Le royaume de Cerith
Bonjour à toi !

Nous sommes ravis que tu parcours nos terres, cependant nous devons te rappeler que l'accès au royaume est interdit aux mineurs.
Si tu veux t'inscrire, tu dois donc avoir 18 ans !

En te souhaitant une excellente journée !

_______________________________

If you want to warn us about a violated copyright or tell us you don't want to see your character/artwork on this forum, please visit this link.



 
AccueilCalendrierFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 Même que c'est pas vrai, d'abord ! (Anaël Hecto)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Invité
Invité



MessageSujet: Même que c'est pas vrai, d'abord ! (Anaël Hecto)   Dim 10 Mai - 14:07

Anaël Hecto
PRÉNOM • Anaël (Le prénom que lui donnait sa sœur. Beaucoup le connaissent sous le préom d'Annabella.)
NOM • Hecto (C'est le nom qu'il s'est lui-même donné.)
SEXE • M.
ORIENTATION SEXUELLE • Se cherche encore.
ÂGE • 18 ans.
RACE • Loup.
____________________________

GROUPE • Aventuriers.
MAGIE • Foudre + Eau.

COMMENT AVEZ-VOUS TROUVÉ LE FORUM • Par inadvertance. ;D
CODE DU RÈGLEMENT •
Mon stuff, t'as vu !



• Un chapeau en feutre vert avec une plume blanche. Qu'il met rarement parce que c'est un peu "trop" efféminé et pas très discret.
• Un pantalon large avec des poches relativement profondes qui lui servent de fourre-tout.
• Une ceinture en cuir avec une solide boucle en fer. Une bourse en cuir pend sur le coté droit, attaché par une sangle.
• Des bottes en cuir brun délavé avec les semelles noircies.
• Une chemise en lin simple qu'il porte assez rarement. Il se balade torse-poil la plupart du temps.
• Un fouet en cuir.
(Commence à faire beaucoup de cuir tout ça.)
• Ses griffes. (Si si, ça compte !)

Mon merveilleux corps d'éphèbe aux reflets marmoréens... Avec des poils !



Que dire d'Anaël. La première chose qui peut choquer, à première vue, c'est cette incertitude qui frappe tous ceux qui se penchent sur son cas. Garçon relativement discret, de par sa taille plutôt basse et par sa carrure svelte, malgré une musculature bien présente. C'est un jeune homme que l'on peut considérer comme étant "sec". Musculeux mais maigre, il n'impressionne pas vraiment par son corps d'éphèbe. Son mètre soixante-cinq ne lui permettant de dominer du regard que les pâquerettes et quelques rongeurs. Et encore, seulement si ces derniers sont à genoux.
Cependant, il considère sa taille comme bénéfique, lui permettant de se faufiler où bon lui semble. Et surtout de passer inaperçu.

Mais. Pour peu que vous focalisiez votre regard sur lui, la première chose que vous voudriez sans doute lui dire c'est : (Si vous êtes poli) "Bonjour mademoiselle."
Car oui, en effet, il est difficile de distinguer sa masculinité.
Parfait androgyne, homme effémine ou demoiselle en fleur dont les formes se développent discrètement, chacun a son opinion sur la question mais très peu obtiennent de réponse. Et, car bien souvent, parce qu'on ne la lui pose pas, la question, tout simplement. Cheveux mi-longs lui tombant sur les épaules, d'un châtain clair ravissant et lumineux. Quelques mèches lui tombent bien souvent devant son visage, qu'il repousse délicatement d'un simple souffle ou d'un geste gracieusement calculé. Chacun de ses mouvements délicat n'est là que pour accentuer une féminité omniprésente chez lui.
Un poil grisâtre, tournant sur des teintes de vert, brillant et doux.
L’œil vif et brillant de malice, d'un jaune pétillant, d'un jeune canidé fraîchement arrivé à maturation.

Anaël n'est pas un garçon négligé, mais disons qu'il ne prend pas soin de lui non plus. Pas franchement coquet, il s'habille au plus simple et surtout, au plus pratique.

Sa voix peut également portée à confusion, n'étant ni vraiment masculine, ni celle d'une véritable jeune fille. Un peu garçon manqué, la parole vive, la langue acérée (Et pas que.) (Puis pas tant que ça, il a bien essayé, mais ça coupe moyennement bien ce truc-là.) et son langage rustre de jeune roturier sans éducation sèment le doute et la confusion, cette caractéristique n'aide pas non plus à définir clairement de quel bord il est.

La seule chose qui le trahit ce sont ses attributs... Naturels, si l'on peut dire. Malgré ce qu'il voudrait, il est bien un mâle et il lui serait difficile de le cacher, pour peu qu'il se retrouve à plumes. (Oui, dire à poil n'aurait pas beaucoup de sens. N'est-ce pas ?)
Ô, ma belle caboche.



Anaël est un garçon égoïste. Il ne pense, pour ainsi dire, qu'à lui. Il ne s'intéresse pas beaucoup aux gens et n'est pas vraiment avenant. On peut même le juger de jeune garçon froid, pour peu qu'on ne fasse que le croiser.
Et pourtant, ce n'est pas volontaire. Disons qu'il n'a simplement jamais que vécu que par lui-même et pour lui-même. Anaël n'a donc pas de réelle conscience des autres et ne se soucis donc que de son bonheur et de sa santé à lui.

Sa santé, qu'il néglige un peu par son coté aventureux et un peu casse-cou. Il cherche les ennuis, dont il se sort avec brio grâce à ses dextres et vives guibolles qui le sortent de bien des situations un peu houleuses.
Il aime explorer, découvrir, courir, "vivre libre" comme il se plait à se le répéter sans cesse. En réalité, il vit de cette manière car il ne s'est jamais attaché à quiconque et ne s'en croit pas capable. Alors, il remplit son existence d'aventure périlleuse plutôt qu'humaine. (Ou animale, dans notre cas, mais vous me comprenez.)

En revanche, si Anaël est bien une chose, c'est bien un menteur. C'est plus fort que lui, il ment constamment. C'est une sorte de protection pour lui. Pour peu qu'on l’interroge sur sa vie passée ou actuelle, il inventera toujours une histoire qui n'est pas la sienne. C'est la solution qu'il a trouvé pour qu'on ne puisse jamais comprendre qui il est et surtout, ne jamais pouvoir le juger véritablement.
Peu fier de sa vie et de son parcours, il préfère s'inventer un personnage, qu'on jugera de telle ou telle façon, de manière à ne jamais se sentir affecter par les critiques des autres. Car ce ne sera jamais contre lui directement.

Paradoxalement, Anaël est très curieux et ne se gênera jamais pour poser des questions indiscrètes à ses interlocuteurs, peu importe de là où ils viennent. Nobles, moins nobles, pas très nobles ou carrément pas du tout nobles, genre esclave ou pire, au plus bas de l'échelle, soldat quelconque.
Car oui, si il y'a bien quelque chose qu'Anaël ne supporte pas, ce sont les militaires. Peu importe leur raison, qu'elle soit bonne ou mauvaise, de s'être engagé dans les armes, il ne les aime pas et les évitera comme la peste.

De manière générale, il déteste la violence et ne frappera jamais personne. La mort l'effraie et il ne cherche pas à comprendre comment on peut tuer quelqu'un à son insu. La moindre des choses voudrait que l'on demande à la personne poliment avant de l'occire, mais non. Donc, assassins, voleurs maladroits, brutes épaisses ou meurtriers en armure payés par une autorité, vous n'aurez jamais sa sympathie. (Ni le reste !)

Circulez, y'a rien à voir.



Né dans un chou, il vit comme une rose au ras des pâquerettes. Voilà comment on pourrait simplement définir sa vie.

Il n'a jamais connu ses parents, tout ce dont il se souvient c'est d'avoir eu une sœur jumelle dans ses jeunes années. Mais la providence semblait le destiner à la solitude et elle disparut très tôt de sa vie.
Les deux jumeaux, malgré que leur sexe diffère, se ressemblaient comme deux gouttes d'eau. On les confondait souvent l'un et l'autre. Anaël n'a jamais aimé être le garçon des deux et l'affecte laissé par la disparition aussi soudaine qu'inexpliquée de son apparentée lui laissa comme un trou béant dans son inconscient.
Le seul moyen qu'il trouva pour combler ce vide fut... D'être Annabella, sa sœur. Il mentit quant à son identité, si bien qu'il doutait lui-même à la fin de qui il pouvait bien être. (Même si il lui suffisait de baisser son pantalon pour s'en souvenir.)
Ainsi, il fit vivre cette sœur absente par le biais de l'ambiguïté de son identité sexuelle.
On le traita comme une fille et il en faisait de même. Il était elle et elle n'était plus là.

Anaël vivait de rapines, de courses diverses et variées, rien de bien sérieux. Garçon des rues, il ne se demanda jamais véritablement à quoi il se destinait. Il vivait, c'est tout ce qui lui importait.
Mais rien ne semblait pouvoir combler cette perte étrange, cela le rongeait et à chaque nouvelle année, il ne pouvait s'empêcher de se savoir condamné à redevenir le frère... Aussi, il lui fallait colmater cette brèche. Aussi jeune fut-il, à peine âgé d'une quinzaine d'années, il partit en quête de celle qui hantait son esprit et son corps.

Il n'avait qu'une connaissance limitée de l'histoire, il avait eu vent des guerres vieilles de plusieurs décennies qui n'avaient laissé de villes que des ruines ou quelques vestiges. Mais lui, tout cela lui passait au dessus de la tête.
Il prit goût aux chemins, il se surprit à aimer voyager seul ou accompagné -temporairement, faut pas déconner non plus-, découvrir de nouveaux endroits, explorer des ruines, s'attirer des ennuis...

Il apprit succinctement à user de ses pouvoirs, l'eau majoritairement, dont il se sert pour énerver ses compagnons de voyage, se laver ou servir de conducteur à sa maîtrise, plus que faible, de la foudre.
Froudre, qu'il n'utilise qu'en dernier recours, pour faire fuir des prédateurs ou disperser des Moutus pour emmerder les paysans.

Depuis peu, il fait l'usage d'un fouet. Le monde dans lequel il évolue devenant de plus en plus hostile au fur et à mesure des risques pris par le jeune homme dans ses expéditions inconscientes l'ont obligé à détenir un moyen de se défendre.
Trop impatient pour un arc et surtout pas assez adroit, il serait capable de tuer un oiseau dans son dos en visant le visage d'un golem à trois pas devant lui.
Les couteaux sont bons pour les bandits et les mangeurs de crustacés, tandis que les épées ou les haches sont bien souvent trop lourdes ou trop encombrantes pour être maniées avec efficacité par son petit gabarit.
Il se tourna donc vers une arme à portée modérée, rapide et efficace, qui, par son bruit singulier, suffit à faire fuir la plupart des mamies acariâtres ou quelques prédateurs.
C'est aussi un excellent moyen de donner quelques coups cinglants à d'éventuels bandits sans risque de les tuer. (A moins qu'il n’interceptent un coup avec leur visage, auquel cas ça soulève bien d'autres problèmes.)
C'est une arme de dissuasion, dont il se sert également pour attraper des objets inaccessibles. (Ce qui rate les 3/4 du temps, avouons-le.)


CODAGE PAR DITA | EPICODE
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Même que c'est pas vrai, d'abord ! (Anaël Hecto)   Dim 10 Mai - 15:31

Au nom de l'air et la terre, par le grondement des océans la flamboiement de la lumière. Je te souhaite la bienvenue parmi nous jeune loup~
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Même que c'est pas vrai, d'abord ! (Anaël Hecto)   Dim 10 Mai - 16:42

Bienvenue à toi =)
Revenir en haut Aller en bas
William Steelfire

avatar

Crédit avatar : NullGhost
Messages : 600
Date d'inscription : 30/04/2015
Localisation : à Risua

Guilde/Groupe : ________________ La Fraternité du Griffon d'Airain

Feuille de personnage
Age: 26 ans
Métier: Aventurier et ancien forgeron
Double compte:

MessageSujet: Re: Même que c'est pas vrai, d'abord ! (Anaël Hecto)   Dim 10 Mai - 21:15

Tout est bon pour moi ! Tu as mon accord pour ta validation ^^

_________________
Les Titres de William:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Même que c'est pas vrai, d'abord ! (Anaël Hecto)   Lun 11 Mai - 13:17

Bienvenue ^^
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Même que c'est pas vrai, d'abord ! (Anaël Hecto)   Lun 11 Mai - 16:14

j'approuve également cette fiche, bienvenue ^^
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Même que c'est pas vrai, d'abord ! (Anaël Hecto)   

Revenir en haut Aller en bas
 
Même que c'est pas vrai, d'abord ! (Anaël Hecto)
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Hermy: Un vrai panier percé.
» Le vrai masta
» "Il est difficile de démeler le vrai du faux." P.Thicknesse
» Toi ? ... Oh non c'est pas vrai ! [Sam]
» L'amour vrai suscite la haine. On le reconnaît à cela [Dany]

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Le royaume de Cerith :: AdministrationTitre :: PrésentationsTitre :: Oubliettes-
Sauter vers: