Le royaume de Cerith
Bonjour à toi !

Nous sommes ravis que tu parcours nos terres, cependant nous devons te rappeler que l'accès au royaume est interdit aux mineurs.
Si tu veux t'inscrire, tu dois donc avoir 18 ans !

En te souhaitant une excellente journée !

_______________________________

If you want to warn us about a violated copyright or tell us you don't want to see your character/artwork on this forum, please visit this link.



 
AccueilCalendrierFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 Formation des instructeurs. (PV Hector Lidenn)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Invité
Invité



MessageSujet: Formation des instructeurs. (PV Hector Lidenn)   Dim 11 Déc - 21:26

-Désolé messire Idow, mais... Si je peux concevoir que vos acolytes soient masqués, je doute que les instructeurs de la milice apprécient que vous le soyez... Vous êtes leur formateur, après tout.

La voix du Tesser semblait un peu chevrotante, intimidée. Kaelyn soupira légèrement, et défit les attaches qui retenaient son masque. A côté de lui, Lyra et Leukiah gardaient les leurs, regardant le Tesser avec un air neutre, mais qui caché par le masque était plutôt intimidant.

-Officier, menez nous à la salle où je vais donner mon cours. J'aimerais commencer le plus vite possible, nous avons beaucoup de choses à couvrir et je ne souhaiterais pas perdre trop de temps.

L'officier acquiesça vivement, et les mena à travers les couloirs de la milice. Kaelyn et ses deux esclaves restaient silencieux, mais le fennec réfléchissait par quelle plante ils allaient commencer. Dans les sacs apportés par les trois mâles se trouvaient des plantes rares et commune, que les miliciens étaient susceptibles de rencontrer.

Cette formation avait un double objectif : En premier lieu, le roi voulait mettre en place une serre, au sein même des quartiers de la milice pour fournir les soldats en équipement de soin, sans avoir à passer par des marchands. L'autre objectif était de rafraîchir la mémoire des instructeurs qui pourraient ensuit l'enseigner aux nouvelles recrues. Au départ, cette formation devait être non-obligatoire, mais vu la nature assez importante des plantes étudiées, tous les instructeurs se devaient d'être au courant. Ils furent emmenés dans une grande salle, comme une salle de classe, avec un grand bureau où ils pourraient poser les plantes. Kaelyn remercia d'un mouvement de tête le Tesser qui s'en alla convoquer les instructeurs.

-J'espère qu'ils ont été prévenus en avance.

Lâcha Leukiah, toujours aussi enclin a mettre le maximum de neutralité dans son ton. Lyra secoua la tête.

-On parle de la milice, Leukiah, ils sont tout de même suffisamment sérieux pour ça.

Dit le grand loup. Le renard allait répondre mais Kaelyn lui intima d'un geste de la main de ne pas répondre, ça n'en valait pas la peine.

-Arrêtez, les garçons, montrons un peu de sérieux tout de même.

Dit il en regardant la salle vide. Elle allait sûrement être remplie, vu le nombre d'instructeurs qui allaient être convoqués pour la journée. Le fennec, qui ne portait plus son masque, attendit alors l'arrivée de tous les instructeurs. Il était plutôt motivé à l'idée de former la milice, après tout cela ne pouvait qu'aider le royaume que ces hommes soient formés. Et puis, c'était souvent des gens avec qui il aimait discuter. Loin des nobles, ces hommes étaient au plus près de la population, chose que Kaelyn appréciait, plutôt que de fréquenter les univers pleins de faux semblants de la haute.
Revenir en haut Aller en bas
Hector Lidenn

avatar

Messages : 67
Date d'inscription : 16/11/2016

MessageSujet: Re: Formation des instructeurs. (PV Hector Lidenn)   Dim 11 Déc - 22:36

Alors comme ça les instructeurs redeviennent élèves ? ça c'est une première ! Le légat lui-même, enfin elle-même, on se comprend, est venue nous annoncer la nouvelle. Et le maître instructeur sera lui aussi de la partie. ça a fait le tour de la Milice : le médecin royal se déplace en personne pour nous faire cours aux instructeurs... Ils ne font pas les choses à moitié, c'est le moins qu'on puisse dire. Mais ils ont bien raison. A quoi ça servira d'avoir une serre remplie de plantes si personne ne sait comment s'en servir ?

Mais bon, est-ce que cette formation est nécessaire ? Il aurait suffit d'embaucher un apothicaire ou herboriste civil et personne n'aurait perdu sa journée. ça m'agace de devoir laisser mes jeunes. Je leur avais prévu tout un programme, aujourd'hui, à base de course, de combat à la dague et de formation en ligne. Certes, je peux remettre ça à demain. Mais quand même, passer une journée sur une chaise...

Je pousse un soupir ainsi que la porte de ma chambre. Puisqu'un noble, un type habitué au luxe et au raffinement, vient nous voir, j'ai essayé de soigner mon apparence. C'est stupide, je sais. Mais autant ne pas se présenter avec une armure qui ne reluit pas et sans cape. De toute façon, j'ai dû racheter du coton rouge pour m'en refaire une, puisque mon combat contre Sélène, il y a quelques jours, a signé l'arrêt de mort de la précédente. Je me regarde dans une fenêtre. Mes cheveux sont toujours en bataille, pas moyen de les coiffer. Il y a toujours trente-six mille épis qui ne veulent pas se laisser mater. J'ai laissé tomber...

Je marche d'un bon pas à travers les couloirs, je n'ai pas envie d'arriver en retard. Mieux, je ne DOIS pas arriver en retard. J'ai horreur de ça en temps normal, alors, quand un intervenant nous consacre du temps, je mets un point d'honneur à être ponctuel. Voire même en avance. Je descends les marches d'un escalier quatre à quatre, pousse une porte, tourne à gauche dans le dédale des couloirs et arrive dans la salle qui nous servira de classe. Je vois les visages plus ou moins familiers des autres élèves du jour, et salue avec respect le maître instructeur.

Nous entrons tous et nous plaçons sagement en rang d'oignon sur des bancs. Je vais avoir des fourmis dans les fesses, si j'y passe une journée entière. ça commence bien, tiens. Personne ne moufte, car au fond, près de la fenêtre, se tient un fennec noir et blanc, certainement le fameux médecin royal. Il n'a pas l'air bien vieux. J'aurais imaginé qu'un homme d'âge mûr occuperait un tel poste... Et il n'est pas seul. Encadré par deux individus masqués, il est particulièrement impressionnant. Quel cérémonial ! Il n'est pas à un bal masqué, il est à la Milice ! Enfin bon. Je fronce les sourcils et me concentre. Il va falloir emmagasiner beaucoup d'informations. N'empêche, ça doit lui faire drôle, à ce type, de voir une dizaine de miliciens en rang sur des bancs, prêts à noter tout ce qu'il va dire.

Allez, envoie ton bousin. ça me gave un peu de devoir passer ma journée à écouter un gars parler de plantes. Surtout que ça me connait un peu, ces choses-là. Mes parents étaient herboristes. J'ai passé ma jeunesse à ramasser des herbes, des fleurs et des racines. Je crois que je vais m'ennuyer ferme. Je croise mes bras sur la table où j'ai posé un encrier à moitié vide, une plume bousillée et un vieux papelard. Et dire que je vais noter mon cours au dos d'une lettre d'une admiratrice... Il paraît qu'il existe un langage des fleurs. C'est laquelle pour : "J'ai mieux à faire qu'écouter un nobliau étaler sa science ?"

Bah... Hector... Sois positif ! Avec un peu de chance, il va parler de choses que tu ne connais pas ! ... Ouais, autant tabler là-dessus. Parce que s'il me dit qu'une infusion de Coriole est un bon remède contre la fièvre, je sens que je vais m'amuser à compter les secondes jusqu'à la fin de la journée.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Formation des instructeurs. (PV Hector Lidenn)   Lun 12 Déc - 8:44

Petit à petit, la salle se remplissait. Des instructeurs, plutôt âgés, s'installaient peu a peu à toutes les chaises. Kaelyn se sentait un peu comme un chien dans un jeu de quilles, face a ces mâles et ces femelles qui auraient pu être ses propres parents, a en juger par l'âge de certains. Leukiah et Lyra, stoïques à ses côtés, attendait simplement que le brouhaha cesse et que leur maître commence. Une fois le silence ramené dans la salle, Kaelyn afficha un petit sourire et une fois la porte de la salle fermée, secoua la tête.

-Bon. La procédure voudrait que je vous rappelle votre rôle dans la milice, mais j'ai tendance à ne pas aimer les formalités inutiles. Vous savez pourquoi vous vous êtes engagés et vous faîtes un excellent travail. Je suis désolé de prendre sur vos heures de formation de vos recrues, mais les informations que je vais vous donner leur seront utiles autant qu'elles seront utiles pour vous, du moins j'espère. Je me présente, je suis Kaelyn Idow, médecin de Sa Majesté Orchal De Cerith. Pour ce cours, je serais assisté de Lyra et Leukiah.

Dit il alors que les deux mâles a côté de lui acquiesçaient. Prenant une fiche où il semblait avoir écrit des notes, le fennec continua de parler.

-Le programme de la journée sera principalement consacré aux plantes un peu rares qu'on trouve un peu partout dans le Royaume. Cependant, nous ferons un très bref aperçu des plantes communes, comme la Coriole que la majorité d'entre vous connaissent très bien. La matinée sera consacrée aux plantes médicinales que la serre vous fournira à l'avenir. L'après-midi, nous parleront des plantes dangereuses et comment y faire face si vous y êtes confrontés.

Dit il alors que le fennec sortait de sa sacoche une boîte contenant un énorme champignon noir, poreux, que le mâle montrait aux instructeur alors que Lyra accrochait sur le mur derrière le fennec un grand parchemin représentant le Spongius.

-Nous allons commencer par le Spongius, le plus commun du lot. Vous en avez forcément déjà vu, mais les variétés de cette taille sont le fruit de sélection faîtes par Leukiah, et qui serviront de base pour les Spongius de la serre. Il sert majoritairement a arrêter les saignements, ça je suppose que vous le savez déjà, mais quelques précautions doivent être prises. Le principal problème d'un Spongius est qu'il doit être nettoyé avant d'être appliqué au risque de déposer des saletés sur la plaie et de provoquer des infection. Un coup de chiffon est suffisant en général, mais au besoin, passez juste le chapeau sous l'eau. Cependant, si vous en avez la possibilité, coupez le en deux, l'intérieur est beaucoup plus spongieux et panse mieux les plaies.

Le fennec ne comptait pas s'attarder sur les propriétés plus scientifiques du Spongius, non par dédain pour les instructeurs de la milice mais seulement car seules les applications pratiques de ces plantes comptaient, sans compter que tout devait être intelligible pour qu'ils puissent ensuite former les recrues à leur tour. A noter que le fennec portait une tenue civile tout a fait simple, aux couleurs du royaume, difficile de croire qu'il était un médecin royal dans une tenue pareille.

-Bien. Avez vous des questions, ou pouvons nous passer à la suite ?
Revenir en haut Aller en bas
Hector Lidenn

avatar

Messages : 67
Date d'inscription : 16/11/2016

MessageSujet: Re: Formation des instructeurs. (PV Hector Lidenn)   Lun 19 Déc - 12:28

Le niveau sonore des paroles baisse progressivement, jusqu'à atteindre un silence relatif. Au bout de quelques secondes, on n'entend plus que quelques grincements de chaises sur le plancher, ou un éternuement. Le médecin, encadré par ses deux acolytes, prend la parole. Et je change d'avis, vis à vis de sa présence. Il a conscience qu'il empiète sur nos journées de travail et s'en excuse. Au moins, il a la politesse de reconnaître qu'il nous casse un peu les pieds... Même si avoir une serre à la Milice sera un vrai atout. J'apprends le nom de l'intervenant, ainsi que des deux énergumènes qui l'accompagnent. Kaelyn Idow, Lyra, Leukiah... Peu importe, d'ici la fin de la journée, j'aurai oublié leurs patronymes.

Le fennec prend une fiche, qui lui sert certainement de pense-bête. Entrons dans le vif du sujet ! Ce matin, nous allons découvrir les plantes que nous retrouverons dans la future serre. Et cet après-midi, nous découvrirons des plantes dangereuses, qui représentent de réelles menaces. Bon... Dit comme ça, ça n'a pas l'air mal...

Nous nous emparons tous de nos plumes ou de nos fusains. Chacun se prépare à noter ce qui lui semble important sur son papier. Un faucon, assis à ma droite, me fait signe de faire attention. C'est que je prends de la place, avec mes grosses épaulières, et j'ai failli renverser son encrier en voulant tremper ma plume dans le mien. J'essaie de me tasser sur mon siège et de rester concentré. On nous montre un gros champignon noir, qui ressemble un peu à une éponge. J'écris "Spongius" sur ma feuille, et souligne le nom. Kaelyn sait que nous connaissons ce champignon, mais nous donne des conseils bien utiles que nous nous empressons tous de noter.

Au final, le cours semble bien se passer. On entend une dizaine de plumes gratter le papier et cogner la parois de verre des encriers. C'est plus intéressant que ce que j'aurais pu imaginer. Avant d'enchaîner sur la prochaine plante, il nous demande si nous avons des questions. Une voix s'élève derrière moi. C'est celle de Gladys, qui toque sur le dos de mon plastron pour attirer mon attention. Je me tourne :

"Hector... Vous pouvez vous décaler ? Je n'arrive pas à voir monsieur Idow !"


L'assemblée pouffe de rire. Je m'exécute, un peu gêné d'être ainsi tourné en dérision. Mais je reconnais que la situation est amusante. Je me tourne un peu vers le faucon qui se trouve à ma droite, en prenant soin de ne pas renverser un encrier ou de provoquer un désastre. La loutre reprend la parole, de sa petite voix chantante :

"Si je veux utiliser l'intérieur d'un Spongius, est-ce que c'est utile de le laver comme l'extérieur, ou ça ira ?"
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Formation des instructeurs. (PV Hector Lidenn)   Mer 28 Déc - 12:00

Kaelyn allait continuer quand une voix s'éleva de la salle. Les oreilles du fennec se dressèrent d'un seul coup sur sa tête alors qu'il se tournait vers l'origine des pouffements. Une petite loutre, assise derrière un grand loup, faisait remarquer à ce dernier qu'il était un peu trop grand et qu'elle n'arrivait pas à voir la présentation du médecin.

-Si mademoiselle n'arrive pas à voir, je vous conseille de changer de place, cela sera mieux pour la suite de la présentation.

Dit il, avant d'écouter la question de la loutre. Le fennec sourit légèrement en hochant négativement la tête.

-Ce qui fait l'intérêt du Spongius, c'est sa capacité absorbante. Passer la partie intérieure sous l'eau rendrait le champignon inutilisable car il serait gorgé d'eau. C'est donc une chose à ne pas faire, je conseille simplement de laver la partie extérieure, qui est étanche, avant de le couper de profiter de capacités absorbantes de l'intérieur.

Dit il, ayant visiblement répondu à la question de la loutre. Ils parla ensuite de diverses plantes, avant de sortir un bocal rempli d'eau contenant des algues rouges.

-Nous allons maintenant passer à votre meilleure amie, la Sangalgue. Nous ne sommes pas sûrs de son origine, toujours est il que cette algue est endémique au lac de la lande de Stradiaie. Selon la légende, elle auraient poussée sur les cadavres jetés dans le lac à l'époque des massacres d'Oaksig. Toujours est il que cette algue, si elle est bien récoltée, permet de soigner sans cicatrices n'importe quelle blessure ouverte. Cependant, quelques prérequis sont nécessaire à son utilisation. Premièrement, ne la touchée par si vous avez du sang sur les mains. Elle pourrira immédiatement et sera inutilisable. Ensuite, le temps de guérison varie selon la taille de la blessure, mais elle ne dépasse pas les trois heures. Pendant ce temps là, pour éviter qu'elle ne sèche, il faut l'arroser d'un peu d'eau régulièrement. A noter que la Sangalgue guérit les blessures ouvertes, ce n'est malheureusement pas un produit miracle qui peut guérir les fractures, là seul un magicien peut vous aider.

Dit il alors que Leukiah rangeait le bocal avant de sortir une grande ronce torsadée, la manipulant doucement, alors que Lyra affichait un autre grand parchemin illustré pour la plante.

-Votre seconde amie est la Valirune. Cette ronce que l'on trouve dans la Forêt de Ronceval possède une sève ayant de puissantes propriétés antidouleurs. Pour l'extraire, il suffit de faire une entaille dans la racine et d'en récolter le liquide. Ensuite, il y a deux mode d'application. Quelques goute sur la blessure et elle sera anesthésiée, la personne ne ressentira plus la douleur, soit dans des cas plus extrême comme des maladies, vous pouvez leur en faire boire une grande quantité. Attention cependant, si vous en faîtes ingérer, le patient sera complètement endormi pendant les heures qui suivent.

Dit il alors que Leukah, à l'aide d'un couteau, entailla la racine pour en récolter une sève noire dans une petite fiole.

-L'avantage de cette sève, c'est qu'elle se conserve facilement. Vous pouvez donc en emmener plusieurs fioles sur vous en patrouille sans souci.

Dit le fennec en souriant, alors que Leukiah donnait la fiole au premier instructeur, pour qu'il la fasse passer dans les rangs.

-Bien. Avez vous des questions ? Nous allons bientôt passer à la pause de midi, j'aborderais encore une ou deux plantes, ensuite nous passerons aux plantes dangereuses.
Revenir en haut Aller en bas
Hector Lidenn

avatar

Messages : 67
Date d'inscription : 16/11/2016

MessageSujet: Re: Formation des instructeurs. (PV Hector Lidenn)   Mar 3 Jan - 2:04

Je regarde autours de moi, quelque peu gêné. Je ne sais pas vraiment où me mettre. Je replie néanmoins mes affaires : c'est un peu à la hâte que je rebouche mon encrier, secoue ma feuille pour sécher l'encre qui s'y trouve et prends le tout sous mon bras. Mes oreilles se baissent instinctivement pour accentuer mon air penaud. Je tapote de ma main libre le faucon assis à ma droite, qui se lève, avec un soupir d'agacement. Il en va de même avec son voisin et le suivant, jusqu'au bout du rang. Je me retrouve ainsi seul, planté debout.

Le fennec continue son cours sans se soucier de mes mésaventures. Et il a bien raison, je fais perdre du temps à tout le monde... Elle n'avait qu'à pas se mettre derrière moi, Gladys ! Mais, puisque je ne compte pas passer le restant de la matinée debout, je fais signe à un bouc, assis au bout du deuxième rang, d'inverser sa place avec la mienne. C'est de mauvaise grâce qu'il s'exécute, se prenant au passage les sabots dans sa cape. Il manque de s'écrouler, et par la même occasion de renverser son encrier. Décidément, ces objets nous causent bien du tracas !

Il parvient tout de même à me céder sa place. S'en suit le ballet inverse :

"Pardon... Pardon, laissez passer, pardon..."

Le gugusse finit par s'installer à sa nouvelle place, et moi à la mienne. Les soupirs et les protestations se taisent. Je ne sais plus exactement où nous en sommes. Je glisse donc un regard, tel un cancre qui n'a pas retenu ses leçons, sur la copie de mon voisin de gauche, qui me laisse recopier ses notes. Je noircis donc ma feuille de pattes de mouches concernant la Sangalgue.

Je finis par rattraper mon retard et peux même me payer le luxe de lever les yeux pour observer une étrange ronce qu'un des assistants du médecin nous montre. Je crois en avoir déjà vu... Mieux, je vois à quoi ça sert. Ma mère m'avait déjà montré cette plante venue d'une région lointaine. Je la vois encore cisailler la racine de celle-ci pour récupérer un liquide d'une couleur inhabituelle. Elle me disait que ça faisait disparaître la douleur.

C'est exactement ce que nous explique le médecin royal, démonstration à l'appui. Des souvenirs remontent dans ma tête, entre Valirune, Coriole et autres noms à coucher dehors. Et dire que nous aurons toutes ces plantes à notre disposition à l'avenir, c'est beau la science !

Mais bon. La médecine c'est marrant, mais ça ne remplit pas mon estomac. Je ne peux pas voir le soleil dans le coin de ciel que la fenêtre m'autorise à voir, mais mon ventre est une horloge assez fiable. Quand j'ai faim, c'est qu'il est midi. Ou qu'on s'en approche. Le fennec semble justement se rappeler que le temps passe, et propose de conclure la première partie de son cours avec une dernière plante.

Nous notons tous le nom de "Baie de Givre" sur nos feuilles. Une plante rare, mais qui, une fois écrasée et préparée convenablement, guérit les brûlures même les plus graves. Elle se présente sous la forme d'une petite baie blanche. L'utiliser n'a pas l'air sorcier.

Les deux comparses du médecin rangent les spécimens dans le sac qu'ils avaient apporté et plient les affiches explicatives avec diverses vues en coupes et autres plans rapprochés. Nous les imitons en rebouchant nos encriers, autant éviter un drame, et reposant nos plumes. Les élèves ont droit à une récréation bien méritée !

Chacun après l'autre, nous quittons la salle. Les trois compères nous emboîtent le pas. Je suppose qu'ils ont été invités par la Milice à déjeuner. ça les changera de leur nourriture sophistiquée ! Ici c'est soupe à la grimace et légumes fades. Au moins, on mange chaud. On ne va pas s'en plaindre. Quand on a un toit sur la tête, un métier valorisant et de la bouffe à heures fixes, on ne peut pas demander plus à la vie.

Nous arrivons au réfectoire, où cette bonne vieille Garance, fidèle à elle-même, porte un tablier à la couleur indéfinissable. Elle sert, à grand renfort de louches, des bolées d'un bouillon où trois bouts de patate se battent en duel. Certains curieux lui demandent parfois ce qu'elle nous réserve.

C'est de sa voix éraillée, usée par des années passées à gueuler :

"Qui veut du rab' ?", "Ce soir c'est patates à l'eau !" ou encore "Non Dorian, z'en avez d'jà eu trois fois !"

Qu'elle répond invariablement qu'on a droit aux restes d'hier, avant d'éclater de rire.

Je me pose avec mon bol d'eau, oui autant être honnête, au bout d'une table vide. Je ne vois pas l'ami Dorian, avec qui je mange habituellement. Il doit être en train de patrouiller quelque part en ville, à moins qu'on l'ait affecté à une mission quelconque. Sa présence me manque. J'apprécie son humour raz les pâquerettes, et souvent en dessous de la ceinture. Il me fait rire, quoi. Je reste donc dans mon coin, à remuer mon bouillon insipide avec ma grosse cuillère. J'y ajoute quelques bouts de pain, sans grande conviction.

Mes pensées divaguent. Je dois toujours lui payer un coup pour la fois où il m'a prêté son gambison. Heureusement qu'il était là, sinon je n'aurais pas pu sortir et retrouver Sélène. Tiens, en parlant d'elle... Si elle est là, je ne l'ai pas vue. Au pire, au lieu de chercher quelqu'un avec qui partager mon repas, je devrais avaler ma soupe avant qu'elle ne refroidisse...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Formation des instructeurs. (PV Hector Lidenn)   Dim 8 Jan - 15:14

Kaelyn n'avait pas vraiment donne l'impression de porter une quelconque attention au loup qui semblait avoir bien du mal à changer de place, cependant il nota dans un coin de sa tête de s'excuser pour les désagréments qu'il avait causé.

Une fois l'heure du repas arrivée, Kaelyn rangea ses affaires et se tourna vers Lyra et Leukiah.

-Vous pouvez rentrer, mais soyez revenus à l'heure pour la suite du cours... Je m'en voudrais de faire perdre du temps aux instructeurs. Je ne vous rejoins pas, j'ai quelqu'un à voir.

Les deux mâles acquiescèrent et, après avoir tout remballés, repartirent vers le manoir. Pendant ce temps, Kaelyn se dirigea vers l'officier le plus proche.

-Excusez moi monsieur, est-ce que le Tesser Dailey est en service actuellement ?

-Oh, Joshua ? Il était en patrouille nocturne hier soir, il doit être en salle d'entraînement actuellement. Faîtes vite, il va bientôt aller dormir.

Kaelyn remercia l'officier et s'élança vers la salle d'entraînement. La salle était vide, les officiers étant partis manger. Le seul a rester était une chauve-souris, portant une tenue noire et blanche, coiffé d'un beau chapeau blanc. Le fennec resta là, sans dire un mot, regardant le mâle s'entraîner à l'épée sur les mannequins. Une fois qu'il sembla avoir fini, Kaelyn se racla la gorge pour attirer l'attention de Joshua, qui se retourna. Ce dernier sourit, alors que le médecin s'approchait.

-Salut Joshua. J'ai appris que tu avais été transféré ici... Je suis content de te revoir.

Pour toute réponse, Joshua attrapa le fennec pour l'étreindre.

-Oh, Kaelyn, que je suis heureux de te revoir ! J'avais prévu de passer te voir, vu que tu venais là pour former les instructeurs. Alors, le travail se passe bien ?

Le fennec acquiesça, restant dans les bras de celui qui était son plus proche ami, en dehors de ses esclaves.

-Tout se passe à merveille, oui. Et toi, maintenant, tu es Tesser de ce que j'ai cru comprendre, c'est une preuve que tu fais du bon travail... Alors tu travailles de nuit ? J'espère que je ne te retarde pas trop...

Joshua sourit et gratifia Kaelyn d'un petit baiser sur la joue.

-T'en fais pas... Et oui, je travaille de nuit moi. D'ailleurs j'allais aller dormir. Si tu veux, on essayera de se trouver un moment pour discuter dans une taverne, ou quelque chose comme ça, ça te va ?

Le fennec acquiesça, alors que Joshua rangeait son arme, et après avoir fait une dernière accolade à son ami, s'en alla se coucher. Kaelyn était heureux d'avoir pu discuter avec lui, même si ce n'était pas beaucoup, ils auraient l'occasion de converser de nouveau après. Pour l'heure, il allait surtout déjeuner. Il se rendit à la cantine des officiers, déclenchant quelques regards surpris alors qu'il cherchait une table. La seule inoccupée était celle où se trouvait l'officier qu'il avait forcé à se déplacer. Le fennec, portant une petite gamelle qu'il avait préparé à l'avance, s'approcha à côté du loup.

-Bonjour. Puis-je m'asseoir ?

Après avoir obtenu confirmation, le fennec s'installa, et ouvrit sa gamelle, contenant quelques tranches de poisson et un peu de riz. Commençant à manger, le fennec aborda le loup.

-Je tenais à m'excuser si je vus ait mis dans l'embarras, durant le cours de ce matin, ce n'était pas mon intention.
Revenir en haut Aller en bas
Hector Lidenn

avatar

Messages : 67
Date d'inscription : 16/11/2016

MessageSujet: Re: Formation des instructeurs. (PV Hector Lidenn)   Lun 9 Jan - 11:21

Je fais tourner ma cuillère entre mes doigts un petit instant, en regardant la soupe aux cailloux que l'on m'a servi. J'aurais aimé voir des volutes de chaleur s'en échapper et renifler un fumet appétissant. Mais comme je n'aurai rien d'autre que cette infusion fade, je me décide à la boire, sans grande conviction. Puis je chope un bout de pain, à la texture à mi-chemin entre un vieux bout de cuir et une serpillère, que je mâchouille, dépité.

Et dire que cet après-midi je vais encore entendre parler de champignons et de plantes ! J'ai déjà la tête comme une citrouille, alors si on me bassine encore avec de la botanique, je vais en avoir marre. Ce n'est pas dans mes habitudes de rechigner à la tâche, je suis même connu pour être investi dans mon travail. Mais lorsque celui-ci est interrompu pour trois géraniums... J'aime agir, être dans l'action, pas rester passif. Essayez de rester assis sur un banc pendant une demi-journée quand votre boulot, c'est de courir après des mômes !

Je bois quelques lampées de soupe, et vois s'approcher une silhouette qui n'est visiblement pas celle d'un milicien. Je lève la tête de mon bol lorsqu'elle s'arrête devant ma table. C'est le médecin... Il me demande s'il peut s'asseoir, et bien... Il s'assoit où il veut, de toute façon il n'y a plus beaucoup de places de libre. Je réponds néanmoins, d'un ton amical :

"Oui, bien sûr !"

Le fennec pose une boite sur la table, contenant certainement son propre repas. Le veinard. Au pire, quand je ne serai pas en service, j'irai me faire une bonne bouffe avec les potes. Je me remets à lorgner sur mon bol à moitié vide, qui ne m'attire pas vraiment. J'ai déjà pêché tous les bouts de pains et il n'y a plus grand-chose à se mettre sous la dent. Le médecin royal ouvre sa gamelle, d'où s'échappe une odeur de poisson. Il a bien raison de ramener sa propre nourriture, compte tenu de la qualité de celle qui est servie ici. Un petit silence s'installe, mais il est vite brisé par la voix du médecin. Il s'excuse pour l'incident de ce matin. C'est gentil, mais il n'en est pas responsable.

"Ne vous en faites pas pour ça, ce n'est vraiment pas de votre faute. Je n'avais qu'à me mettre au fond directement..."


J'affiche un petit sourire aimable, avant de boire le restant de ma soupe. Mais bon, ne pas faire la conversation à notre hôte serait malpoli. Je cherche donc un sujet sur lequel il pourrait rebondir.

"Monsieur Idow... Permettez-moi de vous poser une question. Il va falloir que, nous, instructeurs, apprenions à entretenir ces plantes, une fois qu'elle seront dans la serre, n'est-ce pas ?"
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Formation des instructeurs. (PV Hector Lidenn)   Dim 15 Jan - 17:47

Le fennec s'était installé, commençant à manger, avant d'entendre la réponse de l'officier. Kaelyn haussa les épaules, après tout ça n'avait pas tant dérangé que ça, visiblement, alors bon.

-Bah, ne vous en faîtes pas pour ça, officier. Vous avez pu rattraper ce que j'ai dis pendant que vous vous êtes déplacé ?

Le plus important, c'était qu'il n'ait rien loupé. Au besoin, le fennec rédigerais des mémos, mais bon, autant que tout soit fait maintenant, après tout. Alors que Kaelyn allait continuer son repas, il entendit une question de l'instructeur, plutôt pertinente par ailleurs. Savoir qui allait s'occuper des plantes une fois la serre construite était une question nécessaire, après tout.

-Et bien, si au début des jardiniers viendront s'en occuper, je mettrais à disposition des Tessers et des instructeurs des livres pour que vous appreniez à les entretenir vous même. De toutes façons, au besoin, j'enverrais Leukiah s'en occuper.

Leukiah ne manquait pas de travail, mais parfois, il avait besoin de changer d'air. Changer d'environnement de travail lui ferait le plus grand bien. Alors que Kaelyn s'apprêtait à finir son repas, et pour entretenir la conversation, il aborda de nouveau l'instructeur.

-Alors, cette matinée vous a plu ? Je sais que la majorité d'entre vous préféreriez travailler au lieu de suivre cette formation, mais elle vous sera bien utile pour la suite, cela vous permettra de faire face a des situation urgentes plus facilement. Sachez qu'au besoin, si vous avez des trous de mémoire, il vous suffira d'en parler à votre supérieur, et je vous ferais parvenir des livres qui récapituleront tout ce qui a été dit.


Il aurait pu directement fournir les livres, mais pour Kaelyn rien ne valait un cours magistral.
Revenir en haut Aller en bas
Hector Lidenn

avatar

Messages : 67
Date d'inscription : 16/11/2016

MessageSujet: Re: Formation des instructeurs. (PV Hector Lidenn)   Mar 17 Jan - 12:06

Je fais tourner ma cuillère à soupe entre mes doigts, machinalement, tout en écoutant ce que le médecin a à me dire. Il y aura donc des jardiniers qui viendront pour nous aider ? Il ne fait pas les choses à moitié, c'est le moins qu'on puisse dire ! Et puis il nous prête des livres, en plus. Moi qui avais des préjugés débiles sur notre invité du jour... Plus j'en apprends sur son intervention, plus je me rends compte de mon erreur. Ce fennec a l'air de sincèrement vouloir nous soutenir.

"Et bien..."

Je suis aussi surpris que touché par cette débauche de moyens.

"C'est vraiment très aimable à vous... Je trouve une telle initiative assez utile, car on a parfois des recrues qui se blessent, et des miliciens qui reviennent de mission en plus ou moins mauvais état. ça va vraiment nous faciliter la vie."

Je me demande comment on s'organisera lorsque la serre sera opérationnelle. Il y aura certainement un roulement, une alternance des personnes chargées de s'occuper des plantes. Forcément, les autres instructeurs et moi devrons nous y coller, ce qui nous rajoutera du travail. Enfin, il faut penser aux avantages de cette installation. Nous serons indépendants, auto-suffisants, la majorité des plantes utiles se trouveront directement disponibles entre nos murs. Une aubaine pareille vaut bien quelques heures de boulot en plus !

Je repose ma cuillère dans mon bol, et regarde le fond de la salle pour voir si Garance commence à servir le plat principal. Une file d'affamés se forme à l'autre bout du réfectoire. Je ne suis pas pressé, je peux bien attendre quelques minutes pour aller chercher le plat de résistance, qui, de loin, ne ressemble à rien de connu.

Le médecin reprend la parole. Mon regard quitte la file d'attente pour glisser vers lui. Il me demande si j'ai aimé la matinée... Ce n'était pas le meilleur moment de ma vie, mais bon. C'est un mal pour un bien. Il ajoute qu'il pourra nous prêter d'autres livres au besoin, si nous avons un doute sur une plante ou si on a oublié quelque chose. C'est à croire que nous allons avoir besoin d'une salle entière pour accueillir les affaires de Monsieur Idow...

"Je dois dire que c'était plutôt intéressant. Et puis, mes parents étaient herboristes, donc le sujet me parle. J'ai tout de même hâte de voir ce que vous allez nous apprendre sur les plantes dangereuses... J'en ai vu quelques unes lors de voyages, et on ne plaisante pas avec elles."


En disant ces mots, je revois des images, de vieux souvenirs du temps où j'étais aventurier. Les crachcid dissolvent les armures et la chair, les plantes carnivores géantes vous arrachent le pied si vous avez le malheur de marcher dessus...

"En tout cas, vous ne lésinez pas sur les moyens, c'est le moins qu'on puisse dire."
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Formation des instructeurs. (PV Hector Lidenn)   Mer 18 Jan - 8:48

Kaelyn vit les miliciens s'approcher du réfectoire pour le plat de résistance. Pour sa part, Kaelyn sortit une autre boîte contenant son propre plat, boîte dont le contenu semblait bouger... Il sourit en entendant la remarque du milicien.

-La milice est garante de l'ordre et de la loi du royaume... Donc oui, je met tout en oeuvre pour vous aider, et vous en avez bien besoin.

Tout ceci était pure conviction. La milice était quelque chose de cher au coeur de Kaelyn, car c'était par elle que Kaelyn avait pu trouver du réconfort quand il était chez son oncle. Qui plus est, il avait toujours été un partisan du contrôle et de l'ordre, et la milice en était l'incarnation. Aider la milice faisait partie des objectifs que se fixait Kaelyn, et l'installation de la serre faisait partie de ces aides qu'il avait fait mettre en place, avec l'aval de Sa Majesté, bien sûr.

-Je suis heureux que vous portiez de l'intérêt à cette serre, et j'espère qu'elle vous sera utile.

Dit il en ouvrant sa gamelle, dévoilant trois scorpions gris de belle taille qui bougeaient dans la boîte. Le fennec en pris un par le dard, le sortant de la boîte, la bête gigotant. En un coup de crocs vif comme l'éclair, le fennec perca la carapace du scorpion, le tuant d'un seul coup. Se léchant les babines, le fennec commença à manger la créature décédée, suçotant le dard avant de le reposer dans la boîte. Il répéta le processus pour les deux autres créatures avant de soupirer, rassasié, écoutant la réponse d'Hector.

-Oh, vous aviez des parents herboristes ? Effectivement, je peux comprendre que certaines parties du cours puissent être rasoir. Mais ne vous en faîtes pas, je pense que la suite devrait vous plaire. J'ai moi même beaucoup voyagé, pour observer certaines plantes sur le terrain, et certaines sont effectivement très dangereuse, et vous risqueriez de les rencontrer assez vite.

Dit il en refermant la boîte contenant les restes des dards des scorpions. L'avantage de manger ça, c'est qu'on était au fur et a mesure immunisé contre certains poisons... Il sourit en entendant la dernière remarque du loup, répondant tout de suite.

-J'essaye de vous faciliter le travail du mieux que je peux, et si pour ça je ne dois pas lésiner sur les moyens, et bien qu'il en soit ainsi.

Dit il en souriant une nouvelle fois.

-Au fait, quel est vôtre nom ? Pardonnez mon impolitesse, je ne vous l'ait pas demandé quand nous avons commencés à discuter.
Revenir en haut Aller en bas
Hector Lidenn

avatar

Messages : 67
Date d'inscription : 16/11/2016

MessageSujet: Re: Formation des instructeurs. (PV Hector Lidenn)   Dim 19 Fév - 23:25

Mon ventre grogne. Je jette à nouveau un regard sur la file qui a l’air de stagner. Je n’ai même pas envie de me lever, vu le contenu des plateaux qui passent à côté de moi. Viande, légumes ? Difficile de savoir, et à vrai dire, autant rester dans l’ignorance ! Je n’ai pas non plus l’intention de fausser compagnie au médecin royal. Je le vois prendre une nouvelle boîte, dont il ouvre le couvercle. J’ai instantanément un mouvement de recul. Je n’ai pas la berlue ! La nourriture qui s’y trouve n’a pas l’air morte… Je crois que ça m’a coupé l’appétit.

Je laisse traîner mon regard ailleurs, vers les fenêtres, ou au fond de mon bol, avant de revenir vers monsieur Idow. Je comprends, surpris et presque effrayé, que l’invité du jour a ramené des scorpions vivants. Je vois leurs masses noires grouiller dans la boîte. Le médecin s’empare de l’un d’entre eux. Je détourne brièvement le regard, juste à temps pour ne pas voir l’insecte se faire déchiqueter. Un « crac » sinistre signe l’arrêt de mort de la bestiole. Mes griffes claquent nerveusement sur la table. Kaelyn repose le cadavre vide dans la boîte, avant de s’attaquer au deuxième.

Je décide de surmonter mon dégoût. Je vois la patte fine, presque féminine, du médecin saisir la bête. Ses crocs pénètrent la chair. Un nouveau craquement résonne. Mes poils se hérissent. Comment peut-on manger ça ? C’est avec une certaine nonchalance que le fennec grignote son repas. Une dernière bouchée l’attend néanmoins. Délicatement, il attrape l’insecte… Je le vois. Mes yeux sont rivés sur ce spectacle surréaliste. Une canine affutée, perçante comme la pointe d’une flèche… Pour ce scorpion, le coup est fatal, mais je suis prêt à parier que pour les amantes du médecin, ce genre de morsure est un passeport pour la petite mort.

Monsieur Idow suçote, l’air innocent, le dard de la bestiole qui vient de passer l’arme à gauche. Cette vision, mélangée à mes divagations, me donne envie de délirer encore un peu plus. Qui me dit que le médecin a des amantes ? Les deux esclaves, si ce sont bien des esclaves, ils ne doivent pas servir qu’à porter des plantes… ça doit être la fête chez ce fennec !

Je me ressaisis bien vite. Le scorpion mort rejoint ses petits camarades, et la conversation reprend son cours normal. Plantes carnivores, dangereuses ou mortelles… Le sujet de cet après-midi s’avère déjà plus engageant que celui de ce matin. Malgré cet intermède déstabilisant, j’apprécie la compagnie du médecin. Il est délicat, sa voix est fine et il pose ses mots avec une attention toute particulière. Ses sourires aussi sont élégants. On voit bien que c’est un noble, un type de la haute. Il sait se montrer toujours attentif et courtois. C’est avec un sourire et un ton aimables qu’il me demande mon nom. Je le regarde dans les yeux, avec ma fierté habituelle. Je me redresse un peu, histoire de paraître moins avachi.

« Je suis l’instructeur Hector Lidenn ».

Ma voix exprime mes habitudes de militaire. J’aurais bien pu ajouter mon matricule, ça aurait été pareil. Pas un mot plus haut que l’autre. J’ai limite le bras qui part pour saluer, par automatisme. Je souris bêtement en me rendant compte de cette déformation professionnelle. J’ai du mal, aujourd’hui, et mieux vaut en rire qu’en pleurer !

Je cherche une réponse dans le regard du médecin. J’espère ne pas avoir fait quelque chose de trop stupide. Mais face à des figures d’autorité, des gens qui gravitent plus ou moins loin des sphères royales, il faut faire preuve de respect. J’ai presque été trop amical, trop détendu, jusqu’à présent. Ce n’est pas parce qu’un noble vient à ma table et me parle comme si j’étais son égal que je peux me considérer comme un privilégié…

Un bruit de chaises qui crissent et de couverts qui cliquètent me rappelle à la réalité. On a encore une session de cours cette après-midi et l’heure du repas est finie. Je me lève, et vais donner mon bol vide à Garance avant de remonter avec les instructeurs et notre professeur du jour. Direction la salle du classe pour la suite du programme.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Formation des instructeurs. (PV Hector Lidenn)   Mar 21 Fév - 19:49

Kaelyn venait de reposer les cadavres des scorpions dans sa gamelle. Il les préféraient en beignet, mais force était de constater que crus, il étaient aussi délicieux. Ses yeux avaient bien remarqué que l'instructeur était mal à l'aise alors qu'il le regardait mangé. Attrapant une petite serviette, il s'essuya la gueule tout en regardant l'instructeur.

-Excusez mon régime alimentaire quelque peu orthodoxe, j'ai cru comprendre qu'il vous gênait un peu. Ceci dit, les scorpions sont un met particulièrement gouteux, pour peu qu'on passe outre le côté pas très ragoutant de la bestiole.

Dit le fennec en refermant sa gamelle. Ainsi le mâle s'appelait Hector... Il semblait correspondre à l'archétype même de l'instructeur. Un grand mâle, qui semblait avoir une certaine expérience. Le fennec sourit en l'entendant répondre à sa question.

-Enchanté de vous rencontrer, instructeur Lidenn, j'espère que travailler au service du royaume vous plaît.

Dit il alors que ses oreilles se dressèrent d'un seul coup en entendant le bruits de chaise. La pause était déjà finie, semblait-il. Il se leva prestement, rangeant sa gamelle dans son sac.

-Pardonnez mon départ soudain, instructeur. Mais je dois m'assurer que tout est prêt pour le début du cours. Si vous le désirez, nous pourrions nous retrouver pour finir cette discussion après le cours si vous le désirez.

Le fennec pris son sac, et s'en alla d'un pas vif dans la salle. Là, dans des coins, se trouvaient des plantes sous cloches, que Lyra et Leukiah finissaient de disposer.

-Tout est prêt ?

-Oui, maître,
dit Lyra en finissant de mettre au mur un dessin d'un lotus de sang, la première plante qui serait traitée durant ce cours. Kaelyn sourit, alors que Leukiah finissait de porter un pot lourd contenant une jeune Tentacula Major qui essaya de lui attraper le bras, mais le renard évita le tout de justesse.

-Je suppose qu'on avait pas de cloche assez grande pour la contenir, celle là, dit le fennec en soupirant un peu. En soit, ça n'allait pas trop être un problème, mais il aurait préféré qu'elle soit protégée. Peu a peu, les instructeurs commençaient à s'installer peu à peu, alors que Kaelyn revenaient sur son estrade.

-Bien, bien. Tout le monde est là ? Parfait, nous allons pouvoir démarrer. Comme vous le savez, nous allons aborder cet après-midi les plantes hostiles que vous pourriez être amenés à rencontrer. Nous allons commencer par une des moins utilisées mais une des plus dangereuses, le lotus de sang.

A ces mots, Lyra sortit une magnifique plante rouge sang, soigneusement mise sous une cloche de verre.

-Ne vous fiez pas à la beauté de cette fleur, elle représente un danger bien réel pour qui inhale son parfum. En effet, une exposition prolongée, même légère, déclenche une démence meurtrière chez le patient, qui lui donne envie de sang... De préférence d'autres personnes. Il est assez facile de repérer une personne sous cette démence, elles sont totalement incontrôlables, attaquent tout ce qu'elles ont à portée...

Lyra, derrière, déplia un croquis représentant le visage d'une louve, la gueule ouverte, les yeux colorés en rouge, et l'air complètement affolé.

-Le début de la furie se traduit par un affolement inexpliqué. Des cris, des paroles insensées... Nous supposons qu'il s'agit d'une tentative du corps du patient de se défendre contre le parfum du lotus. Cette phase dure une dizaine de minutes, minutes pendant lesquels les yeux de la victime se colorent de rouge. Si vous êtes appelés pour des cas de démence inexpliquée, il y a fort à parier qu'un empoisonnement au Lotus de Sang en soit la cause.

Lyra, derrière, changeait le parchemin pour montrer une image de la même louve, mais cette fois ci dans un état de rage plus que visible.

-Dans tous les cas, il est primordial, si l'intervention se passe dans une maison, de retenir votre respiration. On ne sait jamais si les vapeurs sont importantes. Une fois dehors cependant, elles se répartissent et sont sans danger. Attachez le patient à son lit ou avec des cordes, et baillonez le, il ne faut surtout pas qu'il s'échappe et cause de dégâts. Cependant, si vous vous retrouvez face à quelqu'un qui est en deuxième phase, celle indiquée sur le parchemin, faîtes très attention. Comme je vous l'ai dit, la personne ne pense qu'a tuer, tuer et encore tuer, aussi elle ne s'arrêtera pas si vous lui ordonnez. La seule solution est donc  de tenter de le maîtriser le temps que l'effet s'en aille. Cependant, si la victime a subie une inhalation trop prolongée et dans des proportions importantes... L'effet est permanent. Je travaille actuellement sur un moyen d'inhiber totalement les effet de cette fleur, mais cela prends du temps.

Le fennec marqua une pause, avant de sourire de nouveau.

-Avez vous des questions ?
Revenir en haut Aller en bas
Hector Lidenn

avatar

Messages : 67
Date d'inscription : 16/11/2016

MessageSujet: Re: Formation des instructeurs. (PV Hector Lidenn)   Jeu 2 Mar - 21:40

La discussion avec monsieur Idow tourne court. J’opine du chef lorsqu’il me demande si j’aime servir le royaume, mais, à peine a-t-il fini sa phrase qu’il bondit de sa chaise et balance sa gamelle dans un sac. Il a des choses à préparer pour le cours de cet après-midi, forcément. Il ajoute, avant de filer vers la sortie, que nous pourrons continuer à parler plus tard. Voilà une perspective qui me plait bien ! Je n’ai pas souvent l’occasion de tailler une bavette avec quelqu’un dans son genre.

Le médecin parti, je débarrasse le plancher, ainsi que la table. Je donne mon bol à Garance, qui le refourgue à une recrue. C’est un des petiots de de Gladys, qui est de corvée. Le moineau peine à suivre la cadence. Une pile d’assiettes, de ramequins et de récipients divers s’accumule près de l’évier où il trime comme un forçat. La cuisinière, voyant que je n’ai mangé qu’une entrée, me lance un regard noir.

« Alors comme ça on vient pas chercher son plat ? C’est pas beau ça Lidenn ! »

Elle fait tourner sa louche au-dessus de sa tête, avec un air vengeur. C’est qu’elle est rancunière, la Garance ! Je m’élance à grands pas vers la sortie du réfectoire, où je croise Gladys. La petite loutre, moulée dans une armure de cuir qui épouse ses formes rondelettes, m’interpelle :

« Hector ! Dites, vous avez parlé avec le médecin ? Il vous a dit à quelle heure terminait le cours ? C’est pas que je m’ennuie, hein ? Me faites pas dire ce que j’ai pas dit ! Mais si on finit tôt, j’irai faire un peu de course à pied avec mes recrues… »

Le mustélidé lisse ses moustaches, histoire de réfléchir. Effectivement, si la formation ne s’éternise pas, je pourrais retrouver les jeunes. J’avais bien envie de faire des formations en ligne avec eux aujourd’hui. Ils auraient bien besoin de comprendre pourquoi il faut mettre des lanciers près des boucliers. Quoi que... je pourrais leur donner des exercices écrits, histoire de filer à l’anglaise avec monsieur le médecin. Ce n’est pas forcément sérieux. En ce moment, j’ai tendance à ne pas me tenir à carreaux.

Nous montons les escaliers qui mènent à notre salle de classe. Gladys galope devant moi, d’un pas léger et sautillant. Je me traîne un peu, comparée à elle. Je gamberge, et me demande ce qui se passe en ce moment, pour que je sois aussi peu concentré. Je vois les gamins progresser, même Auguste a fait des efforts. Lui qui n’osait pas tenir une épée il y a quelques mois… A présent, il arrive à se servir d’une arme et à attaquer sans crainte. Le voir dépasser sa peur me rend fier. Ces gosses me surprennent, et je sais qu’ils feront tous de bons soldats.

Pourtant, je ne parviens plus à trouver de l’énergie, je me sens comme un vêtement essoré. C’est bête, mais j’ai envie de boire, de rire, de m’amuser plus souvent. La vie de milicien est un peu monotone, et demande une application, un sérieux de tous les instants. Mais si, Hector… Tu aimes toujours ton métier ! Tu as juste besoin de vacances !

Je m’arrête sur cette conclusion, tout en étant conscient que je n’aurai pas de congés. Les enfants sont là, et personne d’autre que moi ne s’en occupera. Adieu, plages paradisiaques, soleil brûlant et jolies créatures en petite tenue ! Je pouffe de rire. Gladys me regarde, sans comprendre d’où me vient ce ricanement. Mais elle se détourne bien vite de moi pour regagner sa place dans la salle.

Cette fois-ci, je me place directement au dernier rang, entre un vautour que je ne connais que de vue, et le maître instructeur. Sa présence me force à rester sage comme une image. On trouve la motivation là où on peut…
Monsieur Idow est de retour, escorté par ses esclaves. Il annonce le sujet de cet après-midi : les plantes dangereuses. Chacun installe ses affaires sur son pupitre. Nous sommes tous prêts à écrire. Nous entrons dans le vif du sujet avec le lotus de sang, une fleur rouge, aux pétales fins et gracieux. Sous sa cloche, la plante a l’air inoffensif, c’est à se demander si elle est vraiment une menace…

Le médecin nous rappelle vite à l’ordre, et insiste sur le côté particulièrement retord de cette fleur. Son arme, c’est son parfum. Il ne faudrait absolument pas respirer ses effluves, sous peine de devenir fou ! C’est assez dingue, dit comme ça. Je me demande comment la Nature a pu se dire que créer ça était une bonne idée… Les symptômes de l’intoxication sont assez faciles à repérer : propos incohérents, affolement, puis yeux rouges. Une fois une personne atteinte, celle-ci entre dans un état de rage incontrôlable et cherchera à tuer d’autres personnes. Terrifiant. Cette plante pourrait être une arme terrible, si quelqu’un s’en servait à grande échelle…

Au final, il n’y a aucun moyen d’endiguer l’effet du lotus de sang. La personne contaminée doit être immobilisée, neutralisée, et elle finira par se calmer, dans le meilleur de cas. Mais il existe apparemment des cas sévères, où la victime restera à vie sous l’emprise de cette fleur de malheur. Nous grattons tous nos feuilles. Pour être sûr de bien retenir les effets néfastes de cette plante, je souligne les symptômes et entoure une phrase en majuscules : DONNE ENVIE DE TUER DES GENS SI ON LA RENIFLE !!!

Le fennec nous conseille de faire attention lorsque nous travaillons sur des cas de démence inexpliquée, car un lotus de sang à de grandes chances d’en être la cause. Toujours ventiler les espaces clos, immobiliser les victimes… Je me sens soudainement content de savoir attacher des gens. Je ne me sers pas de mes cordes au travail, mais en garder une sur moi peut être une bonne idée, pour des cas comme celui-ci.

Néanmoins, le médecin nous annonce qu’il essaie de trouver un moyen de sauver les personnes contaminées, même si une telle prouesse demande du temps. Espérons qu’il trouvera. Je lève une patte pour attirer l’attention de l’intervenant :

« Si on porte un masque, ou quelque chose pour filtrer l’air… Une écharpe sur le museau, par exemple ? Est-ce qu’on peut éviter d’être contaminé ? »

Sait-on jamais, ça pourrait marcher ! Ça ne me semble pas stupide, comme idée. Un sanglier, assis au bout du premier rang, enchaîne pour poser sa propre question :

« A votre avis, à quelle distance de la fleur faut-il se trouver pour éviter un incident ? »

C’est vrai qu’une plante aussi dangereuse soulève beaucoup d’inquiétudes. Il faudrait concevoir des exercices sur le sujet pour les recrues, afin qu’ils soient capables de réagir efficacement et qu’ils aient les bons réflexes pour éviter un massacre.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Formation des instructeurs. (PV Hector Lidenn)   Ven 3 Mar - 14:42

Kaelyn écouta les questions des miliciens. Elles étaient pertinente, et voir ses "élèves" aussi impliqués plaisait au médecin. Aussi, alors que Lyra venait reposer dans un coin la plante sous cloche avant de répondre.

-Concernant la protection, un masque à filtre comme celui que portent Lyra et Leukiah ici présent est le seul moyen connu jusqu’à présent pour éviter de respirer les vapeurs. Une écharpe ou un tissu peut vous protéger très temporairement, mais c'est très aléatoire. Il suffit que le parfum soit fort, et c'est vous qu'il faudra attacher, voir pire. J'attire votre attention qu'une exposition trop prolongée aux vapeurs peut rendre l'effet totalement irréversible, et dans ces cas là, abattre l'infecté. Le bien commun primant sur l'individu, vous ne pouvez pas vous permettre de perdre des hommes en essayant de maîtriser un infecté déjà condamné. Pour reconnaître une personne dont la folie est irréversible, il faut regarder ses yeux. Si ils sont révulsés au point qu'on ne puisse pas distinguer les papilles, c'est sans espoir.

C'était dur, certes, mais c'était un mal nécessaire. Puis le fennec se tourna vers le sanglier qui avait posé la question. Il s'éclaircit la voix avant de reprendre.

-Je n'ai pas jusqu'a présent réussi à délimiter un pérmètre de sécurité très fiable, tout dépends de la quantité de fleurs présentes sur les lieux, et de la concentration du parfum dans l'air. Dans tous les cas, ne l'approchez pas sans protection, ou retenez votre respiration le temps de l'intervention. Dans tous les cas, n'intervenez jamais seul, c'est trop dangereux.

Dit il. Visiblement, il n'y avait plus de questions concernant les lotus de sang, aussi ils pouvaient passer à la suite. Lyra et Leukiah sortirent une autre plante sous cloche, semblable au lotus de sang, mais d'un bleu pâle presque fantomatique. caressant la cloche d'une de ses mains fines, Kaelyn observa la fleur, tout en commençant à parler.

-Le Lotus des âmes n'est pas une plante que vous allez rencontrer souvent, mais il est tout de même important de la connaître. Sachez déjà que sa possession et sa consommation, que ce soit crue ou dans des préparations est strictement interdite dans le royaume, c'est pourquoi il est nécessaire d'arrêter toute personne vendant ou consommant des produits dérivés ou des Lotus des âmes. Son parfum n'est pas dangereux, aussi j'ai mis a disposition des poudres parfumées à la serre pour que vous puissiez reconnaître les produits à base de cette plante. Son parfum étant très fort, il est pratiquement impossible à masquer.

Il marqua une pause, alors que Lyra apportait la plante sous cloche aux premier milicien pour qu'il la fasse passer et qu'ils observent la plante de plus près.

-Les effet de cette plante peuvent être variables, mais globalement, une personne sous l'effet d'un Lotus des âmes semblera littéralement dans les nuages. Elle se déplacera lentement, aura du mal a percevoir le monde autour d'elle... Cela les rends faciles à maîtriser, elle ne se défendra pas. A noter que cette plante est extrêmement addictive alors n'y touchez sous aucun prétexte. Le lotus des âmes est également une plante qui, dans un stade avancé d'addiction, décolore les poils et les yeux de la personne. Ainsi, régulièrement des personnes addict sont repérées a cause de leurs pupilles blanches et de leur comportement totalement absent de la réalité. Dans ces cas là, une procédure de sevrage doit être mise en place.

Dit le fennec en regardant les miliciens qui faisaient passer la plante de bureau à bureau.

-Bien, avez vous des questions ?
Revenir en haut Aller en bas
Hector Lidenn

avatar

Messages : 67
Date d'inscription : 16/11/2016

MessageSujet: Re: Formation des instructeurs. (PV Hector Lidenn)   Lun 20 Mar - 18:47

J'écoute, attentif, la réponse du médecin. Et, visiblement, il n'y a pas besoin de se protéger des effluves de cette foutue fleur. Je gribouille un quelconque individu portant une sorte de bocal hermétique vissé sur le crâne, en essayant d'imaginer une solution à ce problème. Même si monsieur Idow et ses esclaves disposent de masques particuliers, on ne risque pas d'en avoir. Ces trucs ont l'air coûteux. Déjà qu'ils nous passent des plantes et la serre qui va avec... Et on ne sait même pas à partir de quelle distance les fleurs peuvent nous infecter. Il suffirait d'un coup de vent dans notre direction pour qu'on renifle le parfum. C'est une plaie cette plante !

Et Kaelyn enchaine avec un nouveau cas, que ses acolytes amènent sous une cloche. Leurs mouvements sont précautionneux. Le médecin passe une de ses petites mains délicates sur le globe de verre, l'air fasciné par la couleur de la fleur prisonnière. Il reprend la parole pour nous donner le nom de ce nouvel ennemi nommé Lotus des âmes. Décidément, ils aiment les lotus, quand il s'agit de donner des noms !

Je note le sobriquet de la plante sur ma feuille, et écoute ce que le médecin a à nous dire sur le sujet. Et visiblement, ce lotus change le comportement de la personne qui s'y frotte, lui aussi... Je note les effets de la plante en une petite liste : perte de repères, air absent, mouvements lents, voire une certaine passivité ? En les inscrivant, je me dis que ce n'est pas méchant. ça ne provoque pas d'hallucinations, pas de frénésie meurtrière, ça ne tue pas sur le champ...

Le médecin ajoute cette petite phrase qui me fait comprendre que ce truc est une vraie saloperie : " cette plante est extrêmement addictive". Forcément, dès qu'on touche à des substances qui rendent les gens accros, la Milice est au taquet. Trafics illégaux, batailles de gangs, drogués en manque... ça crée toujours des problèmes, ces merdes. Donc forcément, autant être capable de reconnaître la source du problème. Et pour les cas les plus avancés, le sujet aura les poils décolorés, et les yeux blancs. Donc c'est relativement facile de les repérer, avec ça et leur comportement atypique.

Je regarde vite-fait toutes les feuilles que j'ai noircies depuis le début du cours. ça va en faire, des trucs à retenir... et à enseigner aux jeunes. Déjà qu'ils ne retiennent pas la différence entre un matras et une dondaine, qu'est-ce qu'ils vont piger à la botanique ? Enfin. Le médecin nous scrute du regard, en attendant que nous posions des questions sur le Lotus des âmes. Je dois dire que je n'en ai pas, il a été clair. Cependant, la petit voix de Gladys s'élève :

"M'sieur ? C'est quoi la procédure de sevrage à suivre ?"

HRP:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Formation des instructeurs. (PV Hector Lidenn)   Mar 21 Mar - 11:06

Kaelyn acquiesça légèrement en entendant la petite voix de la milicienne lui demander comment le sevrage se passe. Il s'éclaircit la voix, avant de commencer à parler, alors que la plante sous cloche passait entre les différents miliciens.

-Et bien, le sevrage sera plus ou moins difficile selon la dose. Si nous sommes dans un cas d'addiction avancé au point qu'il y avait une quasi totale décoloration du sujet, alors l'addiction est irréversible. Il faut donc soit subvenir au besoin de la personne addict soit... La laisser mourir. Pour les autres, un sevrage sévère doit être mis en place. Ainsi, une privation totale est pour l'heure le seul remède que nous ayons pu confirmer en terme d'efficacité. Cependant, ce sevrage n'en reste pas moins aléatoire, et une personne faible peut malheureusement en mourir. Je préconise un isolement du patient, en somme.

Dit il. Il savait que cette méthode était radicale, mais elle était la seule disponible pour l'heure... Il sourit, alors que la cloche revenait sur son bureau, et que Lyra allait la reposer dans un coin. De son côté, Leukiah tenait dans ses mains un pot plus gros, contenant une plante tentaculaire de couleur bleue, alors que lesdits tentacules tentaient de bloquer les bras du renard. Kaelyn, gardant un oeil sur la plante, se tourna ensuite vers l'assemblée.

-Nous allons passer à une plante rare mais à laquelle vous risquez d'être confronté si des nobles vous appellent. La Tentacula Major est une plante extrêmement dangereuse qui ne pousse que dans les zones humides mais qui est fréquemment cultivée en ville. Elle dispose de plusieurs tentacules de plus ou moins grosse taille et de couleur diverse. Cette plante se nourrit de fluides nutritifs émanant des créatures vivantes. Nous n'avons jusqu'a présent jamais observés de Tentacula Major drainant le sang de sa victime, cependant elle semble avoir une appétence particulière pour le sperme. Leukiah étant le plus connaisseur en la matière, je vais lui laisser la parole.

Leukiah avait posé la plante sur le bureau, et tentait de se défaire des tentacules qui lui prenaient les mains.

-Merci maître. Comme vous pouvez le voir ici, la plante tente de s'accrocher à moi. Elle sait que je peux être une source de nourriture pour elle, aussi elle risque de ne pas me laisser partir. Ici je vous montre un tout petit spécimen, mais il faut savoir que les Tentacula Major adultes peuvent atteindre des tailles monstrueuses, avec des centaines de tentacules d'une dizaine de mètres pouvant capturer un grand nombre de personnes. La méthodes de la capture sont assez simples : La plante parait inanimée et laisse la créature s'approcher. Ensuite, ses tentacules lui saute dessus, et lui bloquent les mains et les jambes. Ensuite, elle retire tout le superflu, dans notre cas les vêtements, et va commencer à pomper le liquide. Je vous passe les détails, je suppose que vous savez de quoi je parle.

Kaelyn toussa légèrement, remerciant intérieurement Leukiah de ne pas s'étendre sur le sujet, même si Lyra a la placer au tableau un croquis d'une personne de profil, attachée a des tentacules, avec certains d'entre eux logés dans ses différents orifices.

-Une chose intéressante à remarquer est que la plante peut s'autogérer. En effet, une fois sa victime capturée, elle la maintient en état végétatif en lui insérant un liquide via les tentacules dans sa bouche. Ce liquide endort la personne, mais lui apporte aussi les nutriments nécessaire à sa survie, ce qui nous arrangent dans notre cas, car la personne ne peut pas mourir, même si elle sera extrêmement affaiblie. Elle secrète également un liquide aphrodisiaque afin de maximiser la production de liquide de ses proies qu'elle intègre dans le liquide nutritif qu'elle leur fait ingérer. A noter que, pour récupérer sa nourriture, la Tentacula Major dispose de pores dans ses tentacules qui permet d'absorber le liquide au sol.

Leukiah sourit légèrement derrière son masque alors qu'il arrivait enfin à se défaire de l'emprise de la plante.

-Nous allons donc passer à la partie qui vous concernent, mesdames et messieurs. Il faut savoir que de nombreux particuliers à Risua disposent d'une Tentacua Major chez eux. Elles sont en général de taille moyenne, et subsistent aisément en capturant une seule personne. Si jamais vous êtes prévenus que les proches de la personne n'arrivent pas à la faire sortir de la plante ou pire, qu'elle a suffisamment grandie pour capturer plusieurs personnes, il vous fait intervenir. Suivant la taille, une intervention de ce genre peut nécessiter au minimum cinq miliciens pour les tailles moyenne a une vingtaine si jamais elle est vraiment grosse.

- Une fois sur place, la méthode est simple : la plante va sentir votre groupe, et va tenter de vous attaquer en même temps. Avec des armes tranchantes, coupez tous les tentacules qui vous attaquent, jusqu'à ce que la plante finisse par relâcher ses anciennes proies pour vous attaquer. faîtes extrêmement attention a ne pas vous faire attraper par derrière sinon vous finirez comme proie, d'où l'intérêt d'agir en groupe. A noter également qu'elle peut vous désarmer en attrapant vos armes avec ses tentacules, alors soyez extrêmement vigilants. Une fois les tentacules neutralisés et la personne mise hors de danger, isolez la plante dans la pièce où elle se trouve, et votre affaire est terminée. Si cependant il est nécessaire de la tuer, il faut s'approcher suffisamment du coeur de la plante, qu'on reconnait généralement car il est de couleur différente du reste de la plante. Là, il vous suffit de le plante avec une lange ou de l'écraser avec un marteau pour tuer la plante sur le coup. Et là, c'est vraiment fini, mais je ne recommande pas de la tuer sauf si on vous le demande expressément.

Kaelyn acquiesça, souriant avant de se tourner vers les miliciens.

-Bien, je crois que vous avons faits le tour concernant la Tentacula Major. Avez vous des questions ?
Revenir en haut Aller en bas
Hector Lidenn

avatar

Messages : 67
Date d'inscription : 16/11/2016

MessageSujet: Re: Formation des instructeurs. (PV Hector Lidenn)   Ven 24 Mar - 23:00

La question de Gladys est judicieuse. Je reprends ma plume et me prépare à noter la réponse qui, il faut le dire, n’est pas très optimiste. En soi, la seule solution pour délivrer un malade de son addiction est de le priver totalement de la substance, jusqu’à ce qu’il finisse par s’habituer au manque… C’est certainement pénible, voire à la limite du supportable pour les patients… Tout en inscrivant le « remède » sur ma feuille, je me figure les drogués, blancs comme neige, hurlant à la mort, enfermés dans des cellules. Je les vois, presque comme s’ils étaient réels. Ça me fait limite peur… J’espère qu’Alfred n’est pas tombé si bas. N’empêche, il doit certainement exister un moyen pour débarrasser ces pauvres hères de leur souffrance. Leurs corps doivent être imbibés, gorgés, de cette plante de malheur. Il me semble qu’on fait parfois des saignées aux gens, pour les soigner de maux divers… ça se trouve, en purgeant ces malades de leur mauvais sang, ça évacuera toutes les plantes qu’ils ont bouffées…

Mais je n’ai pas le temps de m’appesantir sur le problème. Tous les regards se tournent déjà vers un des associés du médecin, qui porte un gros pot d’où dépassent des tentacules mouvants. Les appendices, visiblement vindicatifs, s’enroulent sur les bras du jeune homme. On entendit des « oh, punaise ! » s’élever dans l’assemblée. La plante continuait de prendre possession des bras de son porteur. Je gardais mes yeux rivés sur les tentacules, fasciné et même relativement intéressé.

Monsieur Idow nous présente rapidement la Tentacula Major, une plante dangereuse, mais que des nobles décident tout de même d’avoir chez eux. Je tique, en entendant que les hautes sphères de Risua achètent des plantes pareilles. Et après ils vont appeler, je vous le donne en mille, ces bons vieux Miliciens qui vont assumer les conséquences de leur connerie. J’ai rien contre les gens riches, quand ils se font construire des villas ou qu’ils se font coudre des vêtements hors de prix. Mais bordel, ils ont rien de mieux à faire que de dépenser leur pognon dans des plantes qui peuvent certainement les tuer ? Je secoue la tête, l’air désabusé. Des fois, les gens cherchent la merde.

Mon pronostic se révèle vrai, en plus. Lorsque Leukiah, si c’est bien son nom, nous explique les spécificités de cette plante, certains poussent des gémissements de dégoût. Y’en a qui ont le cœur fragile… Il faut reconnaître qu’une plante suceuse de substances corporelles qui ligote ses victimes, pour certains, c’est un cauchemar. Pour d’autres, c’est un fantasme. Je tends d’autant plus l’oreille, quand j’entends que la Tentacula Major sécrète un liquide aphrodisiaque. Je me demande à quel point ce fameux liquide augmente le désir, et par quels moyens je pourrais m’en procurer. La Nature est si bien faite… Et lubrique.

Le renard se bat contre la plante, secouant et tirant ses bras, dans l’espoir de se tirer de son emprise. Son acolyte place un schéma au tableau. Le dessin déclenche des réactions directes chez la gent féminine. Ça détourne les yeux, ou grimace à la vue du sort réservé au type représenté. Je dois bien être le seul à me dire que cette plante est géniale, le pinacle de l’évolution… Au final, je comprends pourquoi les nobles en veulent. C’est si atypique, et si érotique… Même si je crois que je ne me laisserai jamais attaquer par qui, ou quoi que ce soit.

Le renard finit par se libérer des tentacules, après quelques instants de lutte. Nous préférons regarder nos feuilles que le tableau, où nous notons diverses informations utiles : cette plante anesthésie ses victimes, mais son but n’est pas de tuer. Cependant, la proie sera très affaiblie suite au repas de la Tentacula Major. Raison de plus pour ne pas en avoir chez soi. Mais non, Leukiah continue son discours et souligne le fait qu’il y a des abrutis, ou des inconscients, qui ont des trucs pareils chez eux. Forcément, ça dégénère. Voilà pourquoi on nous en parle.

Affronter une Tentacula Major de taille moyenne demande une équipe de cinq personnes, mais le nombre de soldats grandira en même temps que la plante. Vu qu’elle peut déployer plusieurs tentacules à la fois, il faudra agir en étant coordonnés, en être très réactifs. Peut-être qu’un exercice inspiré d’une telle situation intéressera les gosses. Enfin, ils ne parviendront pas à rassembler leurs forces et à attaquer ensemble sans chef derrière eux.  En somme, la solution est de neutraliser les tentacules, jusqu’à ce que la plante relâche sa ou ses victimes. Quoi qu’il existe un moyen définitif de se débarrasser de la chose : viser son cœur. Mais vu le prix qu’e ça doit coûter, je pense qu’un nobliau refusera que l’on tue sa précieuse Tentacula Major… Encore une fois, il faut être sacrément con pour vouloir ça chez soi.

Le renard finit sa tirade, et le médecin reprend la parole, pour nous demander, une fois encore, si nous souhaitons quelques éclaircissements. Je lève la main, comme un écolier, en essayant de ne pas foutre un coup d’épaulière à mon voisin de droite par la même occasion :

« En gros, cette plante ne s’en prendra qu’à des individus de sexe masculin ? »

Si ça peut rassurer la pauvre Gladys, que je vois trembler comme une feuille depuis tout à l’heure, autant poser la question. Sait-on jamais ? Si la plante n’attaque pas de femelles, ça peut être un atout de n’envoyer que des demoiselles pour gérer ce genre de cas. Ça ne coûte rien d’espérer.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Formation des instructeurs. (PV Hector Lidenn)   Jeu 30 Mar - 10:51

Kaelyn secoua négativement la tête en souriant légèrement, posant sa main couverte d'un espèce de gant de fer, ses doigts semblant être de véritables griffes qui résonnèrent sur le bois du bureau alors qu'il tapotait celui ci du bout des doigts.

-Si seulement. Mais non, la Tentacula Major attaque tout le monde. La seule différence qu'elle fera entre vous, c'est les fluides qu'elle pourra en tirer, donc restez hors de portée si vous ne voulez pas finir enfermé.

Dit il en se fendant d'un léger sourire, alors qu'il tournait la tête vers Lyra, qui commençait à retirer les croquis du tableau, alors que le médecin repris la parole.

-A noter qu'une fois capturé, il est impossible de vous libérer, la prise des tentacules est trop forte. Qui plus est, elle vous débarrasse de tous les vêtements que vous possédez, ainsi que de toutes vos armes. Une solution pour retarder l'inévitable et de porter des vêtements serrés autour de votre corps, afin que leur retrait soit plus difficile, et que ça laisse le temps à vos collègues d'intervenir pour vous libérer. Au passage, n'essayez pas de mordre les tentacules qui entreront dans votre bouche, vous risquez surtout de ne pas pouvoir retirer vos dents.

Dit il en secouant la tête. La Tentacula Major était une saloperie, c'est indéniable, mais il fallait qu'ils soient prêts. Le fennec continua, alors que Leukiah reposait la plante dans un coin, qui ne manqua pas d'essayer de lui choper une jambe. Le renard se dégagea et reposa la plante dans un coin, alors qu’il sortait un petit buisson, donc certaines parties semblaient contenir un liquide.

-Nous allons continuer avec le crachcid. Ce petit buisson possède dans certaines parties de son feuillage des sortes de tubes naturels contenant de l’acide. Il est fréquent que des bandits aient des fioles en contenant sur un eux, aussi je vous recommande la plus extrême prudence, cet acide est très très corrosif, et si vous êtes touchés à la tête, il peut vous défigurer voir vous tuer sur le coup. Cependant, il existe un bon moyen de savoir si un bandit possède une fiole de Crachcid, pour la simple et bonne raison que, cet acide étant extrêmement corrosif, seul un récipient en métal peut le contenir. Ainsi, si vous voyez un bandit avec une gourde de métal à la ceinture, évitez qu’il ne s’en saisisse.

Il marqua une pause pour laisser les instructeurs noter.

-Cependant, Il a été montré que cet acide a beaucoup de mal à pénétrer le métal. Aussi, un solide bouclier ou un casque qui protège bien la tête devrait vous éviter un séjour à l’infirmerie. Mais faîtes vraiment attention, car l’acide de cette plante est redoutable. Si vous en voyez au sein de Risua ou dans les plaines, restez à distance, et mettez y le feu, ça le tuera vite.

Le fennec marqua une nouvelle pause, souriant aux instructeurs.

-Bien, nous avons presque terminés. Avez-vous des questions, une nouvelle fois ?
Revenir en haut Aller en bas
Hector Lidenn

avatar

Messages : 67
Date d'inscription : 16/11/2016

MessageSujet: Re: Formation des instructeurs. (PV Hector Lidenn)   Ven 7 Avr - 17:44

La loutre tourne sa petite tête vers moi, en m’entendant poser ma question. Cette plante a l’air de la mettre extrêmement mal à l’aise. C’est dans ce genre de situations que je suis heureux d’avoir l’habitude des cordes et autres fétiches plus ou moins avouables. Ça, et une vie passée à vadrouiller aux quatre coins du monde, ça vous blinde comme des bestioles et plantouilles de ce genre. Le médecin, au lieu de rassurer Gladys, fait non de la tête. Cela a pour effet de la faire se recroqueviller un peu plus sur sa chaise. Au final, face à la Tentacula Major, mâles et femelles sont égaux, tous dans la même galère. Monsieur Idow affiche un sourire… Forcé, le sourire. Il faut dire que le sujet reste épineux, et peu agréable à aborder. Un soupir de soulagement s’élève lorsque son acolyte décroche les croquis du tableau. Autant passer à autre chose.

Le fennec ajoute néanmoins, comme pour nous asséner le coup fatal, que cette horreur végétale sera capable de nous éplucher, de retirer chacun de nos vêtements, afin d’accéder à sa nourriture. Un frisson me parcourt l’échine. Je ne sais pas si je suis séduit ou répugné par cette plante… Mais je ne peux pas m’appesantir plus longtemps sur la Tentacula Major. Le cours avance. Nouvel ennemi : le… Il me dit quelque chose, ce buisson.

Devant mes yeux défilent des images. Je suis à Ronceval, entouré de mes compagnons aventuriers de l’époque. Nous marchons depuis des heures dans la forêt, à la recherche de plants de Glissine. Impossible de mettre la main dessus. Nous commençons à désespérer. Notre expert en herboristerie, un lièvre, dont le nom m’échappe, s’arrête soudainement de marcher. Sa patte se suspend en l’air, son regard se fige sur un petit buisson à l’aspect inoffensif. L’arbuste se trouve à quelques mètres de nous.

Je tente de m’approcher. Le lièvre me gueule : « NON, HECTOR ! » A mon tour de m’arrêter, comme si je jouais à « un, deux, trois, soleil ». Toute la compagnie fixe le buisson, sans trop comprendre pourquoi il suscite un tel effroi chez notre herboriste. Il nous fait signe de rebrousser chemin. Nous obéissons. Et là… Tout se passe si vite. Le lièvre se prend les pieds dans une racine. Je l’entends chuter, dans un bruit de fioles brisées. Le buisson bouge. Je peux le jurer, le buisson a bougé. Sans que nous ne comprenions comment, ni pourquoi, nous entendons l’herboriste hurler de douleur. Il se relève, difficilement.

Ses longues oreilles semblent en train de fondre. La peau se désagrège, les os apparaissent, sa chair se déchire…

Je reviens lentement dans l’espace présent. La voix de notre professeur me parvient à nouveau. J’entends, au milieu d’une phrase, le nom de ce cauchemar : crachcid. Un buisson qui sécrète un acide corrosif… J’inspire, et expire. Doucement. Et prends en note les informations utiles. Même si cet acide attaque la peau et les matières organiques facilement, il semblerait qu’il ne puisse rien contre du métal. D’un coup, j’ai envie de m’acheter un casque… Et même si on ne peut pas s’approcher sans risques d’un crachcid, un archer adroit et une flèche enflammée suffiront à lui régler son compte.
Je finis de gratter ma feuille, et relis ce que j’ai marqué. Retenir les noms et les caractéristiques de toutes ces plantes ne sera pas une mince affaire, pour moi et pour mes recrues. Mais leur faire réciter tout cela m’aidera à réviser… Je jette un œil à la fenêtre. Il fait beau dehors. Je ne sais pas quelle heure il est.

Lorsque monsieur Idow nous demande si nous avons des questions, la réponse est unanime. Nous avons tous compris. Et il semblerait que certains s’impatientent. On entend taper du pied. Les moins discrets d’entre nous essaient d’étouffer leurs bâillements. L’heure de la digestion, ça ne pardonne pas ! Je suis simplement curieux de savoir si nous avons encore de nouvelles plantes à découvrir ou si je vais pouvoir reprendre ma discussion avec le médecin royal. Je dois admettre que lui parler me plait bien. Quelqu’un d’aussi savant que lui doit avoir une conversation des plus intéressantes !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Formation des instructeurs. (PV Hector Lidenn)   Dim 9 Avr - 15:00

Kaelyn acquiesça : C'était une bonne chose que les instructeurs n'aient pas de question àposer, visiblement ils avaient bien enregistrés l'information. Alors que Lyra et Leukiah retiraient le poster, Kaelyn regarda ses notes et l'horloge. Si tout allait bien, il allait pouvoir finir en milieu d'après-midi.

C'est d'ailleurs ce qu'il fit. Après avoir enchaîné sur l'Arbre Démon, une saloperie que seul le feu pouvait purger, et la Zombule, une plante dont il ne fallait absolument pas s'approcher, ainsi que les remèdes existant pour les personnes infectées, Kaelyn sourit à l'attention de son auditoire, se frottant un peu les mains, content d'avoir pu tenir dans les temps.

-Mesdames, messieurs, je vous remercie de l'attention que vous avez portés à cette séance, j'espère que vous n'avez pas trouvés cela trop long. Je vous libère donc, vous pouvez retourner auprès de vos recrues. Si vous avez besoin de quoi que ce soit, je serais en salle d'entraînement.

Dit il alors que Lyra et Leukiah embarquaient tout le matériel. Kaelyn se tourna vers eux, souriant toujours, aidant à ranger les parchemins.

-Lyra, quand vous aurez terminés de tout ramener à la maison, est-ce que tu pourras aller faire quelques courses ? Amalica et Ellias sont complètement monopolisés par le rangement de la bibliothèque.

Le grand loup acquiesça, et partit avec des caisses sous le bras, accompagné de Leukiah. De son côté, Kaelyn s'était rendu dans l'imposante salle d'entraînement de la base de la milice. Les quelques miliciens présents ici furent plutôt surpris de voir le médecin débouler dans salle, et particulièrement au stand d'entraînement au tir. Le fennec avait profité de la pause de midi pour demander a Leukiah de lui apporter son arbalète. L'imposante arme dans les mains, le fennec se plaça à une trentaine de mètres, chargeant un carreau avant de se mettre en joue. Un premier tir se fit entendre, qui toucha en plein dans la cible. Le fennec chargea un second carreau, qui cette fois ci transperça le carreau qu'il avait tiré précédemment. Kaelyn esquissa un petit sourire, fier de son tir.
Revenir en haut Aller en bas
Hector Lidenn

avatar

Messages : 67
Date d'inscription : 16/11/2016

MessageSujet: Re: Formation des instructeurs. (PV Hector Lidenn)   Mer 12 Avr - 20:26

Et pourtant, le cours reprend. J’attrape ma plume, et continue de noter les informations que nous délivre le médecin royal. Toujours aussi précis, expliquant clairement, il passe en revue nos derniers ennemis : l’Arbre Démon, rare mais particulièrement dangereux et la Zombule, encore une saloperie. Heureusement, des remèdes existent pour nous libérer de cette plante vicieuse. Je note tout de même que le pouvoir des fleurs ne se limite pas aux roses pour l’amour et aux pâquerettes pour les devins des bacs à sable ! Nombreuses sont les plantes qui peuvent nous faire passer un sale quart d’heure.

Puis les deux assistants du médecin plient leurs parchemins, et referment leurs sacs. Monsieur Idow sourit à l’assemblée, et nous annonce que la classe est finie. Je me croirais comme un gosse, prêt à bondir de ma chaise et à aller jouer dans la cour de récré… Ou plutôt à filer en salle d’entraînement pour faire quelques exercices. Passer ma journée le cul vissé sur une chaise m’a donné envie de me défouler. Et les jeunes attendent. Je leur avais filé des choses à lire sur l’histoire du royaume et sur notre belle monarchie, mais ils ont déjà dû lire leurs bouquins trois fois, à ce rythme.

Nous rangeons tous nos précieuses feuilles de cours, rebouchons nos encriers et filons nous dégourdir les pattes. Pour ma part, je descends dans la salle d’entraînement, un vaste hall où les archers croisent les bretteurs et les pugilistes. Des cibles sont installées au fond de la salle pour les armes à distance. Sur les murs pendent des armes émoussées, des boucliers en bois et quelques schémas des gardes de base. A cette heure-ci, il n’y a généralement pas foule. Il y a assez de place pour quelques passes d’armes, et on ne se bouscule pas pour avoir une cible.

Je dégaine ma lame, en esquissant un sourire sincère. Je trouve un coin où son amplitude ne dérangera pas, et enchaîne les moulinets et les gardes seul. C’est important de se rappeler les bases. Ce genre de mouvement me détend. Tout cela est presque devenu naturel, fluide et évident avec les années. Je suis calme, à l’aise. Avec une lame entre les mains, je me sens entier.

Un bruit de carreau qui part, suivi de quelques exclamations, attire mon attention. Le médecin royal nous a rejoints, et semble vouloir nous faire montre de ses talents. Je m’approche de l’attroupement formé par son apparition, et découvre un carreau planté au cœur de la cible. En plein dans le mille. Je parie qu’en m’approchant pour admirer ça de plus près, je verrais le dit carreau au centre exact du cercle, dans une parfaite symétrie. C’est un tir sublime, pas de doute là-dessus. Monsieur Idow arme à nouveau son arme. Son petit corps fin, face à une arbalète si lourde et massive… ça forme un drôle de duo. En général, les gars fluets comme ça, on leur file un arc ou une épée courte. C’est le genre de gusses qui finissent experts à la rapière.

Le fennec se met en joue, après avoir chargé un nouveau carreau. Tous restent respectueusement silencieux. Je vois le médecin se concentrer, viser. Le carreau part dans un « clac » caractéristique. Et il vient se ficher, avec une précision redoutable, pile à la place de son prédécesseur, qui se retrouve scindé en deux. Je ne peux m’empêcher de lancer :

« Par Loïka ! »

Admiratif, et sacrément impressionné, je regarde la cible… Et je dois admettre que le médecin s’y connait. Un tir pareil, c’est du génie ! Ça tiendrait même du miracle, mais je ne mettrai pas son coup d’éclat sur le compte de la chance. On respecte la noblesse. Il baisse son arme, affichant un sourire. Le genre de sourire qu’on fait quand on a réussi son coup, et qu’on sait qu’on a épaté la galerie. Personne n’a l’air d’en revenir.

Je finis par me tourner vers le fennec, et le félicite avec un ton cordial et sincère :

« Monsieur, votre maîtrise de l’arbalète est éblouissante ! Un coup pareil, ça ne s’invente pas… Vous avez d’autres talents en réserve ? Ici c’est le bon endroit pour faire une démonstration ! »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Formation des instructeurs. (PV Hector Lidenn)   Jeu 20 Avr - 14:07

Kaelyn n'aimait pas faire étalage de ses talents, mais pour une fois qu'il pouvait profiter d'une grande sale d'entraînement comme celle de Milice, il n'allait pas se gêner. Cependant, il ne pensait pas que sa prestation allait attirer autant la foule, cependant une voix familière l'interpella. Il se tourna vers l'instructeur avec qui il avait déjeuné, souriant légèrement en rangeant son arbalète dans son dos.

-Je m'entraîne beaucoup. Je suis peut-être un médecin, mais j'apprécie beaucoup me battre, c'est pour ça que je m'entraîne beaucoup.

Dit il en lâchant un petit rire alors qu'il lui demandait si il avait d'autres talents en réserve. Il en avait d'autres, mais mieux valait ne pas trop les montrer. Le fennec haussa légèrement les épaules, alors qu'il allait poser son arme sur une table non loin.

-Hmm, je me débrouille pas mal à l'épée. Si quelqu'un veut faire un combat...

Dit il en allant prendre dans le râtelier d'armes une réplique en bois d'une rapière. Un milicien, un cerf portant un médaillon de Tesser leva la main et alla s'emparer d'une réplique de sabre. Le genre de grande lame qui pouvait normalement résister à tous les assauts. Ils se placèrent dans un coin de la salle, entouré des quelques curieux.

-Montrez moi ce que vous savez faire, messire Idow.

Dit le cerf en faisant quelques moulinets alors que Kaelyn se mettait en position, assez proche de lui.

-Avec joie.

Et d'un seul coup, sans prévenir, le fennec s'élança, commençant à donner des coups rapides avant rapides, comme un essaim de guêpes tentant de toucher le cerf qui se protégeait comme il pouvait, parant les coups et déviant parfois la réplique du médecin pour tenter de l'attaquer, le fennec évitant à chaque fois l'attaque. A un moment, Kaelyn s'élança contre le cerf, lui donnant un coup avec la garde de son arme au niveau de son poignet, arrachant un cri de surprise au cerf qui lâcha son arme, avant qu'un coup de pied du fennec ne lui fauche les jambes et ne l'envoie à terre, Kaelyn venant ensuite pointer son coup avec la pointe de sa rapière. Le cerf se releva à l'aide de Kaelyn qui lui tendit sa main, et sourit.

-Impressionnant, Monsieur Idow, vous avez d'excellents réflexes !

Kaelyn afficha un petit sourire, allant reposer son arme.

-Vous avez aussi été un très bon adversaire, vous avez bien paré mes coups et vous avez réussi a me dévier. Un coup de pied aurait facilement pu m'envoyer à terre, mes félicitations.

Dit il en souriant doucement, s'approchant pour serrer la main du Tesser qui acquiesça.

-Je tâcherais de m'entraîner davantage !

Kaelyn acquiesça en riant un peu.

-C'est l'esprit !
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Formation des instructeurs. (PV Hector Lidenn)   

Revenir en haut Aller en bas
 
Formation des instructeurs. (PV Hector Lidenn)
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» WOUYYYYYY SENATÈ JEAN HECTOR ANACASSIS DEKLARE L SE YON BANDI YON LWIJANBOJE
» Le rapport de Claude Moise et Gary Hector sur la loi de1987
» Formation professionnelle: 30000 jeunes cibles
» L’État doit investir dans la formation professionnelle
» Haiti Universite: Formation tronquée, société sous-développe

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Le royaume de Cerith :: Ville de RisuaTitre :: Le Fort de la Milice-
Sauter vers: