Le royaume de Cerith
Bonjour à toi !

Nous sommes ravis que tu parcours nos terres, cependant nous devons te rappeler que l'accès au royaume est interdit aux mineurs.
Si tu veux t'inscrire, tu dois donc avoir 18 ans !

En te souhaitant une excellente journée !

_______________________________

If you want to warn us about a violated copyright or tell us you don't want to see your character/artwork on this forum, please visit this link.


Forum rpg fantasy furry
 
AccueilCalendrierFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 Hannibal, guerrier enchaîné [Finie]

Aller en bas 
AuteurMessage
Hannibal

avatar

Crédit avatar : https://surealkatie.deviantart.com/
Messages : 17
Date d'inscription : 31/03/2018

Feuille de personnage
Age: 26
Métier: Exécuteur des Saphis
Double compte:

MessageSujet: Hannibal, guerrier enchaîné [Finie]   Sam 31 Mar - 15:07

Hannibal
PRÉNOM • Hannibal
NOM • Dépourvu de nom propre
SEXE • Masculin
ORIENTATION SEXUELLE • Indéfinie
ÂGE • 26 ans
RACE • Bovidé
____________________________

GROUPE • Esclave
MAGIE • Néant

COMMENT AVEZ-VOUS TROUVÉ LE FORUM • Via un topsite
CODE DU RÈGLEMENT •
L'équipement de votre personnage.


Lorsqu’il est entré au service des Saphis, il y a de cela quelques années, Hannibal n’avait plus que ses vieilles frusques et une claymore dévorée par la rouille. L’Affreux n’avait jamais fait grand cas de l’état dans lequel pouvait bien se trouver ses serviteurs, aussi il n’avait que peu entretenu le matériel, à la différence des Saphis. Les nouveaux maîtres d’Hannibal ont peu à peu équipé leur esclave, au fur et à mesure que celui-ci faisait ses preuves. Il reçut une arme plus adaptée à sa taille et à ses fonctions, un espadon, qu’il lui fut ordonné d’entretenir comme tout le reste de son équipement. Vinrent ensuite les pièces d’armure, comme son plastron à cuissards et ses canons d’avant-bras. Il garde toujours une matraque à son côté, au cas où il devrait en venir à négocier plus brutalement ou à enlever quelqu’un. Le seul bijou qu’il possède est un simple pendentif en argent que lui a offert la fille d’Octave lorsque Hannibal encorna un voleur entré sur le domaine familial.

Physique de votre personnage


La silhouette d’Hannibal dépasse aisément les deux mètres, et couplé à sa robuste carrure digne d’une armoire en chêne, confirme l’expression « fort comme un boeuf ». Il a le crin noir, et une barbe de la même couleur qu’il tresse en natte. Sur son museau allongé, un septum en fer lui rappelle le sort réservé aux esclaves qui tentent de fuir, une leçon qu’il aura apprise à la dure. Hannibal a toujours des traits froncés, le visage dur et les yeux ternes. Ils sont pourtant d’un bleu ciel très clair, qui contraste avec sa sombre apparence et son aura de titan implacable. Certains pensent qu’Hannibal n’a pas d’âme, car en regardant dans ses yeux ils ne voient ni lueur ni larme humide. Mais cela fait bien longtemps que le taureau s’est entraîné à ne pas dévoiler ce genre de chose…

Ses cornes sont en ligne, légèrement recourbées vers l’avant aux pointes et de couleur charbon, bien plus sombres que ses cheveux. Son pelage est noir comme celui d’un ours, et parcouru de nombreuses cicatrices dues au fouet dans son dos. Personne ne peut cependant les voir, car elles sont dissimulées par les vêtements et l’armure d’Hannibal, qui joue les aplatisseurs dans la bande d’Astridia. Il possède aussi une queue dont l’extrémité est touffue et qu’il ne peut s’empêcher de faire balancer de droite à gauche lorsqu’il est sur les nerfs ou en train d’attendre quelque chose.
Ses sabots sont de la même couleur que ses cornes.

Psychologie de votre personnage


Imaginez un animal sauvage, enchaîné à un maître depuis des temps immémoriaux et si lointain que même les souvenirs de l’époque antérieure se sont déjà fanés. Hannibal ne se rappelle plus d’avoir jamais été libre, si bien que pour lui, pas de retour possible : il restera un esclave toute sa vie. La peur d’être affranchi le saisit parfois aux tripes, et il fait donc tout pour se rendre indispensable. Que faire si cela devait arriver un jour ? Il n’avait nulle autre raison pour laquelle se battre, s’entraîner, vivre… Sa volonté d’échapper aux chaînes des maîtres s’est depuis longtemps désagrégée, ses fuites successives l’ont rendu plus pessimiste quant à ses chances de sortir de l’engrenage. Il est passé d’un maître pauvre et virulent à un autre propriétaire plus riche et plus ménageant. Pourquoi voudrait-il se défaire de cette chance qui lui est donnée, après tant d’années à entendre le claquement du martinet ?

Oui, Hannibal est d’un pessimisme accablant. Pour lui l’amour, l’amitié, le bonheur ne sont que des sentiments qui ne lui sont pas réservés. C’est l’apanage des riches et des hommes libres. Lui n’est qu’un outil et doit penser en tant que tel, s’il ne veut pas dépérir. Une immense retenue, mêlée à son comportement agressif et déplaisant, sont censés l’empêcher de trop s’attacher, de trop se lier à d’autres. Et pourtant, les dieux savent que ce n’est qu’une façade. Sous la pierre, l’âme d’Hannibal désespère, touchée par son propre sort comme par celui des autres. C’est un être doué de sentiments. Il a juste préféré l’oublier et enfermer cette partie de lui dans un coffre sous scellé…
Loyauté. Protection. Exécution. Penser, c’est mal. Agir, c’est bien. Gloire aux maîtres, mort à leurs ennemis.

L'histoire de votre personnage


Hannibal, bras croisés, juché sur un dais légèrement à l’écart de la foule, observait avec attention le déroulement des transactions. Sous ses naseaux étaient traînés des âmes en perdition, de toutes origines et de toutes confessions, résignées ou insoumises. Qu’importe, dans quelques années, les plus rebelles seraient matés et rentreraient dans le rang. Il en savait quelque chose. Il avait été de ceux-là…

Une esclave semblait être plus agitée que les autres. Elle secouait ses chaînes et criait à qui voulait l’entendre que c’était une monumentale erreur et qu’elle ne devrait pas être ici. Hannibal grogna. Ceux qui étaient trop geignards ou trop bruyants se vendaient bien mal, car ils incommodaient les acheteurs. Le rôle du grand bovidé dans cette histoire était de palier à ce problème, afin que les bénéfices de Maître Octave ne fluctuent pas selon la marchandise. Hannibal descendit donc de son dais, pour aller à la rencontre de l’agaçante captive. A peine avait-il rejoint celle-ci qu’elle se tut devant l’imposante silhouette. Ses deux mètres dix de haut et son corps de bœuf rappellent à certains le ravalement de façade qu’ils auraient à subir s’ils ne la fermaient pas très vite. Maître Octave avait choisi Hannibal pour cela : sa taille, son poids, ses talents, mais aussi sa gouaille.

Hannibal renâcla en posant ses yeux bleu clair sur l’esclave.

« Tu crois être la seule à n’avoir rien à faire dans ce trou à rats ? Regarde autour de toi. Tous ont des chaînes, et tous ferment leurs gueules. Il n’y a que toi pour japper. Alors je ne te le dirai qu’une fois ; tu la boucles et tu baisses les yeux. Ça me ferait mal de te tourmenter le jour d’anniversaire de Mademoiselle Disanna. »

La voix du taureau était basse et menaçante, sans être ni agressive ni trop élevée. Un timbre qui faisait effet chez la jeune panthère. Figée, elle baissa les yeux vers le sol, et se mit à trembler de plus belle. Au moins, elle avait cessé ses pitoyables suppliques, qui n’auraient trouvé guère d’oreille attentive dans un endroit comme celui-ci. Sous le regard soulagé du commissaire-priseur, il rebroussa chemin afin de recouvrer sa juste place, sur le dais surplombant la vente. Il y trouva cependant une connaissance. Hannibal ne se tourna même pas pour saluer du chef le jeune renard qui avait pris place à côté de lui. Ce dernier, pourtant, ne se priva pas de commenter ce qu’il avait vu, de sa voix emplie de miel et de poison à la fois.

« Anniversaire de Disanna ou pas, tu ne l’aurais pas frappée, n’est-ce pas ? »

Hannibal roula des yeux. Ce goupil se mêlait vraiment de tout…

« C’est ‘mademoiselle’ Disanna, Arsin. Fais preuve d’un peu de respect envers ta maîtresse. »

Le dénommé Arsin laissa s’échapper un léger claquement de sa langue, suivi d’un grondement sec.

« Tu changes encore de sujet… Comme toujours. Bien, si tu ne veux pas en parler, je comprends. »

Hannibal arqua un sourcil, tournant finalement son museau vers la droite pour observer le renard argenté.

« Vraiment ? Encore une de tes ruses pour me tirer les vers des naseaux ? Si c’est le cas, je ne la comprends pas. »

Arsin secoua la tête en dévoilant ses crocs.

« Franchement Hannibal, deux ans que tu me connais, et moi je ne sais même pas quel est ton véritable nom, ni d’où tu viens. »

Le bœuf se ferma instantanément, et détourna les yeux pour continuer à surveiller la vente esclavagiste devant lui. Son nom… Hannibal. C’était ça, son nom. Il savait fort bien que ses parents l’avaient appelé autrement, mais ses souvenirs d’avant s’arrêtaient à des ombres, des silhouettes dans le noir. Le passé était flou, confus, distordu. Il avait beau ne pas être né esclave, il ne se souvenait de rien d’autre depuis sa première vente aux enchères. Même le prix de la transaction lui échappait encore… Cependant, il n’oublierait jamais son premier maître, celui-là même qui lui donna son nom.

Errol le Pangolin. Un voyou à la petite semaine qui avait racheté quelques enfants pour monter un nouveau type d’arnaque. Errol avait un esprit brillant et inventif, à égalité avec sa malchance monumentale et sa propension à se faire de nombreux ennemis. Le plan initial était d’attendrir les passants avec les petits bouts, histoire de pouvoir jouer les pickpockets avec plus de facilité. Malheureusement, la légendaire poisse du Pangolin l’avait amené à voler l’une des chéries de l’Affreux, un furrie hyène particulièrement vicieux. Pauvre Errol. Son cadavre est sans doute toujours prisonnier de cette boîte dans laquelle ils l’avaient enfermé, juste avant de lancer le tout dans la mer.

Les jeunots furent récupérés par l’Affreux et ses coquins, pour leur plus grand malheur. Hannibal se souvenait de ce second maître, le pire qu’un serf puisse avoir. Les petits yeux de l’Affreux étaient froids, débordant de la cruauté de son âme damnée. Hannibal ne tarda pas à essayer de s’enfuir, et il se souvint alors qu’il s’agissait-là de sa première grosse erreur. Auprès de n’importe quel autre maître, l’enfance aurait été plus douce, la vie plus appréciable. Mais voler l’innocence d’Hannibal était un plaisir dont l’Affreux ne pouvait pas se passer. Aussi, à la première fugue, le jeune furrie fit connaissance avec la brutalité du martinet, et l’angoisse de la mise au trou. La hyène voulait des esclaves dociles, dressés à la dure car il s’agissait-là du meilleur de tous les moyens pour se faire respecter.

Pourtant, Hannibal avait fui trois fois de plus. A chaque fois qu’il fut récupéré, il reçut à nouveau la visite du fouet. L’Affreux se vantait que Klaes, l’une de ses conquêtes, avait un don pour détacher la chair du dos. Une réputation loin d’être usurpée, et qui aurait tué Hannibal s’il n’avait pas été aussi costaud. Mais le martinet n’était pas qu’une arme causant des dommages physiques, car à chaque claquement, à chaque lambeau s’ouvrant sur l’omoplate et le bas du dos, c’était comme une part de l’âme qui suintait en lieu et place du sang, s’évaporant dans l’air pour rejoindre les limbes. Hannibal devenait plus docile, au fur et à mesure de ces leçons, comme s’il avait compris. Voyant quel bestiau pourrait devenir son esclave s’il était correctement entraîné, le chef de bande entreprit de confier Hannibal à l’une de ses connaissances en vue d’en faire une machine à tuer.

« Hannibal, c’est tout de même étrange comme nom pour un esclave. »

La voix d’Arsin tira le bovidé de ses réflexions. Il ne le regarda même pas, mais desserra le point pour présenter la paume de sa main au renard, qui recula d’un pas.

« Tu veux une claque de forain ? »

Arsin leva les bras en souriant.

« C’était juste pour dire... »

Hannibal souffla des naseaux, et le goupil comprit très vite qu’il ne fallait pas lui casser les sabots pour le moment. Et pour cause, quand le taureau voyageait dans les flots de son passé, il n’aimait pas être dérangé. Son humeur s’assombrissait déjà de se remémorer les châtiments corporels de l’Affreux, ou les leçons mortelles de Setrakan le Maître d’armes. Ce vieux bouc avait été sans pitié. Pas qu’il en ait jamais attendu de la part de ces démons incarnés. Au moins avait-il pu retirer ce qu’il voulait de ses enseignements barbares. Par les temps qui couraient, savoir manier une lame était très apprécié et très recommandé. L’ultime test avait été concluant, quand il avait brisé le dos du bouquetin de ses bras puissants. Hannibal entendait encore le craquement sec résonner dans son crâne, suivi du bêlement affolé et douloureux de son dernier mentor. C’est à partir de ce jour que l’Affreux avait eu peur de son esclave, pour la première fois.

« Adjugé pour deux cents cerithis ! Ce lot ne vous décevra pas ! »

Le présent rattrapa Hannibal, qui regarda les esclaves descendre de l’estrade avec résignation. Même la petite rebelle semblait accuser le coup de cette décision irréversible. Vendue, elle était vendue. Une chose. Un objet. Hannibal aurait dû avoir pitié pour elle, mais il se contrôlait. Cela faisait des années qu’il essayait de se fermer à ce genre de sentiments. La pitié, la compassion, les remords… Rien de tout cela ne lui avait jamais apporté de réconfort. Arsin tenta de reprendre la conversation, trouvant le silence gênant.

« Maître Octave sera content. Les lots se sont bien vendus cette semaine, tout particulièrement aujourd’hui. »

Hannibal opina du chef. Octave Saphis… Son troisième et dernier maître. L’Affreux était sur le déclin, et s’était endetté auprès des mauvaises personnes. Il lui fallait renflouer ses caisses, ou mourir. Malheureusement, les Saphis choisirent pour lui. A l’instar d’Erol, un cercueil de bois alourdi au plomb lui servait de dernière demeure dans l’océan, et ses esclaves, libérés du joug de leur infâme propriétaire, changeaient de main. Il se souvenait très bien de ce moment. C’était il y a trois ans, et il avait bien failli être revendu comme ses autres compagnons. Trois choses lui avaient permis de rester entre les mains des Saphis : son allure de béhémoth, sa maîtrise des armes, et son étonnante docilité. Après toutes ces années, Hannibal aurait donc été vaincu ?

En réalité, Octave Saphis était parvenu à l’enchaîner avec quelque chose de bien plus solide que du fer forgé.

De la reconnaissance.

Le grand taureau décroisa ses bras et descendit du dais, dégageant de la place du marché. Lui, Hannibal, l’homme de main sous les ordres d’Astridia, exécuteur des basses œuvres de la famille de ses maîtres, aussi obscurs soient leurs songes, aussi noirs soient leurs desseins. Toute sa vie, il la passera à veiller loyalement sur ses propriétaires et à participer aux raids de leurs bandes armées. Une arme sans état d’âme… Mais l’est-elle vraiment ?

Nul affranchissement n’est possible pour celui qui n’a jamais connu la liberté, ou qui l’a oubliée depuis bien longtemps. Et pourtant… Hannibal sait qu’au plus profond de lui-même, il a encore connaissance de ce qui fut autrefois son véritable nom.

CODAGE PAR DITA | EPICODE


Dernière édition par Hannibal le Mar 3 Avr - 9:20, édité 10 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Sélène Keïrsos

avatar

Crédit avatar : Tasanko
Messages : 653
Date d'inscription : 20/07/2016
Age : 27

Feuille de personnage
Age: 25
Métier: Milicienne
Double compte: Ayumi Blaz/Méphisto Ruthven

MessageSujet: Re: Hannibal, guerrier enchaîné [Finie]   Sam 31 Mar - 15:31

Bienvenu parmi nous ^^
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Van Agnir

avatar

Crédit avatar : Pacelic
Messages : 754
Date d'inscription : 15/08/2015
Localisation : Risua (sauf mission)

Guilde/Groupe : ________________ La Fraternité du Griffon d'Airain

Feuille de personnage
Age: 24 ans
Métier: Aventurier
Double compte: Rune Malgovan, Adalbert Vignevaux

MessageSujet: Re: Hannibal, guerrier enchaîné [Finie]   Sam 31 Mar - 16:14

Bienvenue sur le forum ! N'hésite pas à m'envoyer un mp si tu a des questions ou besoin d'aide !

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Hannibal

avatar

Crédit avatar : https://surealkatie.deviantart.com/
Messages : 17
Date d'inscription : 31/03/2018

Feuille de personnage
Age: 26
Métier: Exécuteur des Saphis
Double compte:

MessageSujet: Re: Hannibal, guerrier enchaîné [Finie]   Lun 2 Avr - 9:33

Merci à vous ! ^^

Edit : Ma fiche est terminée ! Very Happy
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Van Agnir

avatar

Crédit avatar : Pacelic
Messages : 754
Date d'inscription : 15/08/2015
Localisation : Risua (sauf mission)

Guilde/Groupe : ________________ La Fraternité du Griffon d'Airain

Feuille de personnage
Age: 24 ans
Métier: Aventurier
Double compte: Rune Malgovan, Adalbert Vignevaux

MessageSujet: Re: Hannibal, guerrier enchaîné [Finie]   Lun 2 Avr - 14:15

Et une validation, une !
C'est excellent, rien à redire.

Un autre admin passera sous peu te donner la seconde validation, avec ta couleur et tes 50 premiers cerithis !

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
William Steelfire

avatar

Crédit avatar : NullGhost
Messages : 657
Date d'inscription : 30/04/2015
Localisation : à Risua

Guilde/Groupe : ________________ La Fraternité du Griffon d'Airain

Feuille de personnage
Age: 26 ans
Métier: Aventurier et ancien forgeron
Double compte:

MessageSujet: Re: Hannibal, guerrier enchaîné [Finie]   Mar 3 Avr - 18:56

Aucun problème pour moi non plus ! Je te donne une seconde validation !

Bon roleplay sur le Royaume de Cerith !

_________________
Les Titres de William:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Hannibal, guerrier enchaîné [Finie]   

Revenir en haut Aller en bas
 
Hannibal, guerrier enchaîné [Finie]
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Thornac, le Nain guerrier
» Tralïn- guerrier nomade grand tueur d'orque
» Le Retour du Guerrier
» Arkh [Guerrier]
» Gwendal LeGrand, Fils du guerrier elfe Otomaî Dûltan .

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Le royaume de Cerith :: AdministrationTitre :: PrésentationsTitre :: Présentations validées-
Sauter vers: