Le royaume de Cerith
Bonjour à toi !

Nous sommes ravis que tu parcours nos terres, cependant nous devons te rappeler que l'accès au royaume est interdit aux mineurs.
Si tu veux t'inscrire, tu dois donc avoir 18 ans !

En te souhaitant une excellente journée !

_______________________________

If you want to warn us about a violated copyright or tell us you don't want to see your character/artwork on this forum, please visit this link.



 
AccueilCalendrierFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 Egnyitó Irfan, barde

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Invité
Invité



MessageSujet: Egnyitó Irfan, barde   Lun 11 Juil - 16:26

Egnyitó Irfan
PRÉNOM • Egniytó (A prononcer "Egg-ni-i-to")
NOM • Irfan
SEXE • Masculin
ORIENTATION SEXUELLE • Bisexuelle - A préférence masculine.
ÂGE • 21 années
RACE • Renard roux
____________________________

GROUPE • Citoyen
MAGIE • Aucune

COMMENT AVEZ-VOUS TROUVÉ LE FORUM • Grâce à Kaelyn
CODE DU RÈGLEMENT •
L'équipement de votre personnage.


Un luth de bonne qualité, fait en bois de noyer. Il est cependant très abîmé, indiquant son vieil âge. Les cordes ont été remplacés à de nombreuses reprises. Il demeure attachée la plupart du temps à son dos avec une lanière de cuir.
Un petit carnet de cuir qu'il conserve avec attention au fond de son sac.
Un sac de jute, troué et raccommodé à certains endroits. Il ne contient que peu de choses, comme une plume et un encrier ou une petite bourse de monnaie.
Un bâton de marche fait d'une branche de chêne taillée.

Physique de votre personnage


Pas plus grand que ses comparses, voire même un peu plus petit, Egnyitó ne se distingue pas fondamentalement de ses paires par quelques attributs différents.
Doté d'un pelage orangé recouvrant une bonne partie de son corps, seules les extrémités de ses pattes (avants et arrières) sont recouverts d'un pelage blanc, de même que l'arrière de sa queue, et son torse.
Son visage est fin et élancé, surmonté de deux yeux de la couleur de l'ambre. Ses cheveux sont d'un roux bien plus foncé que le reste de son pelage tandis que le bas de sa mâchoire est recouvert de nouveau d'un pelage blanc, aux poils bien plus longs, ajoutant une sorte de duvet au reste de son corps.

Il porte la plupart du temps une simple tunique de tissus d'un violet sombre, se terminant par de larges bandes rouges aux extrémités. Elle est composée d'une sorte de petit manteau recouvrant une tunique plus simple, fermée par une petite ceinture du même tissus, rouge.

Pour peu que quelqu'un puisse voir le corps nu du renard, il s'attardera inévitablement sur son dos, portant une large cicatrice partant de son omoplate gauche pour venir se ficher au niveau de sa fesse droite. Elle semble avoir été faîte par une lame fine, telle une dague et a mal été soigné à l'époque, d'où la présence de la cicatrice désormais.

Cette cicatrice semble être également la cause de sa démarche un peu boitillante dont il compense à l'aide d'une simple branche de chêne taillée.

Psychologie de votre personnage


Lorsque que l’on rencontre Egnyitó, on peut facilement l’apparenter à une sorte de successions de personnages divers qui composent ce petit être.
A première vue, il ressemble à un simple renard, rêveur, lunatique, le sourire aux lèvres. Il aime à se déplacer en s’attardant sur les détails les plus insignifiants, cherchant une quelconque inspiration pour ses nombreux poèmes.

Quand on tente alors de venir découvrir ce renard rêveur, on se heurte à une sorte de mur, une profonde timidité se crée alors, lui faisant adopter un visage bien plus renfermé. Il cherche, de manière non intentionnelle, à se défendre contre la personne qu’il a en face de lui, ne désirant pas se retrouver dans la même situation qui a failli lui coûter la vie il y a quatre ans, ou subir de nouveau les coups de son père. Il garde cependant son attrait aux détails mais dans un rôle bien plus défensif. Pour peu que le renard considère la personne digne de sa confiance, il retrouve ce personnage lunatique et rêveur, devenant un compagnon agréable.

En dernier personnage, on découvre celui du barde alors qu’il entre sur scène. Une fois les pattes posées sur cette dernière, il s’abandonne corps et âme à cet art pour lequel il a décidé de dédier sa vie. Il rit, sourit, danserait presque si sa jambe le lui permettait. Il chante et conte de sa voix perçante, légèrement plus aigüe que la voix des personnes de son âge.

Perdant ses moyens à la vue du sang, le jeune renard possède une répugnance quasi fanatique à la violence physique. Il ne la tolère pas, mais ne prendra jamais partit pour l'empêcher.

L'histoire de votre personnage


Né au sein du golfe de Foxfield, Egnyitó est le quatrième enfant d'une fratrie de huit, composée de trois frères et de cinq sœurs. Son père, Algeln Irfan était (et doit l'être encore) le chef d'une petite bande de voleurs sans grand intérêt composée d'une vingtaine de membres, tous des renards. Quant à sa mère, Hilnya, bien que le fruit d'un rapt au sein d'un campement de marchands, elle est tombée éperdument amoureuse de son ravisseur bien qu'elle ne pratique pas avec lui les nombreux rapts dont il fait sa fierté.
Ses frères et sœurs ont tous embrassé la même carrière que leur père, se tournant ainsi vers les vols pour subvenir aux besoins de la famille, toujours plus nombreuse.

Son enfance fut marquée par les nombreux déplacements de la famille, voyageant ainsi avec la bande du père au gré des saisons et des déplacements des caravanes. Il connaît ainsi le Golfe comme sa poche, ayant eu le loisir de le découvrir et de revenir de nombreuses fois à divers endroits selon les besoins du groupe.
N'ayant pas eu une enfance plus heureuse que malheureuse, il fut élevé comme ses frères et sœurs, dans l’amour de sa mère et les accès de violence de son père, aux arts du vol et du banditisme. Il a ainsi acquis une certaine dextérité au niveau de ses pattes ainsi qu'un regard bien affuté. De ce père hargneux, il a développé ce personnage défensif, ne répondant plus et devenant très obéissant en sa présence pour ne pas subir de nouveau les coups de griffes qui constituaient une bonne partie de son éducation et de celle de ses frères et sœurs. Mais malgré cette éducation rude, leur mère était aussi aimante que pouvait l’être une mère, les réconfortant, les aidant dans les moments difficiles qui jalonnaient le début de leur vie.
Cependant, il ne fut jamais vraiment attiré par les arts subtils du vol et du meutre, désireux de découvrir un monde fait d'autre chose que de violence et de vols. Il aimait particulièrement les chants que sa mère comptait aux nouveaux nés, les couchant sur le papier avec une ferveur impressionnante.

C’est aux alentours de la septième année de sa vie que son prit alors la décision de les initier à l’art d’ôter des vies. Quelques prisonniers furent alors dépêchés, récupérés au sein d’un énième raid. Battus à mort, ils avaient été brisés pour ne pas opposer la moindre résistance. Alignés devant les membres de la fratrie suffisamment vieux pour cela, Algeln avait remis un couteau à chacun de ses enfants, cadeau morbide d’un père qui l’était tout autant pour sa progéniture, intimant à ses enfants l’ordre d’exécuter de sang-froid ce prisonnier qui avait soigneusement préparé. Rituel macabre dont le but était de les préparer à ce qu’ils allaient devoir faire de leur vie.
Egnyitó refusa, à de nombreuses reprises, mais les mots de son père et la violence dont il pouvait faire preuve le firent plier. Il égorgea le prisonnier qui lui avait été désigné, ne regardant pas ce léopard au pelage de nuit dont il connaîtra rien. De cet épisode morbide, il garde une aversion des plus fanatiques pour cette violence qui peut être aussi gratuite qu’injustifiée. Le sang l’a marqué à vie. A partir de là, il essaya du mieux qu’il peut de ne plus tuer durant les raids et les vols, laissant plutôt à ses frères et sœurs le soin de finir le travail qu’il n’avait même pas eu le courage de commencer. Il préférait ainsi s’égarer loin du champ de bataille, faisant attention à se couvrir de terre et d’autres artifices pour donner l’illusion qu’il avait combattu.

Au cours de sa 12ème année, il prit part avec le reste de la famille à un raid sur une caravane de marchands, tuant et pillant ainsi la caravane. Cependant, le jeune renard fut intrigué par un cadavre encore chaud. Ce rat, portant un chapeau à plumes ayant brûlé possédait un luth, luth d'une qualité assez belle et ayant survécu par miracle au massacre. Il l'arrachant au pauvre hère qui n'en aurait plus besoin, récoltant un butin.
Malgré tout, ce luth devint une obsession pour le jeune renard et avec le temps, il décida d'abandonner sa famille.
A l'aube de sa 17ème année, il se sépara du groupe alors que celui-ci partait se réfugier plus haut dans les montagnes à l'approche des neiges de l'hiver. Sa disparition ne fut pas remarquée avant l'arrivée du groupe au refuge, déclenchant la colère d'un père hargneux, et le chagrin d'une mère aimante.

Sillonnant les routes après coup, durant cette dix-septième année, il traversa une bonne partie du Golfe, découvrant, apprenant, récoltant divers chants et œuvres pour enrichir son répertoire. Malgré tout, le destin frappe toujours. Au cours d'une nuit, il fut lui-même la cible des brigands qui l'avaient vu naître. En effet, le petit groupe de son père, composé de deux de ses frères ainsi que des quelques badauds à la botte de son père, le prit pour cible, le prenant pour un marchand alors qu'il se reposait, emmitouflé dans un épais drap de soie au coin d'un feu.
Il récolta ainsi une profonde balafre dans son dos, infligée par le coup en traître d'une dague. Tombant dans une syncope aussi brutale que soudaine, le renard s'étala sur le sol, c'est alors que les bandits découvrirent le visage de leur proie. La peur saisit alors au cou ses frères, désemparés, ils hurlèrent sur leurs compagnons de ne toucher à rien et de rentrer au camp. Ils durent en venir aux pattes pour se faire entendre mais le groupe finît par abandonner le renard à son sort. Malgré la désertion de leur frère, ils ne pouvaient se résoudre à le tuer de sang-froid, ou du moins, ils pouvaient essayer de convaincre leur père qu’ils avaient terminé le travail, et à en juger par la blessure infligée, sa mort allait survenir. Ils emportèrent alors le drap de soie recouvert du sang et des poils d’Egnyitó comme preuve de la mort du « traître à la famille ». Mais, le destin frappe toujours par deux fois, dans la pénombre, un vieil hibou s'approcha du feu de camp, cherchant un quelconque endroit pour se reposer durant la récolte de ses ingrédients, le poids des âges se ressentant sur ses épaules. La surprise fut totale quand il découvrit le jeune renard, gisant dans son propre sang.

Il lui appliqua les premiers soins avant de l'emmener à sa masure, écourtant de fait son propre repos, là, il lui soigna sa blessure du mieux qu'il le pouvait du haut de son grand âge. De cette nuit, Egnyitó conserve cette longue cicatrice ainsi qu'un léger boitillement de la jambe.
Trois jours passèrent avant que le renard ne reprenne connaissance, il remercia avec toute la sympathie du monde son sauveur, lui offrant ses services jusqu'à sa complète guérison. L'apothicaire se dévoila alors, Galhan Falrey, et accepta les services du renard, lui intimant ainsi de l'aider dans ses tâches quotidiennes, tel que cuisiner, labourer le champ ou l'aider dans la récolte de ses ingrédients.
Deux années passèrent alors dans la vie du renard, aidant cette figure paternelle du mieux qu'il pouvait. Malgré cette vie simple, il fut rappelé de nouveau sur les routes, désireux de reprendre le chant et les poèmes. L'apothicaire ne s'opposa pas à son départ, lui offrant ainsi la tunique qu'il porte désormais ainsi que le bâton de marche qui lui sert à endiguer son boitillement.

Deux nouvelles années de voyages commencèrent alors pour le renard, il quitta alors le Golfe de Foxfield pour ne jamais y remettre les pattes. Suivant ainsi la mer, il se mêla à divers groupes de marchands, apprenant de nouveaux chants et enrichissant son répertoire.
C'est en compagnie de l'un d'eux, au sein d'une caravane d'une dizaine d'individus qu'il finit par atteindre la ville de Risua, au sein de côtes de Jhess.

CODAGE PAR DITA | EPICODE


Dernière édition par Egnyitó Irfan le Mar 12 Juil - 2:48, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
Yvel Askal

avatar

Messages : 193
Date d'inscription : 03/05/2015
Age : 24

Feuille de personnage
Age:
Métier: Esclave
Double compte: Elwin Askal

MessageSujet: Re: Egnyitó Irfan, barde   Mar 12 Juil - 0:52

Bonjour et bienvenue parmi nous !

Je viens de lire ta fiche et quelques détails me dérangent pour te donner ta première validation.
Tout d'abord, l'extrême timidité de ton personnage contraste beaucoup avec son métier de barde. Je sais que ce genre de discipline comme le théâtre, aussi, aide à s'extravertir mais du coup ça mériterait un petit peu plus de développement dans la partie psychologique de ton personnage.
Ensuite, le hibou qui a sauvé ton personnage cherchait un abri pour la nuit... Puis emmena ton personnage chez lui. C'est un peu contradictoire ou alors faut expliquer pourquoi il ne pouvait pas rejoindre sa maison dès le début. Ou alors pourquoi il est venu voir ton perso avant de rentrer chez lui
Enfin, dans la psychologie tu dis que ton perso réprouve totalement la violence, cependant rien dans son histoire ne laisse le suggérer puisqu'il a participé à des actes de violence et a lui-même été agressé. S'il a été traumatisé par ladite agression il serait intéressant de l'expliquer. D'ailleurs, la bande qui l'a attaqué n'était-elle pas composée de ses frères et sœur ? Si c'est le cas, le fait qu'ils craignent avant tout la réaction de leur père plutôt que d'avoir possiblement assassiné leur frère est étrange. Mais peut-être ai-je mal compris cette partie de ton histoire

Voila, c'est un peu long à lire mais ça ne devrait pas te demander beaucoup de modification ! Bon courage en tout cas et, encore une fois, bienvenue parmi nous !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Egnyitó Irfan, barde   Mar 12 Juil - 2:51

Bonsoir !

Tout d'abord, je tiens à vous remercier pour les remarques qui ont en effet échappées à ma vigilance mais qui peuvent fausser l'histoire et la psychologie du personnage. 'w'
J'ai édité la fiche, rajoutant quelques détails dans la psychologie et en modifiant également l'histoire pour la rendre plus claire et agréable à lire, tout en justifiant de les différents points psychologiques du personnage (c'était quelques épisodes de la vie que j'avais oublié d'ajouter...).

Merci pour l'accueil et au plaisir !
Revenir en haut Aller en bas
Yvel Askal

avatar

Messages : 193
Date d'inscription : 03/05/2015
Age : 24

Feuille de personnage
Age:
Métier: Esclave
Double compte: Elwin Askal

MessageSujet: Re: Egnyitó Irfan, barde   Mar 12 Juil - 14:32

Les modifications me conviennent du coup je te donne une première validation ^^

Dès qu'un de mes collègues aura fait de même, tu seras officiellement des nôtres !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
William Steelfire

avatar

Crédit avatar : NullGhost
Messages : 604
Date d'inscription : 30/04/2015
Localisation : à Risua

Guilde/Groupe : ________________ La Fraternité du Griffon d'Airain

Feuille de personnage
Age: 26 ans
Métier: Aventurier et ancien forgeron
Double compte:

MessageSujet: Re: Egnyitó Irfan, barde   Mar 12 Juil - 23:18

Cela me convient aussi ! Cependant fait attention au fait que ton personnage a eu une enfance traumatisante, bien plus que par le fait de s'être fait battre par son père. Participer pendant des années à des massacres, même avec réticence, oblige Egnyito a avoir un sacré bagage psychologique avec lui sachant que cela a été son éducation. Ne minimise pas cette implication !

Quoi qu'il en soit je te donne ma seconde validation, et je te donne ta couleur ainsi que tes cerithis sur le champ !

Bon role play sur le Royaume de Cerith !

_________________
Les Titres de William:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Egnyitó Irfan, barde   Mar 12 Juil - 23:24

Bonsoir !

Merci pour la seconde validation !
Et oui, il est vrai que le bagage psychologique est assez important, mais c'est pour cela qu'il a été "scindé" en plusieurs personnalités. Mais il est vrai que je devrais revoir un peu cela.

Merci encore pour tout cela et à bientôt en RolePlay sans doute !
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Egnyitó Irfan, barde   

Revenir en haut Aller en bas
 
Egnyitó Irfan, barde
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Egnyitó Irfan, barde
» Récit d'un barde comme il y en avait tant :
» Anaël, le barde errant des Havres
» Alessio - Barde et escroc [manque sorts]
» Morgane - Barde itinérante et joueuse

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Le royaume de Cerith :: AdministrationTitre :: PrésentationsTitre :: Oubliettes-
Sauter vers: