Le royaume de Cerith
Bonjour à toi !

Nous sommes ravis que tu parcours nos terres, cependant nous devons te rappeler que l'accès au royaume est interdit aux mineurs.
Si tu veux t'inscrire, tu dois donc avoir 18 ans !

En te souhaitant une excellente journée !

_______________________________

If you want to warn us about a violated copyright or tell us you don't want to see your character/artwork on this forum, please visit this link.



 
AccueilCalendrierFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 Konra Tonkas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Invité
Invité



MessageSujet: Konra Tonkas   Jeu 26 Nov - 11:49

Konra Tonkas
PRÉNOM • Konra
NOM • Tonkas
SEXE • Masculin
ORIENTATION SEXUELLE • Bisexuel
ÂGE • 45 ans
RACE • Chien
____________________________

GROUPE • Noble - Comte
MAGIE • Magie de l'eau - Ayant un lien très fort avec l'eau, il parvient à la sentir et même à savoir quand la pluie tombera. Il peut attirer l'eau à lui et même retirer l'eau des éléments. Ainsi donc, il peut dessécher un arbre en lui retirant toute son eau. Il parvient à le faire également sur de petits animaux mais n'a jamais réussit à le faire jusque là sur un gros animal ou un autre individu plus "humain".
Télékinésie - Il a l'habitude de soulever de petites charges et peut en soulever des plus grosses mais pendant très peu de temps.

COMMENT AVEZ-VOUS TROUVÉ LE FORUM • Hum... En cherchant du furry mais ça fait des mois déjà que j'hésite à m'inscrire XD
CODE DU RÈGLEMENT •
L'équipement de votre personnage.


Konra possède une épée à une main semblable à une rapière mais il ne l'utilise jamais. Il n'a aucune armure sinon et la seule arme qu'il pourrait avoir avec lui et un vulgaire coupe papier, en d'autres termes, vous n'avez pas affaire à un guerrier.

Physique de votre personnage

Richement habillé de la tête aux pieds, des bijoux ornant ses doigts et ses oreilles, lorsqu'on le voit marcher dans la rue, on sait que Konra fait parti de la haute société. Sur ses babines, un sourire constant les étire et pourtant, il ne semble pas particulièrement aimable ou sympathique. Il semble curieux de la vie, doté d'un regard de glace qui parcourt l'assemblée à la recherche du moindre divertissement. Ceux qui le croise racontent souvent qu'une étrange impression se dégage de ce personnage, quelque chose de dérangeant. Est-ce parce que son sourire semble légèrement moqueur et amusé de tout ? Ou parce que ses yeux pour leur part semblent bien plus froid et hautain ?

De grande taille, Konra fait parti de ces hommes qu'on ne remarque pas dans la foule, jusqu'à ce que le regard se pose sur lui. Son pelage est d'un magnifique blanc de neige et son épaisse fourrure est si douce qu'on voudrait s'y blottir durant tout l'hivers. Un corps plutôt athlétique, en réalité il n'est pas spécialement fort, ni même très endurant lorsque ça concerne une activité physique. Si dans sa jeunesse il avait l'habitude de s'entraîner à l'épée, aujourd'hui il est plutôt distingué dans son siège à écrire ou à lire. Il court vite, mais peu de temps et lorsqu'on le force à courir trop longtemps, il semble au bord du gouffre, prêt à s'évanouir à tout instant. C'est pourquoi il manie bien plus souvent la magie d'ailleurs.

Le visage long et le museau gris, il a un grand ouïe et un excellent odorat, ce qui le fait souvent plissé le nez avec dégoût lorsqu'il sent une mauvaise odeur. Konda semble toujours plein de confiance, comme s'il pourrait mettre le monde à ses pieds et son regard est souvent éclairé d'une lueur hautaine et méprisante, toujours accompagné de ce satané sourire qui dérange ceux qui le connaisse plus en profondeur. Ses oreilles sont longues et si son visage garde souvent la même expression, pour leur part, elles s'agitent souvent. Comme quoi, il a beau être maître de ses expression et roi des hypocrites, ses oreilles peuvent le trahir. Etant légèrement myope, il garde toujours des lunettes ronde de couleur cuivré presque or. L'anneau qu'il porte à l'oreille droite est rattaché à une fine chaîne qui se rattache à ses lunettes à l'autre bout. Il peut néanmoins garder simplement l'anneau et retirer ses deux autres accessoires.

Ses doigts sont longs et fins mais si les adeptes des belles mains auraient pu saliver devant, il s'avère que ses griffes rebutent la plupart d'entre eux. Bien que ses griffes soient parfaitement soignées et de "toute beauté" comme il aime les appeler, beaucoup ne partage pas cet avis et les trouve trop longues. Néanmoins, bien qu'il semble si... "Parfait" physiquement, ce n'est pas en se laissant aller qu'il est devenu ainsi, mais bien parce qu'il entretient son corps minutieusement. Il aime s'habiller avec des vêtements en cuir brun mais porte parfois des vêtements plus nobles. Il a souvent une cape lorsqu'il fait froid ainsi que des mitaines.
Psychologie de votre personnage

Quel charisme, quelle intelligence ! Mais quelle culture et cette aisance dans la magie ! Konra n'est-il pas parfait ? Bien sûr qu'il l'est, il est le premier à le dire ! Imbu de lui même, égocentrique et égoïste, il assume ces merveilleuses qualités qu'on appelle parfois défauts. Mais d'après lui, la perfection ne peut l'être que lorsque défauts et qualités sont mélangés. Il a horreur de ces yeux de biche et de ces aventuriers avec le coeur sur la main, bien qu'il déteste également les citoyens ainsi. Il trouve ces gens hypocrites, à faire preuve de bonté pour se sentir eux même mieux dans leur peau, non pas pour réellement aider autrui. Pourtant, Konra est également un hypocrite, mais c'est différent ! Quand c'est lui, ce n'est pas grave, quand ce sont les autres, ce sont des êtres abjects et pire que de la vermine.

Néanmoins, malgré tout ces défauts, il est admiré par certains pour sa culture et son impartialité, bien que malheureusement, son sens de la justice est quelque peu erroné. Il juge durement et n'aime pas accordé de petites sanctions, mais qu'il s'agisse du petit peuple ou d'un noble, la sentence sera la même d'après lui. En fait, il aime plus encore lorsque de lourdes conséquences tombent sur les nobles qu'il ne supporte pas. Il n'aime pas leur suffisance, cette prétentieux dans leur regard... Mais il ne les aime pas non plus lorsqu'ils sont plein de bons sentiments qu'il trouve quelque peu niais. Il y a un juste milieu à tout. Perfectionniste, on peut néanmoins dire que Konra ne se sent pas supérieur pour rien. Lorsqu'il décide quelque chose, il l'obtient, par tout les moyens qu'il peut. Il est un manipulateur dans l'âme, à verser de fausses larmes pour attendrir la pauvre créature trop naïve pour échapper aux crocs du chien. Sauf que Konra n'est pas du genre idiot rêveur qui vise la lune ! Non, pas le moins du monde ! Il se fixe des objectifs atteignable et qui ne pourrait lui apporter des ennuis.

Car malgré son mauvais caractère et sa fourberie, Konra est fidèle à la royauté et même à la religion. Il vénère le Dieu Hai en particulier et ne jure que par son nom. Hai étant un symbole de sagesse pour lui, il a beaucoup de respect pour Loïka également qu'il juge cruelle et douce à la fois. Oui, comme vous l'aurez comprit, Konra est dur et froid, pouvant même faire preuve de violence envers ceux qui lui sont inférieurs. Même avec son fils, il n'a jamais été tendre, il aime la discipline, que tout file droit, comme ses plans le prévoyait. Lorsqu'il perd le contrôle des choses, le chien peut rentrer dans une colère noire et le seul moyen de le calmer sera de lui fournir l'un de ses esclaves pour qu'il peigne sa colère sur son corps. C'est un étrange contraste avec l'homme qui habituellement, s'avère poli et courtois qui semble si sûr de lui et parfait maître de ses émotions.

Konra est également un adepte de la luxure. Particulièrement attiré par les corps d'hommes, celui des femmes ne le dérange pas, c'est pourquoi il se considère bisexuel. Il aime les corps purs et fragiles, ceux qui semblent pouvoir se briser à tout instant. Il aime les défleurer et leur arraché leur virginité mais une fois chose faîtes, il n'a plus aucun intérêt pour le malheureux jeune homme. Car ce que préfère Konra, plus que tout, c'est le corps d'un homme plus robuste, celui d'un véritable fauve prêt à se battre pour garder ce qui est important pour lui. Evidemment, si ce dernier est assez idiot pour réellement se battre avec Konra, le chien peut devenir dès plus cruel. Non, ce qu'il aime, c'es voir cette forte tête qui meurt d'envie de lui sauter à la gorge, forcé de courber l'échine pour être épargné. Il aime ce rebelle qui voudrait attaquer, mais qui ne le fait pas. Leurs arracher leur dignité est une chose qu'il trouve jouissif, voir même attachant.

D'un naturel mesquin et cynique, il apprécie tout particulièrement d'embêter ceux qui n'ont pas le rang pour lui tenir tête, mais qui aboient beaucoup. Ils apportent quelques couleurs à sa vie et Konra cherche plus que tout la distraction. Et puis... Voir un mâle dominant se faire soumettre n'est-il pas excitant ?
L'histoire de votre personnage


« Deviens ma femme et en échange tu n'auras plus à mener une vie de pouilleuse. »

Le vent emmêlait les cheveux de la jeune renarde face à Konra. De ses grand yeux d'émeraude, elle le scrutait avec une certaine incompréhension, observant d'un œil intrigué l'élégante tenue qu'il arborait avec fierté. Ils étaient totalement différents, le parfait opposé. Elle, avec ses cheveux brun et son pelage d'un magnifique roux, portant sur le dos des vêtements qu'elle n'osait appeler ainsi et lui, fils de riche au pelage d'ivoire, avec ce sourire plein de charme et d'assurance qui lui donnait des airs presque royaux. Et durant cette journée agitait et corsée par quelques rafales glaciales, cette étrange proposition venait de lui être confiée.


- La famille Tonkas a pendant longtemps voyagé dans le royaume. Famille de marchand, ils trouvèrent finalement repos à Risua, bien qu'une partie de la famille s'installa à Tamaros. Si le commerce à Tamaros eu un certain mal à démarrer, les Tonkas présent dans Risua prospérèrent rapidement. En tant qu'anciens marchands ambulants, ils avaient de nombreuses trouvailles de bonne qualité, les spécialités de chaque région. Ils avaient tout un réseau entre les différentes villes et royaumes ce qui leurs permettaient d'échanger leurs marchandises entre eux et ainsi de ne jamais essouffler les articles qu'ils proposaient. Leur renommée ne cessa d'accroître dans le milieu et ce fut durant la période...

L'homme agita ses oreilles et posa ses yeux de velours sur l'adolescent qui semblait plongé dans ses pensées tandis que sa plume s'agitait sur la page que le professeur lui avait confié. Une main dans le dos, le félin s'approcha du plus jeune pour contempler son oeuvre, hélas, forcé de constater qu'il ne l'écoutait guère, il lui asséna une tape derrière la tête en agitant machinalement sa queue.

- Monsieur Konra, je vous prierais d'écouter les leçons que je vous donne. Un Tonkas qui ignore l'histoire de sa famille, quelle honte !

Et Konra répondit en grognant et en relevant ses yeux vers le chat. Son pelage était blanc et gris et ses yeux avaient une couleur dès plus banal : un brun. Toujours droit comme un i, le visage sévère et le regard perçant, le chien blanc avait tendance à penser que le serviteur des Tonkas aurait été un parfait geôlier.

- Ne suffit-il simplement pas que je sache que notre richesse nous vient du commerce et que notre titre nous a été accordé durant la Chute lorsque les Tonkas ont aidé le peuple et ont également déboursé une partie de leur somme pour venir en aide aux citoyens ?

Il ne voyait pas l'intérêt de savoir où la richesse s'était faîtes, à vrai dire, Konra ne voyait que peu d'intérêt à l'histoire. S'il en avait eu l'autorisation, il serait devenu l'un de ces voyageurs qui passait de temps à autre dans la ville. Leur vie semblait si palpitante ! Lorsqu'on était un aventurier, les femmes devaient roucouler dès qu'on mettait un pied dans une auberge.

- Non, ça ne suffit pas, le serviteur lui retira sa feuille mais la garda bien droite, tendu vers le jeune chien. D'autant plus que vous gaspillez votre temps avec de futiles rêves. Un noble ne voyage pas.
- Et qui m'en empêchera ?! Je suis Konra Tonkas, personne ne m'interdis de faire quoi que ce soit, je dis bien, Personne !
- Oh mais je n'en doute pas à l'heure actuelle monsieur. Mais si vous persistez à vouloir vous engager dans cette voie, vous ne serez plus le puissant que vous êtes, vous ne serez rien de plus qu'une vermine qui se bat le soir pour dormir à la belle étoile.

Et sur ces mots, il écrasa la feuille de papier et la jeta dans une petite corbeille plus loin. Konra avait toujours ce qu'il désirait. Toujours. Pourtant l'enseignant et serviteur de la famille ne cessait de lui tenir tête. Il était d'ailleurs bien le seul à en avoir la permission. Même son père ne lui donnait pas d'ordre ! Mais à vrai dire, lorsque Konra passait devant son père, il avait l'impression d'être invisible, de n'être qu'un rien face à lui. Mais qu'importe ! Il finirait bien par se faire remarquer, par se faire un nom et ensuite par le détrôner.

Avant d'arriver au jour de cette étrange proposition, bien des choses se passèrent. Des années pour être plus exact, des années et des années. Meruth ne se contenta pas de lui apprendre l'histoire de sa famille, mais lui apporta également de nombreuses connaissances concernant l'histoire de ce monde et les lois. Il lui apporta un savoir certain, jusqu'à ce que l'adolescent oublie cette idée folle de devenir un aventurier, bien qu'au fond, il savait pertinemment que ce sentiment qu'il étouffait chez le garçon finirait par nourrir sa jalousie envers autrui. Il lui inculpa l'art de la magie ainsi que l'escrime, aidé néanmoins par un autre serviteur car malgré ses nombreuses connaissance, le félin n'était pas tout puissant. Le chien blanc quitta son foyer durant plusieurs années, rentrant même dans une école de magie. Mais plus les années passèrent... Plus Tinrung Tonkas, père de Konra devint intransigeant et exigea de son fils d'être le meilleur des fils. Meruth ne pouvait apaiser le jeune noble qui ne cessait de haïr son paternel, de le haïr et de l'aimer en même temps... Et il était certain que cette colère finirait elle aussi par exploser tôt ou tard et par faire de lui un homme au fond mauvais et sans scrupule. Et il n'avait pas vraiment tort.

Konra était furieux, marchant rapidement dans les rues de la ville. Marchant néanmoins avec aisance et dignité, il regardait droit devant lui, avec une assurance inébranlable. Il n'avait pas le temps d'attarder ses yeux de glace sur les citadins, il n'avait qu'une mission et il allait la mener à bien. Mais le chat serviteur derrière lui semblait refuser de le laisser partir. Il le rattrapa par de grandes foulées.

- Jeune maître, vous n'êtes pas sérieux ! Vous trouvez une épouse sans même la connaître, en demandant à n'importe quelle femme ? Ce n'est pas digne d'un Tonkas !

Le chien s'arrêta finalement et tourna la tête vers son interlocuteur. Il était de grande taille, bien plus grand que son ancien enseignant en tout cas. Pendant longtemps il l'avait perçu comme un modèle mais à présent... Il se demandait comment un si petit être à l'apparence aussi insignifiante avait pu un jour être son modèle ! Il avait de beaux yeux, rien de plus. Il était trop petit, trop chétif, sa voix était trop aiguë et plaintive et son touché était si délicat que ses doigts semblaient à peine effleurer les surfaces. Ses caresses étaient apaisantes et son odeur ressemblait à un mélange de lys et d'orange... Son visage était trop expressif et la peine qu'on pouvait lire au fond de ses yeux donnait envie au chien de le martyriser un peu plus... Mais il secoua la tête pour reprendre ses esprits et cessait de divaguer sur l'apparence du félin. Qu'il lui plaise ? Impossible ! Konra n'allait pas être charmé par un misérable serviteur de sa famille !

- Je ne désire pas n'importe quelle femme. Celle que je choisirais sera la plus belle de toutes. Je veux que les hommes se tournent sur son passage, qu'à mes côté elle ressemble à une reine. Je veux que l'enfant qu'elle me donnera soit le plus beau de tous, le plus fort et le plus intelligent ! Ce sera un héritier parfait, si parfait que Père lui même ne saura en détacher son regard !

Car c'était là son but, avoir un héritier et offrir à son père le petit fils qu'il désirait tant. Konra n'avait pas encore vingt-quatre ans, mais il désirait déjà cet enfant. Il n'avait que faire de tomber amoureux ou de fonder une famille ! La femme qu'il choisirait ne serait son épouse que de nom, jamais il ne l'aimerait, il voulait simplement la femme parfaite.

- Monsieur Konra... Vous n'avez nulle preuve à faire, pourquoi vouloir mettre au monde un enfant qui n'aura pour but que de satisfaire vos désirs ? Donner la vie ne devrait pas être un moyen de vengeance.

Sa voix avait été douce et délicatement, le félin avait posé sa main sur l'avant bras du canin qui émit un léger grognement. Il avait réussi à le convaincre pour cette fois. Du moins, c'est ce que tout deux avaient pensé, jusqu'à ce que Konra la voit. Il la vit, elle. Cette magnifique renarde au pelage roux, à la silhouette élancée et féminine. Ses cheveux étaient longs et d'un brun chocolat qui s'accordait à merveille avec ses oreilles. En la voyant, Konra su. Ce devait être elle son épouse.

Durant de longues semaines, Konra observa la jeune fille. Quatre ans de moins que lui, elle faisait parti du dernier palier dans la hiérarchie, enfin... Presque la dernière. Elle n'était pas esclave, mais il n'aurait pas été surprenant qu'elle finisse par le devenir. Vivant dans la misère, elle finirait tôt ou tard par emprunter de l'argent pour subvenir à ses besoins, hélas, elle même le savait, elle n'aurait jamais réussi à rembourser ses dettes. Alors, lorsque l'étrange proposition fut agitée sous son museau, elle hésita longuement mais dès le lendemain, elle accepta finalement. Elle deviendrait la femme de Konra et donnerait naissance à son héritier. Elle élèverait leur fils et en échange, jusqu'à la fin de ses jours, il veillerait sur elle financièrement. Quelques mois à peine après l'accord, ils furent mariés et peu de temps après, elle donna naissance à un enfant, un petit garçon qui fut nommé Alkas. Il avait des allures de chien, avec un pelage roux et blanc et des yeux d'or. Il était comme l'avait désiré Konra, magnifique. Hélas, le chien blanc n'apprit pas des erreurs de son père. Obsédé par un désir de perfection, il éleva son fils aussi durement que son père l'avait fait avec lui. Il n'accorda que peu d'attention à sa femme, la trompant régulièrement avec ses jeunes esclaves ou des hommes rencontrés par hasard. Ce fut à ses 28 ans que son père perdit la vie, rongé depuis la maladie, raison pour laquelle Konra avait désiré avoir un fils si jeune. Finalement, tout allait à merveille pour le chien, sans se douter que celle qu'il avait épousé était une véritable vipère.

- Monsieur Tonkas, je quitte la ville.

Konra ne s'y était pas attendu. Plongé dans sa lecture, il ne s'était pas vraiment intéressé par la venue de Meruth dans ses appartements. En fait, il laissait le félin agir à sa guise, surtout depuis quelques temps. Le chien n'aurait pas vraiment pur dire quand est-ce qu'ils avaient franchi le pas, passant le stade du serviteur et de son maître à un statut plus intime... Mais ce n'était toujours que quelque chose de volage. Konra n'avait aucune envie d'être sérieusement avec quelqu'un, il aimait sa liberté et découvrir de nouveaux corps. Néanmoins, jamais le chat ne lui avait confié un quelconque désir d'éloignement.

- Que veux-tu dire ?

Meruth détourna les yeux, visiblement mal à l'aise. Il y avait quelque chose. Il se passait quelque chose. Konra referma son livre et se leva pour le rejoindre. Cependant, lorsqu'il tendit la main vers ce dernier pour caresser sa joue, sa main fut repoussée d'une claque, ce qui le choqua profondément.

- Ça suffit, cela a assez duré Konra... Ne crois-tu pas que tu as fais suffisamment de mal à ta femme en agissant ainsi ?

C'était donc ça. Elle avait comprit la relation qu'ils entretenaient et elle lui avait parlé. Lui avait-elle demandé de ne plus l'approcher ? De le quitter ? Mais il en était hors de question. Le chien blanc gronda de colère avant d'attraper son serviteur par le bras. Il le traîna à son lit et le jeta au milieu de ses draps. Agilement, il grimpa au dessus de lui et sorti du tiroir de sa table de chevet deux rubans d'un rouge vermillon. Il l'attacha au sommier mais l'abandonna ainsi et quitta la chambre pour rejoindre sa femme au rez-de-chaussé. En voyant cette dernière sagement assise sur le canapé avec le petit Alkas, il s'écria.

- Qu'est-ce que ça signifie ? Qu'as-tu dis à Meruth ?!


La renarde leva ses yeux vert pour contempler son mari et avec toute la délicatesse d'une mère, elle embrassa le crâne de son enfant avant de lui murmurer d'aller jouer dehors. Vêtue d'une robe en lin blanc, elle s'avança vers lui et croisa les bras, pleine de fierté et d'assurance. Devenir la femme d'un Comte l'avait rendu bien plus confiante qu'auparavant.

- De quoi est-ce que tu m'accuse au juste ? De discuter avec ton serviteur ? Cela fait des années que je le fais, pourquoi une telle possessivité à présent ?

Ce petit jeu auquel elle jouait ne l'amusait pas, pas du tout. Il détestait ne pas avoir le contrôle. Il haïssait ça. Ne pas avoir vu le désir de Meruth plus tôt le mettait hors de lui.

- Ne fais pas l'innocente Nimiel ! Comment oses-tu le chasser d'ici et me l'enlever ?

Et ces mots semblèrent la piquer à vif. La petite dame pleine de fierté s'effrita, ressemblant peu à peu à une pauvre créature, une femme qui se sentait bafouée et trahit.

- N'en parles pas comme s'il était ton époux ! Je suis ta femme, ne devrais-tu pas me regarder moi et moi seule ? Comment puis-je me satisfaire de cette situation quand un serviteur dort dans le lit que je devrais partager ! Au lieu de cela, je n'ai qu'un fils pour tenir compagnie à mes nuits de solitude, dans cette chambre à part de la tienne.

Et malgré les larmes qui perlèrent sur ses joues, Konra n'éprouva aucune empathie pour cette dernière. Il se contenta de cracher avec froideur, plantant ses yeux insensible dans ceux de celle qui aurait du être sa bien aimée.

- Il n'a jamais été question d'amour ou de fidélité dans notre contrat. Je n'ai en aucun cas fauté dans notre accord, peut-être aurais-tu dû être plus précise lors de notre marché.

Konra tourna les talons, laissant la jeune femme seule. Elle le regarda partir en le foudroyant d'un regard assassin et murmura quelques mots incompréhensible mais qui jura bel et bien de se venger de lui. Lorsque le chien revint dans sa chambre, il ferma sa porte et commença à se déshabiller... Et malgré les larmes de son amant et ses nombreuses supplication pour qu'il le laisse partir, Konra refusa de le relâcher avant d'en avoir fini avec lui.

Meruth n'adressa plus la parole à celui qui avait été son maître et ce, jusqu'à son départ. Malgré le silence de Konra, une immense peine le submergea, mais par fierté, jamais il ne l'avoua. Peut-être même qu'il ne comprit pas la raison de ce poids tandis qu'il regardait son unique fidèle s'éloigner de sa demeure. Plus jamais il n'entendit parler du chat et l'amour que lui portait Nimiel disparut également le jour où il rejeta ses sentiments. C'est alors que la demoiselle toucha à cette corde sensible. Elle anéantirait tout ses plans, sans qu'il ne se doute de rien. Pendant longtemps, elle élabora son plan. Elle fournissait à Alkas tout l'amour dont il avait besoin, tandis que son horrible père le terrifiait peu à peu. Très vite, il devint la bête noire de son fils tandis que sa mère était une véritable héroïne... Et Konra découvrit le plan de sa femme lorsque son fils eu atteint ses dix-neuf ans et que fièrement, il lui annonça qu'il deviendrait religieux, fidèle de Loïka. Et Konra en fut fou de rage. Parce qu'il comprit enfin. Nimiel se vengeait ainsi, elle avait élevé ce fils dans l'unique but de le faire rejoindre cette voie et de faire de son fils, l'un des êtres les plus abject aux yeux du puissant.

Nimiel était partie plusieurs jours. Sachant que son fils allait tout avouer à son père durant la semaine précédente, elle avait préféré s’éclipser le temps que sa fureur se calme. Konra était instable et imprévisible et surtout... Il la détestait. Elle n'aurait donc pas été très surprise si son mari avait tenté de l'assassiner sauvagement. Et imaginer cela l'avait fait rire, rire car elle l'avait imaginé fou de rage, se décomposer à petit feu. En bref, c'était une bonne semaine pour elle et une merveilleuse journée à l'idée de contempler l'ampleur des dégâts à présent. Assise dans le salon, elle souffla doucement sur le thé qu'elle était en train de boire quand elle entendit le chien la rejoindre.

- Bonjour chéri.
- Ne joue pas avec mes nerfs aujourd'hui, je risquerais de commettre un acte contre ta personne.

Un sourire mesquin naquit sur les lèvres de la renarde qui laissa couler son regard d'émeraude sur lui. Elle s'abreuva d'une gorgée, jubilant de le voir si furieux contre elle.

- Tu as passé une mauvaise journée ? Pourtant tu devrais savoir que Alkas est devenu un religieux, n'est-ce pas formidable ? Il va pouvoir s'épanouir librement et vivre pleinement sa vie...

Mais Konra s'en fichait de ça et elle le savait bien. Il avait détruit sa vie, mais elle ne le laisserait pas pourrir la vie de son enfant. Car malgré sa vengeance, Nimiel aimait réellement son fils. Elle s'en était servit contre son mari, mais avait fait en sorte qu'il soit heureux néanmoins et qu'il s'épanouisse dans sa nouvelle vie.

- Tu le savais ! Tu l'as élevé dans cet unique but ! Tu as trahis ton engagement !

Mais la femme reposa sa tasse et se leva brusquement, furieuse qu'elle soit traitée ainsi. D'un geste sec, elle lui intima de se taire d'un mouvement de main avant de s'écrier d'une forte voix.

- Je t'ai donné un fils, un héritier ! Je suis ton épouse, je n'ai nullement trahis notre contrat ! Tu n'as jamais précisé qu'il ne devrait pas devenir religieux ! Tu aurais dû être... Qu'avais-tu dis déjà ? Plus précis !

Et finalement, un sourire victorieux étira ses babines tandis qu'elle croisait les bras. Konra aurait donné n'importe quoi à cet instant pour la tuer, la découper en petits morceaux et la donnait en pâture à n'importe quelle créature vivant dans les alentours.

- Disparais de ma vue. Dorénavant, tu ne vivras plus ici ! Dorénavant tu n'auras plus le droit de revenir ! Je payerais ton loyer et tes besoins, mais tu ne vivras plus dans mon luxe !

Et la jeune femme s'avança vers lui, riant avec moquerie.

- Tu es d'un pathétique Konra. Regardes toi ! Tu es si obsédé à l'idée d'être le meilleur de tout les Tonkas que tu te contentes de me jeter dehors, tu ne demande pas même le divorce ! Est-ce parce que jamais un membre de ta famille n'a agit ainsi ? As-tu si peur d'être un échec pour ton sang ?


Elle détourna la tête en fermant les yeux, reprenant avec raillerie.

- Mais tu as échoué dès que tu m'as demandé ma main ! T'abaisser à payer une femme pour qu'elle veuille de toi, en agissant ainsi, tu as échoué là où tout les autres ont réussi.

Mais Konra n'en écouta pas d'avantage. Il la gifla avec une telle brutalité qu'elle tomba par terre, la lèvre fendu. Jamais auparavant il n'avait levé la main sur elle, jamais auparavant il n'avait eu tant envie de tuer quelqu'un. Elle était tout ce qu'il détestait. Et il ne serait jamais un échec.

Élevé dans l'amour de son prochain et dans la générosité, Alkis se sentait proche du peuple. Afin d'en être plus proche encore, il désirait ardemment perdre son titre de noblesse. Nimiel ne comprit qu'après cette découverte qu'elle en avait trop fait et qu'en l'éduquant ainsi, elle avait fait de son fils un homme qui vivait dans une réalité différente à la leur, qui ne voyait qu'amour et paix, qui refusait de voir la part de laideur en ce monde. Konra continua de subvenir aux besoins de sa femme et tout comme elle l'avait prédit, il ne demanda pas le divorce... Mais il ne cessa de nourrir sa haine envers le monde, s'en prenant aux innocents sans le moindre remord. Konra aurait fait n'importe quoi pour soulager ne serait-ce qu'un peu ses ressentis.
CODAGE PAR DITA | EPICODE


Dernière édition par Konra Tonkas le Sam 19 Déc - 4:51, édité 3 fois
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Konra Tonkas   Ven 18 Déc - 11:24

Enfin fini ma prez ! En espérant que l'histoire ira :c
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Konra Tonkas   Ven 18 Déc - 16:27

Il te manque juste le code secret, et ce sera bon ^^
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Konra Tonkas   Ven 18 Déc - 21:55

Je crois que c'est bon là, en espérant que ce soit le bon code
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Konra Tonkas   Sam 19 Déc - 10:14

C'est bon, tu as ma validation ^^
Revenir en haut Aller en bas
Van Agnir

avatar

Messages : 602
Date d'inscription : 15/08/2015
Localisation : Risua (sauf mission)

Guilde/Groupe : ________________ La Fraternité du Griffon d'Airain

Feuille de personnage
Age: 24 ans
Métier: Aventurier
Double compte: Rune Malgovan, Adalbert Vignevaux

MessageSujet: Re: Konra Tonkas   Sam 19 Déc - 11:01

Je te donne également ma validation. J'ai beaucoup apprécié ton histoire, c'était passionnant à lire ! Et subtilement écrit. Bravo.

Tu viens donc de gagner officiellement ton groupe. Bon rp sur le forum !

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Konra Tonkas   

Revenir en haut Aller en bas
 
Konra Tonkas
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Konra Tonkas

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Le royaume de Cerith :: AdministrationTitre :: PrésentationsTitre :: Oubliettes-
Sauter vers: