Jorgensen Coxton
FONCTION • Leader de la famille "Jorgensen Coxton" et seigneur pirate
SEXE • Masculin
ÂGE • 44 ans
RACE • Hybride de plusieurs races aquatiques
DÉTAILS • Dur et inflexible, Jonathan est le leader des "Jorgensen Coxton", et donc le plus gros propriétaire de bateaux de Foxfield. Très tôt promis a un grand avenir dans la famille, son éducation fut impitoyable, développant chez lui des tendances dangereuses. Malgré cela, il devint un marin exceptionnel, qui ne se sent bien que sur un bateau ou dans l'eau. C'est désormais une personne qui sait se faire respecter, et qui ne semble souffrir d'aucune pitié envers ceux qui iraient contre sa volonté sur un navire. Fonctionnant principalement à l’instinct, Jonathan semble posséder une intuition pour les courants, les vents et les trajectoires, que certains traitent de divinatoire. Toutefois, il est la plupart du temps incapable de se contrôler socialement. C'est pourquoi son bras droit et ami, Olivier Coxton, le représente auprès de la ville et des autres familles influentes.


Olivier Coxton
Olivier Coxton

NOM • Olivier Coxton
FONCTION • Bras droit de Jonathan Jorgensen Coxton et gestionnaire des "Ressources maritimes" de Foxfield
SEXE • Masculin
ÂGE • 37 ans
RACE • Chien-Loup
DÉTAILS • Provenant d'une branche familiale non jumelée aux Jorgensen, Olivier s'est fait très tôt remarquer pour sa vivacité d'esprit et son ambition. Il forma une improbable amitié avec son aîné Jonathan, et fut le seul qui parvint à calmer ses colères légendaires par la suite. Ainsi Olivier Coxton, grâce a cette amitié, monta vite les échelons, et tant que bras droit il remplaça rapidement Jonathan pour les relations auprès de la ville et des autres familles dirigeantes, là où l'agressivité du seigneur pirate nuisait à quelque discussion que ce fut. C'est une personnalité aimée en ville, car considérée comme juste et aimable. Cependant, bien que son apparence et ses manières débonnaire donnent une bonne impression, c'est une personne calculatrice et sournoise au possible. Il a désormais la charge importante de gérer les butins et le fruit de la pêche rapportés des navires de Foxfield.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://cerith.forumactif.org
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: 2.2 - Fondation et structure de la cité libre de Foxfield   

Revenir en haut Aller en bas
 
2.2 - Fondation et structure de la cité libre de Foxfield
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Cantha, Elona, et la cité libre de l'Arche du lion
» Cité Soleil, Evens serait le plus riche des pauvres
» Fort-St Michel lieu macabre devenu le Cité Soleil du Cap-Haitien
» L'intervention ratée à cité soleil, à qui la faute ?
» Jeune artiste kidnappé , blessé par balle et laissé pour mort à Cité Soleil

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Le royaume de Cerith :: AdministrationTitre :: Règlement et contexteTitre :: Contexte-
Sauter vers: