Le royaume de Cerith
Bonjour à toi !

Nous sommes ravis que tu parcours nos terres, cependant nous devons te rappeler que l'accès au royaume est interdit aux mineurs.
Si tu veux t'inscrire, tu dois donc avoir 18 ans !

En te souhaitant une excellente journée !

_______________________________

If you want to warn us about a violated copyright or tell us you don't want to see your character/artwork on this forum, please visit this link.



 
AccueilCalendrierFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 2.3 - Castes et société de Keh'Faria

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Orchal de Cerith
Admin
avatar

Messages : 124
Date d'inscription : 18/04/2015

MessageSujet: 2.3 - Castes et société de Keh'Faria   Lun 1 Mai - 15:31

Les castes de Keh'Faria


L'un des éléments les plus importants de la société en Keh'Faria est la caste. L'autorité, la place, le pouvoir, et les devoirs de chacun dépendent de ce système qui semble avoir été de tout temps dans ce pays. Il est très difficile de sortir de sa caste, la progression vers les castes supérieures étant exceptionnelle. Tandis que des fautes graves, ou des crimes, peuvent entrainer une personne, voir toute sa famille, dans la caste la plus basse. Les mariages se font au sein de classes similaires, et les enfants sont forcément de la caste de leurs parents. Ne plus avoir de caste revient à être banni, et ne permet plus de pouvoir aller dans les villes (que ce soit Al'jiman, les ports, ou les oasis) de Keh'Faria, et à être traité comme un hors-la-loi.

Cas particulier : les Cerithiens n'appartenant pas à la société de Keh'Faria, forment une exception. Ils ne sont intégrés dans aucune caste, mais sont les bienvenus au sein des cités, bien que traités comme des étrangers. Ils ne peuvent, en revanche, acheter un domicile, faire du commerce, ou faire accoster l'un de leurs bateaux que sur l'île de Delpuur.


ADJAH
L'Adjah : dirigeant et dieu des keh'fariens

NOM • Assim (nom qui n'est plus utilisé depuis son ascension au rang d'Adjah)
FONCTION • Dirigeant suprême de Keh'Faria
MAGIES • Feu (hors norme). Sa queue et sa crinière sont perpétuellement en feu, et il ne semble même pas avoir besoin de se concentrer pour le maitriser. A moins qu'il ne le désire ces flammes là ne provoquent pas de brulures.
SEXE • Mâle
ÂGE • Inconnu. Ne semble pas avoir vieillit depuis 76 ans.
RACE • Cheval
DÉTAILS • Orphelin et né dans la misère, il a grandit entre les bas fonds d'Al'jiman et le désert. Devenu adulte, et ayant développé des dons de magie hors norme dans des conditions encore inconnues, il s'oppose au djinn du feu Al'sun, et parvient à le terrasser. Devenu une icône en Keh'Faria, il est nommé Adjah, et est considéré comme le nouveau dieu des keh'fariens. Discret, et presque mutique, il est rarement vu hors de son palais, et n'assiste qu'exceptionnellement au conseil des matriarches.
L'Adjah est au dessus de toutes les castes.



Les quatre castes de la société keh'farienne

- Les Jil'sed

Il s'agit de la plus haute caste de Keh'Faria, dont la seule autorité est l'Adjah en personne. Elle est composée de plusieurs grosses familles, et la plus vielle mère de chaque famille est représentante au sein du Conseil des Matriarches, le conseil dirigeant d'Al'jiman. Les mariages au sein de ces familles sont en général toujours arrangés, afin de profiter à l'influence de chacun, et la politique y est omniprésente.

La puissance des Jil'sed est très importante en Keh'faria, car c'est le Conseil des Matriarches qui décide de toutes les grands actes du pays, sous réserve de l'avis de l'Adjah, qui reste assez discret, et se contente d'approuver les décisions, sans généralement assister aux conseils. C'est également le Conseil des Matriarches qui détermine toutes les questions de justice.

Pour les représentants mâles de cette caste, l'ambition est d'obtenir une bonne charge religieuse. Les cultes, les rîtes, et les connaissances concernant les djinns leurs sont enseignés dès leur enfance, et seuls eux peuvent devenir Feth, c'est-à-dire l'équivalent des prêtres cerithiens.
Un Jil'sed peut exiger ce qu'il veut d'un membre d'une caste inférieure, tant que cela respecte la loi. De ce fait, cette caste est relativement crainte, et chacun montre énormément de respect devant ses représentants, s'inclinant devant eux. Aucun Jil'sed ne se laisse toutefois aller à des abus d'autorité, de peur d'être décrédibilisé devant le Conseil des Matriarches.


- Les Jil'ahn

En Keh'faria, il est rigoureusement interdit pour la population de porter une arme à Al'jiman, et dans les villes principales (dans le désert, chacun doit pouvoir se défendre, et de se fait porter une arme). Les seuls qui échappent à cette règle sont les Jil'ahn, qui correspondent à une caste guerrière. Entrainés au combat dés la plus jeune adolescence, et baignant dans des familles dont l'existence tourne déjà autour de cela, ce sont des personnes vouées au combat, mais également à la défense des autres. Les plus doués physiquement se spécialiseront dans l'utilisation des armes, tandis que les autres s'occuperont plus de l'entretien de ces dernières.
Un Jil'ahn se doit d'obéir aux Jil'sed. Il ne peut rien exiger directement des castes qui lui sont inférieures, mais a toutefois autorité sur eux s'il s'agit de sécurité ou de nécessité.

Un Jil'ahn peut très bien être un garde du corps personnel (généralement d'un Jil'sed), ou proposer ses services pour escorter les caravanes dans le désert, ou même être un gladiateur professionnel dans l’arène d'Al'Jiman.

Il existe une autre carrière, très respectée, et qui permet à une famille de Jil'ahn de se distinguer : la garde dorée. Il s'agit des défenseurs officiels de Al'jiman, et du palais. Ils gardent les lieux officiels de la capitale, et escortent les personnes importantes. Fiables, triés sur le volet, ils sont profondément dévoués à leur activité. Contrairement aux autres Jil'ahn, les membres de la garde dorée sont rémunérés directement par le trésors du palais.


- Les Jil'kir

Les Jil'kir forment une caste de travailleurs libres : il s'agit de marchands, d'artisans, d'éleveurs, etc : toutes sortes de métiers. C'est la caste la plus commune, leur rang est assez basique dans la société, et ils doivent le respect aux deux castes supérieures. Leur population est assez importante, et est le moteur de l'économie de Keh'faria. Certains, qui réussissent exceptionnellement bien, peuvent en développant leurs activités, devenir assez riches, plus, même, que certains Jil'sed. En revanche, leur statut restera celui d'un Jil'kir, et de ce fait devra toujours obéissance et respect. D'autres, plus humbles, ont généralement de petites affaires et s'en contentent.


- Les Jil'tun

Très peu instruits, les Jil'tun forment une caste de travailleurs qui n'ont pas de libre arbitre. Facilement assimilables aux esclaves cerithiens, certains éléments les distinguent clairement. Déjà le fait qu'il ne s'agit pas d'individus esclaves, mais de familles entières, d'une classe sociale complète. Ils n'ont pas de propriétaires attitrés, et travaillent pour les Jil'sed. Ils ne reçoivent pas de salaire, et il sont considérés comme indignes de toucher à de la monnaie. On leur donne de quoi se nourrir, et ils vivent dans des bâtiments communs d'Al'jiman.
Utilisés en premier lieux pour les projets de construction ou d'entretien de Keh'faria, ainsi que beaucoup de tâches manuelles et ingrates, ils peuvent également être attribués à des keh'fariens libres, pour des activités spécifiques : service, amusement, etc ..., mais ces derniers ne les possèdent pas réellement, et ce même si certains Jil'sed se les attribuent de façon indéterminée.

les Jil'tun ne sont respectés par personne, et perdre sa caste pour devenir un Jil'tun est généralement considéré comme une punition très cruelle.



Les A'jil

Ceux qui, en Keh'faria, n'ont pas ou plus de caste (exception faite, bien sur, des cerithiens), sont nommés A'jil. Ils n'ont plus accès aux villes, aux ports, et aux grandes oasis, et doivent survivre dans le désert, ou pire, dans la chaine volcanique du Mosubaïd. Ils ont soit été bannis, soit sont des Jil'tun en fuite, soit sont nés d'autres Al'jil. Nomades, ils bougent beaucoup dans le désert, et certains attaquent les caravanes qui le traversent, tandis que d'autres tentent de se regrouper en toutes petites communautés, autour de points d'eau, ou sur la côte. Ils sont généralement assez pauvres.



Dernière édition par Orchal de Cerith le Mer 1 Nov - 12:13, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://cerith.forumactif.org
Orchal de Cerith
Admin
avatar

Messages : 124
Date d'inscription : 18/04/2015

MessageSujet: Re: 2.3 - Castes et société de Keh'Faria   Lun 1 Mai - 15:32

Les Mœurs en Keh'faria

- Instruction :
L'instruction en Keh'faria n'est guère différente que celle en Cerith. Le fait qu'il n'existe pas de d'institution vouée à cela fait que le niveau est assez inégal au sein de la population. Plus particulièrement, il varie beaucoup en fonction des castes : les plus hautes en ont une excellente, tendis que la plus basse n'a pour ainsi dire pas du tout d'instruction.
La société keh'farienne est en revanche moins avancée technologiquement que celle de Cerith : elle ne connait pas l'imprimerie, est moins avancée en science, mécanique, et dans certains domaines d’artisanat, ignore quelques éléments d'architecture, et n'a découvert que peu de notions de magie. Cette différence avec Cerith s'explique par la rudesse du pays, et aussi en grande partie par le fait qu'elle n'a pas disposé d'aide "divine", comme les cerithiens (par le biais du prophète).

- Égalité des sexes :
Contrairement à Cerith, la société keh'farienne fait une nette distinction entre hommes et femmes. Si les deux sont considérés comme également capables, les notions de politique et de décisions économiques sont considérés comme des choses féminines, ce qui fait de Keh'faria une société à structure matriarcale. Outre l'Adjah, la direction du pays est confié au Conseil des Matriarches.
En revanche, les notions d'ordre purement spirituelles, et l’abstraction sont considérées comme masculines, faisant des mâles les seuls moteurs du système religieux.
Le travail, quand à lui, est également répartit entre les deux sexes.

- Foyer et Mariage :
Le Foyer est le résultat du mariage. Ce dernier se constitue généralement de façon arrangée, afin de profiter aux deux familles, pour raisons politiques ou économiques. Il est l'occasion d'une grande fête se déroulant sur plusieurs jours, et est une affaire très sérieuse, longuement préparée à l'avance. Étant également une affaire religieuse, les époux sont bénis par un Feth (prêtre keh'farien).
Un mariage se fait toujours au sein d'une même caste, et les relations inter-castes sont extrêmement mal vues.

- Deuil :
Suite à un décès le corps est embaumé, veillé, puis déposé dans des catacombes situées dans le désert.

- Pudeur et nudité :
Si certains vêtements très légers sont courants en Keh'faria, la nudité pure et simple est mal vue. Cette dernière est vue comme humiliante, et généralement utilisée essentiellement sur des Jil'tun.
La seule exception est l'Adjah, à qui il arrive de se présenter occasionnellement nu. Dans ce cas spécifique, cette nudité est considérée comme une marque de dépouillement, et de son niveau divin, au dessus des notions matérielles.

- Préférence sexuelle :
Comme en Cerith, l'homosexualité et la bisexualité sont toutes les deux bien perçues, et la bisexualité est assez répandue. Aucun tabou religieux ne va à l'encontre de cela.
En revanche, les démonstrations ostensibles d'affection en public ne sont pas toujours bien perçues, de façon générale, et plus particulièrement pour les couples de même sexe.

- Polygamie :
La polygamie n'est pas considéré comme légale dans Keh'faria. Toutefois, certains Jil'sed très fortunés ou puissants disposent de harems (généralement de deux à quatre membres). Le fait que ces harems soient constitués de Jil'tun fait que ce n'est pas considéré comme de la polygamie (ce ne sont pas des époux/épouses), et est considéré comme parallèle au mariage.

Le seul harem qui se distingue et qui ne soit pas constitué que de Jil'tun est celui de l'Adjah. Chaque année, deux jeunes gens (un garçon et une fille, quelque soit la caste) entrent dans ce harem extrêmement secret, au sein du palais, et qui est en totale autarcie du reste de la société. Le seul être à en profiter est l'Adjah. Le fait de voir un membre de sa famille entrer au sein de ce harem est considéré comme une bénédiction pour la famille. Devenu vieux, ils deviennent des serviteurs de l'Adjah.

- Hygiène :
Comme les cerithiens, les keh'fariens sont propres. L'eau reste toutefois une denrée rare dans le désert, et empêche de pouvoir le faire trop régulièrement. Mais il est bien vu de se laver correctement en ville. Le fleuve et les bassins des oasis sont entre autre utilisés pour cela, mais des thermes existent également, avec des salles de vapeur chaudes. La notion de salle d'eau individuelle, dans un bâtiment privé, n'existe pas.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://cerith.forumactif.org
Orchal de Cerith
Admin
avatar

Messages : 124
Date d'inscription : 18/04/2015

MessageSujet: Re: 2.3 - Castes et société de Keh'Faria   Dim 25 Juin - 22:28

La monnaie de Keh'faria

La monnaie utilisée en Keh'Faria est le Talent. Il s'agit d'un petit disque de bois finement sculpté puis gravé à chaud de symboles spécifiques, et ensuite laqué plusieurs fois. Rendu très dur par la laque dont il s'est imprégné, il est extrêmement difficile de le briser. Le symbole général, dessus, représente une vague, rappelant que la richesse vient des zones où l'on trouve de l'eau, en Keh'faria.
Sa valeur correspond approximativement à 30 Cerithis.


Les Keh'fariens utilisent énormément le troc, en particulier pour tous les petits achats quotidiens, et les marchants font souvent crédit aux habitués. Les salaires les plus humbles sont parfois payés en nourriture. Le talent est surtout utilisé pour les grosses transactions, et ne se trouve pas dans toutes les mains.
Rappelons que les négociations commerciales, en Keh'faria, est souvent laissées aux femmes, tout comme la gestion de la monnaie. Également, les Jil'tun n'ont pas le droit de toucher aux talents.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://cerith.forumactif.org
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: 2.3 - Castes et société de Keh'Faria   

Revenir en haut Aller en bas
 
2.3 - Castes et société de Keh'Faria
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Atelier de travail sur le phénomène de l'exclusion dans la société haitienne
» De la société Orc
» Role de la diversité et des Minorités dans une Société
» La société générale égare 15 tonnes d'or
» " Les composantes de la société ne sont pas les êtres humains mais les relations qui existent entre eux " Si vous l'dites...

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Le royaume de Cerith :: AdministrationTitre :: Règlement et contexteTitre :: Contexte-
Sauter vers: