Le royaume de Cerith
Bonjour à toi !

Nous sommes ravis que tu parcours nos terres, cependant nous devons te rappeler que l'accès au royaume est interdit aux mineurs.
Si tu veux t'inscrire, tu dois donc avoir 18 ans !

En te souhaitant une excellente journée !

_______________________________

If you want to warn us about a violated copyright or tell us you don't want to see your character/artwork on this forum, please visit this link.



 
AccueilCalendrierFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 Cyngald Aering [Esclave]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Cyngald Aering

avatar

Messages : 57
Date d'inscription : 25/06/2017

Feuille de personnage
Age: 30
Métier: Esclave
Double compte: (Angus Hockaine)

MessageSujet: Cyngald Aering [Esclave]   Dim 25 Juin - 16:24

Cyngald Aering
PRÉNOM • Cyngald
NOM • Aering
SEXE • Mâle
ORIENTATION SEXUELLE • Séduit par les gens, et non par leur sexe. S'il faut catégoriser à tout prix : Bisexuel.
ÂGE • Trente ans
RACE • Bâtard félin (Jaguar noir, panthère, léopard, chat... un petit mélange de tout ça)
____________________________

GROUPE • Esclave
MAGIE • -Mineure, Régénération : A l'écoute de son corps, via la méditation qu'il pratique depuis tout petit, il à développé cette régénération accrue, grâce aux enseignements de sa mère.

COMMENT AVEZ-VOUS TROUVÉ LE FORUM • Second personnage d'Angus.
CODE DU RÈGLEMENT •
L'équipement de votre personnage.


On ne lui a rien laissé du tout de son ancienne vie. Son statut d'esclave l'a dépossédé de tout bien matériel. Aussi cette rubrique sera remplacée par un discours de son esclavagiste, quand il essaie de le vendre :

"Mesdames et messieurs, approchez ! Je vous présente aujourd'hui un esclave d'exception : observez avec attention sa carrure éblouissante et son visage : on dirait qu'il a été sculpté par les Dieux ! Il a sa place dans tout harem qui se respecte ! Vous préférez le travail manuel ? Regardez moi ces épaules solides, ce dos musclé, ces jambes puissantes : il ne vous fera pas défaut, et croyez moi, le bougre est tenace ! Mais peut-être êtes-vous étudiants, peut-être avez vous besoin d'un scribe, ou de tenir la conversation à un invité érudit ? Oui, mesdames et messieurs, cet esclave est tout bonnement exceptionnel, je vous l'ai dit ! Beau comme un dieu, fort comme un lion, aussi savant que la Bibliothèque Perdue ! Il est a vous immédiatement, et à ce prix c'est donné, mesdames et messieurs ! Vous n'êtes pas convaincus ? Vraiment ? Alors sachez que cet esclave est aussi chanteur et musicien, parfaitement ! Un noble, certes déchu de sa condition, mais éduqué à la perfection ! Qui parmi vous peut se réjouir d'être aussi parfait que cet homme ?"
 
Physique de votre personnage


Le Marché aux Esclaves de la Place Wynford, dans les beaux quartiers de Risua, commençait très tôt le matin. Des ouvriers préparaient les estrades et les tentures, disposaient les abris et les sièges destinés à épargner fatigue et soleil aux riches clients qui allaient, comme d'habitude, faire leurs achats dans ces environs en compagnie de leurs serviteurs.

Derrière les estrades où Cyngald allait encore s'exhiber aujourd'hui, de nombreuses cages métalliques étaient disposées, dans lesquels des silhouettes malheureuses et silencieuses observaient le sol d'un air vide. Le félin, haut d'un mètre quatre-vingt, finement musclé, comme sculpté dans le marbre noir, était assis, le dos droit, les yeux fermés, dans une posture de méditation exemplaire. Sa queue, semblable à celle d'un jaguar de par son bout arrondi et ses anneaux blancs, était enroulée autour de lui. Ses traits virils, adoucis par la méditation, laissaient transparaître une certaine noblesse, une certaine finesse d'esprit. Il était vraiment beau, bien fait de sa personne. Pas la moindre marque de coup ne zébrait son corps sculptural, et pourtant, ça n'était pas faute d'avoir essayé. Mais il guérissait toujours à une vitesse alarmante, comme si son corps niait l'autorité idiote de son esclavagiste.

Quand ses yeux d'ambre, tranquilles, s'ouvrirent sur le garde-chiourme qui lui beuglait de se lever, ses sourcils, d'un dessin élégant, ne se froncèrent même pas. Il obéit, calme comme un lac de montagne, franchissant la porte de la cage.

Plus tard, sur l'estrade, côte à côte avec ses compagnons d'infortune, le voilà les poignets liés, habillé d'un simple pagne ficelé au dessus de la queue. Et il reste neutre. Même quand un gros morse corpulent vient vérifier que Cyngald à de bonnes dents. Même quand une femme, s'assure de la présence de sa virilité, ou quand un jeune garçonnet de bonne famille lui tire la queue pour s'amuser. Il ne leur en veut pas, c'est ainsi en Cerith. C'est ainsi que ces gens ont été éduqués. Mais personne ne l'achète, jamais. Car, au moment de la vente, son regard étrangement serein se pose sur le potentiel acheteur, et l'en dissuade, au grand agacement et à la grande incompréhension de son maître... Lui qui croyait avoir fait une affaire en pensant revendre un si bel esclave, voilà longtemps qu'il lui coûte cher.
Psychologie de votre personnage

Résumé des traits psychologiques:
 

Dans les premières relations que l'on peut avoir avec Cyngald, on peut rapidement noter plusieurs choses : tout d'abord, son calme, en toute circonstances. On lit dans la voix de Basse lyrique (Assez grave, donc) une certaine chaleur, une sérénité veloutée articulée dans chacun de ses mots avec une appréciable netteté, une élocution parfaite, associée à un vocabulaire riche. Cependant, il ne fait pas étalage de son savoir et ne se comporte jamais avec la suffisance que l'on peut hélas parfois associer aux savants.

Son esprit, entraîné à la méditation et initié à certaines philosophies, n'est guère enclin à céder aux éxcès, qu'ils soient d'ordre physiques, sentimentaux ou émotionnels. Cet état d'esprit lui a valu un instinct assez sûr pour déceler les intentions, sachant discerner la réelle malveillance de la stupidité, le mensonge de la véracité, et comprenant facilement à qui il a véritablement à faire en quelques instants. Ainsi qu'une grande résistance à la douleur...

Sous cette facade, qui n'en est pas réellement une car elle fait partie intégrante de son caractère, se cache un feu bouillonnant, volcanique, une détermination explosive, capable de lever des armées et de soulever des montagnes. Idéaliste, doté d'une flamboyante noblesse d'âme, il semble suivre un certain code d'honneur en son for intérieur, poursuivre une grande Cause dont lui seul a le secret.

Enfin, il est inflexible : quand une décision s'est enracinée dans son esprit, elle est telle un roseau, le vent à beau s'essouffler, se déchaîner, le roseau revient toujours à sa position initiale, intact et stoïque. Et ce même si ses décisions ont des conséquences dramatiques.
L'histoire de votre personnage

Le Clan Aering
La famille Aering, dont le dernier fief connu était situé à Quarateum, est issue d'une longue tradition guerrière, coutumes héritées, selon les dires, de l'Ère des Clans. La famille était puissante, formant un clan officieux dans la ville, répondant à leurs coutumes ancestrales malgré les nouvelles lois en vigueur. On comptait dans le Clan Aering de robustes guerriers aux corps gravés par la violence, des archers surentraînés, et autres dresseurs de fauves de grand talent.

Beaucoup regardaient ces traditions guerrières sans comprendre : à quoi bon apprendre à se battre dans une terre si paisible ? La suite de la grande Histoire donna cependant raison au Clan Aering, qui d'ailleurs servit le Roi Darius avec fidélité et dévotion, fidèle à son serment, pendant la guerre qui précéda la Chute. Les bannières et les rugissements des guerriers du Clan Aering furent d'ailleurs l'objet de mythes et de terreurs du côté de la dissidence, sur certains fronts : ces guerriers, surentraînés, redoutables, infatigables et sans peur, avaient fait naître la rumeur que Darius avait formé une armée secrète de fanatiques zélés pour tout contrôler... A l'issue de la guerre, Darius nomma le dirigeant du Clan, Hogard Aering, Marquis, en raison de ses réussites militaires.


199 - 216 = Enfance privilégiée
Né le deux octobre de cette année 199, lors de la fête de Lev, il est le premier et dernier enfant de Moïra et Duncan Aering. La noble famille était toujours fidèles à ses traditions guerrières, et Cyngald ne fit pas exception à la règle : dès le plus jeune âge, on lui apprit à manier l'arc, l'épée, à porter l'armure, à dresser son propre faucon, à se faire obéir des hommes et des bêtes. Une discipline d'acier lui fut imposée très tôt, les rares moments où son corps n'était pas mis à l'épreuve, il étudiait les sciences, la poésie, l'art de la diction et du chant, apprenait à moduler sa voix, la hiérarchie nobilière et les manières associées, les différentes maisons. Et Cyngald était insatiable, curieux, si bien qu'il épuisait ses tuteurs, sous le regard ravi de ses parents. Pour tempérer ses ardeurs et prévenir son corps d'usures prématurées, sa mère, une femme très spirituelle et particulièrement sage, lui apprit la méditation, avec laquelle Cyngald apprit à canaliser ses pensées, à se concentrer, à mieux apprécier chaque détail de la vie. Comme sa mère, il avait montré un don inné pour la magie de la régénération : elle lui apprit à écouter cet instinct. C'est de sa mère qu'il tient sa sérénité et sa sagesse, ayant gardé le goût de la méditation et de la réflexion encore aujourd'hui.

Arrivé à l'adolescence, Cyngald était plus mûr et plus aguerri que la plupart des enfants, et commença à se poser des questions sur le sort des esclaves, qui servaient aussi fidèlement. Il se demandait pourquoi des êtres, semblables à lui en tous points, n'avaient pas le droit aux mêmes libertés. Lors de ses promenades et obligations en ville, ses questions et ses réflexions s'orientaient de plus en plus sur les injustices, les questions de partage inéquitable. Sous les regards légèrement inquiets de ses parents et de ses tuteurs, habitués à la vie Cerithienne, il commençait à nourrir un feu de révolte en son cœur.

217 - 227 Le Chevalier Errant
Cyngald, arrivé à sa majorité, était devenu indépendant, déterminé, irréfléchi, mais accroché à un idéal : réparer les injustices de ce monde cruel et protéger les innocents. Il battait la campagne Bénarienne, arpentant la côte de Jhess jusqu'aux extrêmes limites de la civilisation, vêtu de son armure et de son épée, chevauchant sa monture tel un chevalier errant, courant après les patrons tyranniques, les arnaqueurs, les voleurs, les maris violents, tous les tortionnaires qui maltraitaient leurs esclaves, traquait les bandits en compagnie des miliciens, protégeait parfois les villages de monstres errants, protégeait le bétail, précieuse ressource pour les paysans, des assauts des bêtes sauvages... Il ne tarda pas à acquérir une certaine aura de bienveillance, de parangon fougueux et idéaliste, un soutien fiable pour la milice, quelqu'un de confiance pour les habitants de la région. Il n'hésitait pas malgré son rang à travailler au champ, à aider à réparer une maison après une tempête, apprenant auprès des petites gens avec une humilité remarquable.

Dilapidant la fortune familiale, il se mit à acheter des esclaves pour aussitôt les affranchir, fit fonda un refuge dans lequel il travailla lui-même d'arrache-pied, aux côtés de ceux qui étaient prétendument inférieurs à lui, selon la Loi. Un refuge pour les déshérités, les malheureux et les oubliés. Une initiative appréciée par une prêtresse de Loïka, qui s'occupa de gérer le refuge et d'aider ses habitants au quotidien. Cyngald tomba éperdument amoureux de cette dragonne, Blaeka, avec laquelle il se maria, sans suivre les coutumes sociales établies, auprès de ses amis affranchis.

227 - 229 Cyngald, défenseur des opprimés
Au fil des mois, les nouvelles franchirent les frontières, jusqu'à Foxfield, où naquit des idées utopiques : réunir tous les habitants du monde de Foxfield à Risua, oublier les anciennes rancœurs, abolir la noblesse et l'esclavage, et reconquérir Cerith sous une bannière unie, débarrassée des anciennes coutumes dépassées et de l'oppression des puissants. Une idée où Cyngald fut vu comme un leader et un visionnaire par ceux qui le suivaient. Cyngald fut propulsé en quelques années à la tête d'une belle révolte d'esclaves, de bandits repentis, de paysans accablés par le labeur, mendiants et autres déshérités. Au début, leurs actes étaient pacifiques, symboliques, cherchant à réveiller les consciences.

Parmi ces actes les plus connus, il rejeta publiquement et symboliquement son sang noble, renonçant au titre et aux privilèges accordés aux Aering. Il boycotta de nombreux marchés aux esclaves, fit s'installer des miséreux aux pieds des maisons des nobles, et donna des discours aux esclaves, aux travailleurs et artisans de tous les horizons. Très mal vu par la milice et les castes dirigeantes, il fut poursuivi, mais jamais attrapé.

Et puis un jour, la situation dégénéra, échappant totalement au contrôle de Cyngald. Sans qu'il soit au courant, des hommes commencèrent à attaquer des convois d'esclavagistes, des marchés aux esclaves, de prendre d'assaut de petits domaines nobiliers ou bourgeois, s'attaquant aveuglément et bêtement à toute forme d'autorité.

Quelques jours plus tard, Cyngald, résigné, se livra aux autorités de lui-même, espérant que le meneur de ces "révolutionnaires", qui s'étaient transformés en vulgaires bandits, prennent un coup suffisamment dur au moral pour cesser leurs exactions. Il regrettait le temps où il arpentait les Plaines de Bénaria en solitaire, un temps où il pouvait faire l'amour à sa bien aimée Blaeka, une époque révolue où ses amis travaillaient ensemble sur leur terre, pour eux-même, ce temps béni où les choses n'avaient pas dégénéré si bêtement, à cause d'imbéciles violents venus de Foxfield. Imbéciles violents qu'il avait choisi d'écouter...

Pourtant, toujours demeure le refuge, où vivent encore ceux qui constituèrent autrefois l'authentique première communauté, paisible et bienfaisante. Partout dans la campagne où on avait aimé et soutenu Cyngald, la rumeur s'était rependue : il avait été condamné à mort par le Roi en personne, pour haute trahison. Sa femme sombra dans un chagrin si accablant et inconsolable qu'elle se suicida, incapable d'en supporter d'avantage.

Mais ces rumeurs étaient fausses : Il fut enfermé, puis vendu comme esclave à un marchand qu'il avait boycotté auparavant... Cette ironie cynique dure maintenant depuis six mois, six longs mois de souffrance muette, régulièrement battu par ses tortionnaires rancuniers. Mais toujours demeure en Cyngald cette âme éprise de justice : il supporte la douleur et la brutalité sans broncher, libéré dans ses méditations, assuré de l'espoir de revoir sa belle et douce femme un jour, quand il sera de nouveau un homme libre... sans savoir qu'il ne ressentira jamais plus ses caresses, ne verra plus jamais ses sourires ni son beau regard de saphir.
CODAGE PAR DITA | EPICODE
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Van Agnir

avatar

Messages : 602
Date d'inscription : 15/08/2015
Localisation : Risua (sauf mission)

Guilde/Groupe : ________________ La Fraternité du Griffon d'Airain

Feuille de personnage
Age: 24 ans
Métier: Aventurier
Double compte: Rune Malgovan, Adalbert Vignevaux

MessageSujet: Re: Cyngald Aering [Esclave]   Dim 25 Juin - 17:06

Première validation ok !

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Cyngald Aering [Esclave]   Dim 25 Juin - 17:26

Et tu es validé, bon jeu chez nous !
Revenir en haut Aller en bas
Cyngald Aering

avatar

Messages : 57
Date d'inscription : 25/06/2017

Feuille de personnage
Age: 30
Métier: Esclave
Double compte: (Angus Hockaine)

MessageSujet: Re: Cyngald Aering [Esclave]   Dim 25 Juin - 17:36

Merciiiii !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Cyngald Aering [Esclave]   

Revenir en haut Aller en bas
 
Cyngald Aering [Esclave]
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Le royaume de Cerith :: AdministrationTitre :: PrésentationsTitre :: Présentations validées-
Sauter vers: